Une comédie humaine en mots et en images

Une comédie humaine en mots et en images



    Quel merveilleux tremplin pour faire découvrir la poésie contemporaine que de la faire cohabiter avec d’autres arts plus exposés tels que la photographie par exemple. Bien sûr, les risques sont grands de voir l’une ou l’autre de ces deux formes d’expression prendre le pas sur la voisine. Il y a aussi le risque de redondance aboutissant à la banalisation du projet. Ici, rien de tout cela avec L’aventure carto menée par le photographe breton Yvon Kervinio. Parmi les milliers de photos en noir et blanc qu’il a prises, Kervinio en a choisi 500. Il a proposé ensuite à 5 poètes d’en retenir 30 afin de les accompagner d’un texte poétique, le tout devant déboucher sur des livres de 64 pages au format carré (22×22). Le photographe rappelle dans son avertissement que « le lieu, la date et les circonstances » sont les bases de ses photos, « pour en garder la mémoire » (mais les auteurs ne les connaissaient pas au moment de l’écriture). C’est au cœur de la Bretagne profonde des années 70 à 90 que ces clichés ont été pris. Nous allons parler ici de deux de ces cinq livres proposés.

45870_1.jpg    Tout d’abord, dans celui de Jean-Claude Touzeil intitulé Vox populi, la parole est donnée au peuple le plus modeste dans ses activités ordinaires ou festives. Les poèmes en vis-à-vis témoignent d’une grande empathie avec juste ce qu’il faut de tendresse et de fantaisie. Toutes ces personnes soudain mises en pleine lumière rayonnent dans la complicité que le poète a su témoigner en laissant libre cours à son imagination.

visages_de_villages.jpg

    Le deuxième livre s’intitule Visages de villages et c’est le poète Michel Baglin qui en est l’auteur. Ici, ce sont des proses poétiques qui prolongent les photos en débordant du cadre pour fertiliser l’imaginaire. En allant au-delà de la réalité la plus brute, Michel Baglin relativise les menus évènements locaux ou régionaux en rappelant à chacun la domination du temps qui passe. Instants volés, instantanés, instants instables : il y a un peu de tout cela dans ces visages.

Il est impossible d’extraire des passages de ces écrits qui forment un tout en regard de chaque cliché. Le point commun à ces deux livres ne se borne pas aux cinq photos communes choisies par ces deux poètes, sans qu’ils se soient concertés, mais dans cette belle comédie humaine à ciel ouvert qu’il nous est permis de découvrir. On assiste sans qu’il y ait voyeurisme à des scènes qui pourraient être un riche matériau d’étude pour des sociologues ou pour des ethnologues.


 

©Georges Cathalo – octobre 2018

 

Le « tungstène que le serpent ne pourra jamais transpercer »*

Une note de lecture de Daniel ILEA

Sanda VOÏCA, Trajectoire déroutée, poèmes, éditions LansKine, Nantes, 2018.

ob_ec9019_sanda-voica

Le « tungstène que le serpent ne pourra jamais transpercer »*


 

C’est dans l’enfance baignant dans le soleil noir de la mélancolie que la mère plonge à la recherche de sa fille, du « bleu royal » (ou baume) de la Poésie. Ce « bleu royal », le même que celui du tungstène, traverse le livre et le monde ; c’est aussi celui de la ceinture, nœud sur l’estomac, autour de la taille, enveloppant également le cœur de la mère (p. 18) ; celui de l’eau claire et froide, avec laquelle la mère s’identifie, d’une baie (p. 65) ; celui du bien-aimé lui-même (p. 20) ; celui de l’air, du ciel, du jour.

 

Le ventre est ambivalent : c’est le ventre béni de la mère, d’où la fille est sortie, mais c’est aussi celui de la fille, devenu le siège de sa maladie mortelle : « Qu’il y ait donc une flèche / avec deux pointes, / une à chaque bout. / Qu’elle s’amollisse / jusqu’au serpent. / Qu’il entre dans mon ventre / tantôt froid / tantôt chaud – / celui d’Eve même. / Qu’il crève le ventre » (p. 35). 

Et, pour se battre contre ce ventre maudit, ce traître, il faudra : « Lier une flèche à peine existante / à une alouette de mon enfance » (p. 36). Autrement dit, cette fille, flèche qui a fait long feu, à peine existante (juste une vingtaine d’années !), devrait être (re)liée à l’enfance de la mère afin de pouvoir, cette fois-ci pour de bon, reprendre son envol d’alouette vers le « bleu royal », vers le Soleil.

