LA PLUME TRAVERSIERE et ALORS LA NUIT DÉLIVRE LA NUIT DES LIVRES Jeanne CHAMPEL GRENIER, Ed France Libris 2018

Une chronique de NICOLE HARDOUIN

page-de-couv-pour-bandeau-site-1.jpg

LA PLUME TRAVERSIERE et ALORS LA NUIT DÉLIVRE LA NUIT DES LIVRES

Jeanne CHAMPEL GRENIER, Ed France Libris 2018

 

                                                                     Chaque âme devient ce qu’elle contemple.

                                                                                                              Plotin


Telle une éclusière attentive, précise, Jeanne Champel Grenier ouvre large les barrages de son quotidien, de ses souvenirs ; lithanies secrètes qui déploient leurs ailes aux enluminures d’embrun.

 

Des octaves palpitent dans le ressac de la vie, déplacent rêves et confidences. L’écheveau des grandes marées se déverse en flots colorés : les glaïeuls / noyés de violet et d’orange / et peu à peu revient le bleu. À travers ces coulées pétries d’aurore et de ténèbres, on retrouve les toiles de Jeanne Champel Grenier qui est aussi peintre. Le pinceau se cache derrière la plume pour croquer un tison de neige où jouer dans les variations du noir qui font penser à Soulages : un noir très doux / qui vire au pruneau . Sa palette se fait page, les nuances deviennent mots lesquels ont la fragilité et la transparence de la porcelaine fine : mots pétris de silence / mots fragiles / qui se brisent au vent / comme larmes / du busard

 

L’auteur entrecroise des majuscules de nostalgie pour élargir la dureté d’un clair obscur : de tremblements en déshérence car la lumière d’avant  / qui embrasait les runes  / n’est jamais revenue. Les larmes filtrent souvent au travers des deux recueils et ce ne sont pas larmes de complaisance lorsque la nuit couvre de cendre les roses.

Cette nuit où rôde la mort, quelqu’un s’en est allé / le monde est si étroit  / qu’on devrait avoir froid. Ce thème s’inscrit souvent en filigrane, délicatement, sans pathos, dans les deux livres : faudra-t-il que toujours / quelqu’un meure / quelque part pour sauver l’aube.

Les souvenirs, étoiles rebelles dans les nuages d’une vie, ont des échos qui débordent sur la page, échos sensibles qui se marient aux nôtres.

Dans un texte émouvant, Ce qui me reste , l’auteur brûle d’une torche dévorante : douleur de perdre sa mère : je sens sourdre encore les pleurs / qui débordent l’ogive du cœur : hommage vibrant, reconnaissant : maternité éternelle / arche sacrée / qui transforme l’abîme en île, le sang de la mère / et de l’enfant / même séparés / gardera toujours / ce bruissement d’appels / suivi d’apaisement.

 

Jeanne Champel Grenier se souvient toujours, malgré tout, du bleu des cimes, vertiges au long des veines / entre altitude et tendre abîme. Elle ne cultive pas le drame, elle le dénonce sans s’en abreuver. Un humour primesautier laisse souvent filtrer ici et là un sourire : des anges avec leurs ailes / et leurs bouches fleuries / suçant des fruits confits. L’auteur sait aussi être drôle, dans la fugacité d’un clin d’oeil, elle flirte avec le surréalisme : Ah ! Comme elle était belle la Ford caramel décapotable / aux antennes de sauterelle / avec son poste orientable / qui danse la samba en côte. En amoureuse de la nature, elle accompagne le vent pour le piocher  en compagnie d’oiseaux ; parfois l’accompagne un très vieux goéland sorte d’ange gardien, qui vole au ras de l’air où danse une libellule qui pliflotte.

 

Comme le souligne dans une  »Après lecture », Louis Delorme, poète qui a souvent croisé sa plume avec celle de Jeanne Champel Grenier, celle-ci n’a pas peur de fouiller ce qui lui est intime, personnel car elle sait que les racines sont un lien de sincérité partagée, ainsi apparaît son terroir primordial : l’Ardèche : les gens d’ici / sont sans manière , durs à la tâche lents  l’oubli ; apparaît aussi la Catalogne, terre maternelle,  lorsque la musique sautillée d’une sardane lui met le pouls en  orbite / sur les ramblas de Barcelone.

 

Dans les petites choses du quotidien, elle sait écouter, voir, retenir: elle entend broder l’été  ainsi que les abeilles des confitures. L’auteur fait ruche ; elle restitue un miel d’un cru très personnel que le lecteur savoure quand elle s’exerce au paradis / de l’infiniment petit.

Paradis traversé par une foule de personnages , car c’est bien l’humain qui intéresse l’auteur, l’humain et son avenir marqués au croisement / du sort et du calendrier : personnages du quotidien en ces terres de caractère qui vont de l’enfant neuf ébahi au guérisseur antique en passant par le Sage et  la vieille femme sans âge / belette furtive / du silence / un rire bienveillant / plein les yeux.

 

Jeanne Champel Grenier, entre ombres et lumière, en dépit des fêlures qui changent parfois le timbre de la vie, nous donne de quoi désherber le bonheur. Elle sait, comme le souligne René Louis Des Forêts dans Ostinato, que le temps passé n’est source de vie que pour qui le revit en jaillissements lumineux,  une fulgurante épiphanie, c’est pourquoi, avec bonheur, le lecteur habite ses incendies.

 

                                                                                               © NICOLE HARDOUIN

 

Une réflexion sur « LA PLUME TRAVERSIERE et ALORS LA NUIT DÉLIVRE LA NUIT DES LIVRES Jeanne CHAMPEL GRENIER, Ed France Libris 2018 »

  1. Que dire, sinon MERCI, un GRAND merci, pour avoir fait une place à mon travail qui ne vise ni l’excellence, ni l’originalité absolue, mais juste la sincérité associée à un chemin personnel à l’approche des ultimatum de la vie.
    Jeanne CHAMPEL GRENIER

    J'aime

Les commentaires sont fermés.