CLAP 2 – Nouvelles ( 28 Bobines) de Jeanne CHAMPEL GRENIER – 170 pages- 12 euros- Editions France Libris

                                                                CLAP 2-  28 Nouvelles

                                                  Jeanne CHAMPEL GRENIER


par Béatrice GAUDY

Ce nouvel ouvrage, CLAP 2, offre une autre facette de l’écriture de Jeanne CHAMPEL GRENIER.

Sous le sien collage qui orne la couverture, ont été réunies 28 nouvelles, qui pour la plupart ont été primées. Les thèmes de ces récits sont vraiment les plus diversifiés qui soient  : moments marquants de l’enfance, subtilité de l’éducation que les parents donnent à leurs enfants, relations au sein des couples, rapports pleins d’affection ou au contraire cyniques entre parents très âgés et enfants adultes, amitié d’une grande finesse de cœur ou au contraire bien superficielle, comportements très discourtois d’inconnus, par exemple des automobilistes  : un très large éventail des relations humaines est dépeint au long de situations très représentatives de notre société  ; citons en quelques uns  : passage en caisse dans un magasin, jeux vidéo pour enfants sur Internet, séance de gymnastique amaigrissante, affaires sur Leboncoin,  »Pique-nique en famille », vernissage, etc. Toutes ces courtes histoires sont d’autant plus prenantes qu’elles sont pour la plupart empreintes d’humour. Le lecteur, parfois, éclate même franchement de rire, d’un rire pourtant sans méchanceté, par exemple en lisant  »Les bottes ça m’botte ». Il arrive toutefois que dans une nouvelle domine l’émotion, comme dans  »Mariska », ou bien le fantastique, littérairement voulu dans  »Sommeil de porcelaine », parfois involontairement éprouvé dans  »La positive attitude », ou bien quand des aspects méconnus de notre environnement, par exemple le sous-sol d’un hôpital, s’avèrent par trop étranges, quand ce ne sont pas des circonstances troublantes qui paraissent soudain ouvrir un autre espace-temps  : »3h30 »  ! Et puis, il est des situations si inattendues, la plus forte étant  »Finitions in extrémis », qu’elles font penser qu’elles pourraient bien s’être réellement produites  ; il suffit d’avoir l’oeil vif et la plume alerte, la vie n’est-elle pas d’une incroyable inventivité  ?

Nombre des nouvelles de CLAP 2 sont écrites à la première personne du singulier, de sorte que le lecteur se perçoit presque comme un interlocuteur à qui l’autrice fait confidence de tranches de vie, même lorsque le narrateur est en fait un homme.

Les dialogues sont nombreux, par cette volonté de proximité des textes avec des scénarios, volonté affichée dans le titre du recueil ( CLAP 28 Bobines), les échanges sont retranscrits d’une façon particulièrement vivante, fidèle à la réalité. Si Jeanne CHAMPEL GRENIER possède un vocabulaire français nettement plus riche et sensible que la norme, ce qui est manifeste dans ses poèmes, elle est aussi on ne peut plus attentive à la façon de s’exprimer des autres et, jouant sur l’orthographe, elle restitue avec beaucoup de réalisme amusé, tant les fautes et hésitations des jeunes enfants que, au besoin, l’accent d’un étranger( voir  :  »L’échafaudage  » vendu par un Sicilien !)