 

L’amour infini engendre/rejoint la solitude infinie, jusqu’au déchirement, jusqu’au « découpage-dépeçage » (p. 56) du corps de la mère. La souffrance assèche, solidifie, « pétrifie » – d’où besoin d’arrosage, de la pluie de ses yeux, besoin de devenir elle-même « nuage » (p. 9) qui crève et se déverse sur la terre-tombe, pour que la fille là-dessous remonte et reverdisse. La mère se métamorphose « en cœur alourdi », qui « coule vers la terre, / devient un pis / et il nourrit / de ses gouttes immenses / couleur bleu-ciel / – ou bien royal ? » sa « fille enterrée » (p. 66). Mais la fille aussi essaie de rejoindre sa mère, de remonter en tant que souffle vibratoire : « La fille disparue jeta une cordelette / blanche éclatante / flottant à portée de main / inatteignable. / Que faire d’elle ? / Elle ceint mes jours. / Mes mots se faufilent / toujours près d’elle. / Fière si par le hasard / la corde vivante / les a touchés » (p. 39).

Et cela continue : suite aux tentatives de la fille, la mère réagit fortement : « Plusieurs fois par jour / la fille revient / s’empare de moi / grappin à plusieurs crochets qui / s’enfoncent dans ma chair / me soulèvent très haut / et me lâchent : / je me défais en morceaux. / Quand je me réarticule / je mets la fille disparue / dans mon échine » (p. 17). Ou, encore et toujours : «  Les souvenirs de la fille disparue : / couvertures de tout temps / suspendues dans l’air / pour tenir sous le froid / du jour imminent. / La douleur ronge / les crayons / les feuilles / mon clavier. / Son piano aussi. / M’en extraire : / injonction futile et permanente / mais structurante : / je suis celle qui s’extrait / de MON jour / et de SA nuit » (p. 23).

 

Dans toute cette gigantesque tentative de se rejoindre : « Elle flotte / Je flotte / Nous traversons les airs / les terres / les chemins battus et inconnus. / Nous ne sommes jamais / à notre place » (p. 46). On est en pleine guerre, on dirait qu’il ne pût y avoir qu’une « paix ensanglantée » (p. 44).

Or, voici que, pour un instant, la roue d’Ixion cesse de tourner ! Et cela pour que la mère-poétesse, descendue aux Enfers, tel Orphée, puisse la ressusciter à travers ses chants.

C’est l’instant même de ce livre – qui cesse d’être une « trajectoire déroutée », devenu le « tungstène que le serpent ne pourra jamais transpercer ».

©Daniel ILEA Juin 2018.

___________________________________________________________

*. Cf. Sanda VOÏCA, Trajectoire déroutée, poèmes, éditions LansKine, Nantes, 2018.

 

Lectures de Janvier 2017

Lectures de Janvier 2017

patrick-joquel www.patrick-joquel.com

Poésie

Titre : EFFEUILLAGE

Auteur : Alain Chiche

Editeur : Gros Textes

Année de parution : 2 017

>

Premier recueil poétique d’Alain Chiche que l’on connait déjà pour ses livres jeunesse au Seuil et ailleurs. Un livre qu’il a illustré aussi et qui éclate de couleurs joyeuses. Un livre joyeux oui. Des comptines, des poèmes plutôt courts mais pas tous. Des textes qui donneront bien du plaisir aux enfants et à leurs maitresses et maitres. Des poèmes générateurs d’ateliers d’écriture, des images qui ouvriront l’imaginaire des jeunes créateurs. Un livre riche et agréable à mettre dans toutes les classes, dès la maternelle.

http://grostextes.over-blog.com/

 

*

 

Titre : Es-tu mon frère ?

Auteur : Gilles Brulet

Dessins de Laurent Courvaisier

Editeur : Donner à Voir

Année de parution : 2 016

>  >

Une ambiance indienne. Un accord complice avec la Nature, notre mère la Terre et sa tendresse. On se promène dans cet accordéon comme en un jardin où une petite voix par son questionnement doux nous invite à passer le pas, à sauter la ligne ténue et invisible qui nous sépare du cœur pulsant du monde.

>

Silence, on lit ; on marche ; on rêve.

>

Aucune autre urgence même sans fil ne peut venir interrompre cette méditation. Embarquement immédiat !

http://donner-a-voir.net

>  >

*

 

Titre : Un fruit qu’on regarde sans tendre la main

Auteur : Rémy Durand

Encres et aquarelles : Josette Digonnet

Editeur : éditions du Petit Véhicule

Année de parution : 2 016

 

Un fruit ? Une pomme peut-être comme semblerait l’indiquer L’insoutenable bonheur de la chute : titre de la deuxième partie du livre. Partie où les pages tournent les rencontres, rencontres avec l’autre, avec soi-même ; rencontre intime de l’amour ou de la révélation. Beaucoup de douceur, un peu d’amertume et quelques grains de désespérance jalonnent ces pages. Un désespoir que le poème sauve, apaise et transfigure.