CLAP 2 est aussi pour le lecteur l’occasion d’avoir une indication élargie sur les connaissances linguistiques de Jeanne CHAMPEL GRENIER. Si la lecture de  »Souvenirs d’enfance » lui avait appris que Jeanne, enfant, a baigné dans le catalan autant que dans le français,  »CLAP 2 », dans certaines nouvelles, laisse flotter, ouvertement ou allusivement, le souvenir de l’accent de Frédéric Mistral et d’Alphonse Daudet ( » Mystère au mas de Galibert  »,  »Alphonse et le coup de chaleur » ), cela nous amène à penser que l’univers dans lequel a grandi l’auteur fut en fait trilingue : français, catalan notamment familial, et occitan qui perdure dans le patois de l’Ardèche ) ce qui ajoute des racines à l’ancrage de ses histoires et à leur vérité  ; chatier le langage au point de le rendre d’une rigueur académique impersonnelle n’est pas le sport favori de l’autrice. En réalité, ce qui se perçoit à travers les diverses veines littéraires de Jeanne CHAMPEL GRENIER, c’est le plaisir de la langue, des langues, tant orales que soutenues et ceci dans un grand souci de vérité et de proximité, sans oublier l’humour, cet esprit de liberté créatif toujours prêt à surgir. Un grand accent de vérité, de bienveillance amusée. Un travail attentif et fidèle, d’une belle richesse inventive où la poésie garde une place de choix.

Le lecteur l’aura compris  : on ne s’ennuie pas un instant à lire  »CLAP 2 ». Il est toutefois à préciser que si les nouvelles qui sont réunies dans ce recueil sont divertissantes, elles n’en possèdent pas moins une portée supplémentaire. Sans y paraître, sans donner de leçon, tout en nous amusant, ces nouvelles nous invitent à la réflexion, sur nous mêmes, sur certains travers individuels, parfois personnels, sur la société, ce qui nous invite à comprendre plus profondément les autres.

Particulièrement brillante est la nouvelle qui ouvre le recueil   :  »Vous avez dit contemporain  ? », il faut bien se rappeler que Jeanne CHAMPEL GRENIER est peintre, le récit de la visite d’une exposition d’art contemporain donne au lecteur, s’il est de ceux qui n’hésitent pas à faire travailler leurs neurones, l’occasion de réfléchir à cet art promu dans des sites prestigieux, art soutenu par les firmes à dollars qui prennent les visiteurs pour ce qu’ils sont parfois  : des gens incultes abusés par la mise en scène de l’argent tout puissant.

 Notons que l’occasion est donnée dans ce texte humoristique, d’alerter tout un chacun qui se croit anonyme, de la montée en action des vidéo – surveillance, devenues de plus en plus nombreuses et inquisitrices, texte donc qui nous amuse mais qui ne manque pas de nourrir la réflexion.

Ainsi, en nous divertissant, mine de rien, la nouvelliste, jeanne CHAMPEL GRENIER, nous distrait mais comme tout écrivain qui se préoccupe de la question humaine, éveille aussi nos consciences.  

CLAP 2 – Nouvelles ( 28 Bobines) de Jeanne CHAMPEL GRENIER – 170 pages- 12 euros-
Editions France Libris

Adresse de l’auteur  :
Jeanne CHAMPEL GRENIER
99 Impasse de Larzalier
07800 Saint laurent du pape
FRANCE

 « CONTREPOINTS » Poèmes, peintures et sculptures de Jeanne CHAMPEL GRENIER et Louis DELORME

Une chronique de Béatrice Gaudy

 « CONTREPOINTS » Poèmes, peintures et sculptures de Jeanne CHAMPEL GRENIER et Louis DELORME


 

Bien rares les auteurs qui excellent également dans les arts du verbe et ceux de la  peinture ou / et de la sculpture.

jeanne-champel-grenier-6
Jeanne CHAMPEL GRENIER, Artiste Peintre, Écrivain, Poète, illustratrice

Tel est pourtant le cas de Jeanne Champel Grenier et Louis Delorme qui ont uni leurs talents multiformes pour réaliser ces « Contrepoints ».

contrepoints-vol-i-jeanne-champel-grenier-et-louis-delorme

Intitulé « Souvenirs », le premier volume traite de l’enfance avec une grande sensibilité. Si les poèmes qui rendent hommage à des êtres qui furent chers à Jeanne ou à Louis appartiennent plus particulièrement à leur propre histoire, beaucoup d’autres ont l’art aussi de réveiller les souvenirs des lecteurs qui ont vécu des moments humains comparables et ressenti des émotions sœurs.

contrepoints-vol-ii

Comme son titre : « Inspiration Peinture » l’indique, le second volume de ces « Contrepoints » est bien sûr l’occasion d’évoquer des artistes et des œuvres ayant marqué les auteurs, ainsi que certains moments ou sujets de leurs créations, c’est à dire en fait des thèmes très diversifiés et dont le traitement est parfois d’une liberté et d’une originalité étonnantes.

contrepoints-vol-iii

Dans « Poètes Citoyens », enfin, le troisième volume, Louis et Jeanne s’expriment sur de petits ou grands maux de notre temps, pour les dénoncer et ce faisant les combattre, ou pour dégager des pistes d’espoir.

 

L’amicale entente qui unit Louis et Jeanne est bien perceptible pour le lecteur-spectateur. Leurs sensibilités, points de vue et thèmes sont très fraternels, et l’intérêt que chacun porte aux créations de l’autre est si vif qu’il advient qu’une œuvre de l’un inspire une oeuvre de l’autre, en un poétique dialogue où chacun conserve sa personnalité.

 

Très brillante, Jeanne se plaît à jouer des registres les plus divers. L’humour est par exemple fort rare en poésie. Pourtant, son « Grand Défi » qui mise sur le nombre d’enfants nés une année dans le monde a de quoi aider bien des gens à espérer en l’avenir et ne pas se sentir seuls ; il est vrai que la pensée de Jeanne est pleine d’énergie. Et combien est touchante « La broche ancienne », objet modeste et de grand prix affectif qui évoque toute une vie, original le poème « De la rose ». Quant à « L’écume », la poésie s’ouvre et prend une dimension philosophique- le bord de mer inspire d’ailleurs de façon régulière et originale Jeanne Champel Grenier.

 

Peintre, Jeanne est aussi très douée par sa capacité à saisir l’essentiel, l’émotion artistique produite par la lumière sur les fleurs, un oiseau, un paysage, un monument…De plus, elle possède un sens réel de l’harmonie des couleurs et celui du mouvement. Il est pour le profane, si difficile de saisir la raison esthétique de l’émerveillement qui nous saisit devant tel ou tel élément du réel…Jeanne y parvient parfaitement.

 

Le ton de Louis Delorme est plus généralement grave. Il n’en signe pas moins des œuvres pleines de force comme « Mémoire vive », ou « Déconfitures » qui exprime le chagrin de voir déboiser un lieu magnifique au profit d’une  »forêt de béton », « La prière du paysan », aussi émouvante que profonde, « La cathédrale engloutie » qu’accompagne une magnifique peinture.

 

Car avec une jolie vigueur d’inspiration, Louis est aussi, peintre, tour à tour naturaliste, surréaliste, naïf ou expressionniste pour mieux traduire ce qu’il porte en lui depuis l’enfance. Sculpteur, il ne dédaigne pas d’utiliser des matériaux de récupération pour réaliser des œuvres fort originales et teintées d’humour tel ce « Chien sauvage » de métal rouillé tout rempli de clous au niveau de l’estomac.

 

Parmi les thèmes riches et rares que Jeanne et Louis se plaisent à développer dans leurs « Contrepoints » figure celui des bohémiens, ce peuple du voyage, en marge de nos vies, dont l’histoire, pour une raison mystérieuse, ne se retrouve que chez les écrivains des terres occitanes.

 

Ces « Contrepoints » riches et originaux ont été mis en musique par Anne Gary Reck. Quel beau travail ! Mais qui en valait la peine.

Ce triptyque « Contrepoints » est réellement magnifique,  poétiquement et artistiquement et pour couronner l’ensemble, il jouit de plus d’une superbe préface signée Claude Luezior.


« CONTREPOINTS » : Souvenirs ( vol I) Inspiration Peinture ( vol II) Poètes Citoyens ( vol III) Editions France Libris

  • Chez Jeanne CHAMPEL GRENIER – 99, impasse de Larzalier – 07800 Saint Laurent du Pape
  • Chez Louis DELORME – 133, Rue d’Angerville – 91410 Les Granges le Roi

 

                                                       ©BEATRICE GAUDY