Première partie : des lieux, villes et autres aires. L’auteur se promène et nous entraine à sa suite dans Prague, Venise ; sur les pentes de la montagne Sainte Victoire chère à Cézanne, dans la neige ou le désert.

 

Mon coup de cœur : la page sur la neige… bien sûr diront ceux qui me connaissent. Marcher dans la neige c’est retrouver le temps d’avant, lorsque nous étions éternels. Marcher dans le blanc, c’est retrouver un murmure d’éternité

 

http://lepetitvehicule.com/remy-durand-josette-digonnet-un-fruit-quon-regarde-sans-tendre-la-main/

*

 

Titre : Cannibale bambou

Auteur : Thierry Renard

Editeur : Gros Textes

Année de parution : 2 016

 

Une année ou presque d’écriture dans ce livre. Le fil des mots, le fil des mois. Et pas n’importe quelle année : celle des cinquante ans de l’auteur avec en prime un statut supplémentaire (grand-père).

Ça commence à deux pas de chez moi, un petit clin d’œil aussi amusant qu’inutile pour le lecteur mais bon, ça fait plaisir comme on dit.

On avance dans le livre d’un poème à l’autre ; poème daté avec lieu. Poèmes dont l’écriture ne se soucie pas de sortir ou non du cadre. Une liberté revendiquée également dans la vie de tous les jours et ses engagements ; la liberté ressemble à nos matins les plus habituels.

Certains poèmes sont écrits la nuit, d’autres à l’aube ou bien en cours de journée. Ils naissent librement eux aussi pour entraîner leur auteur dans un peu plus de réflexion, de savoir être.

Des poèmes écrits à la première personne, des moments d’intimité, des moments de vie, des réflexions… Le poème s’adresse autant à son auteur qu’aux lecteurs. Le poème a bien souvent un petit côté universel, un chuchotement qu’on reconnait quand il vient à nous.

 

La vie est immense la vie est immense

Alors osons dès à présent l’imaginaire

Vivre c’est exprimer l’incroyable

C’est rendre parole et lumière

Écrire c’est recoudre le temps

Et donner au vivant davantage de vivant

Toute mon existence j’aurai lutté

Contre l’envie de renoncer à mes promesses

 

*

Titre : Jardins alpins

Auteur : Odile Bonneel

Illustrations : Isabel Asunsolo

Editeur : Le Pré du Plain

Année de parution : 2 016

Promenade dans les jardins alpins. Les sauvages comme les cultivés, parcours botaniques. Le bonheur d’Odile, c’est de rassembler ces fleurs fragiles en une composition de haïkus. Une promenade bucolique, instructive et songeuse.

Cette étrange émotion appelée poésie, n’est-ce pas ?

On y déniche aussi entre, au-dessus voire au-dessous des plantes, la vie des hommes, les insectes dont la mouche chère à Norge, ou d’autres animaux comme la marmotte si sympathique.

 

Les mouches d’altitude

Bombillonnent vibrillonnent

Autour de nous , Clac !

www.lepréduplain.com




©Patrick Joquel      

 

Les Incontournables de 2 016 de Patrick Joquel

Les Incontournables de 2 016 de Patrick Joquel


patrick-joquel
http://www.patrick-joquel.com

Poésie


Titre : Dépaysés
Auteur : Alain Boudet
Illustrations : Marion Broca
Editeur : Soc et Foc
Année de parution : 2 016

Un nouveau recueil d’Alain Boudet. De la joie en perspective. On ouvre avec gourmandise et les images de Marion Broca accueillent le lecteur avec légèreté, douceur et sérénité. En écho à ces poèmes répartis en quatre parties.
Alain Boudet est un flâneur, à l’affût des petits bonheurs du jour. Il les contemple avec un sourire et les écris… ça parait si simple qu’on en oublie le travail d’écriture. De l’idée au poème, du temps et de l’énergie, de la méditation, des essais de mots jusqu’à ce que le poème fuse, étonne et réjouisse.
L’écriture renouvelle l’être et le monde alentour.

Toute cette joie de vivre reste attentive aux douleurs de vivre. Qu’elles soient proches ou lointaines. Le poète n’a pas que des cailloux lisses en poche pour jalonner son chemin de Petit Poucet rêveur dont l’auberge est à la Grande Ourse ; il a aussi des gravats. Ceux d’Alep, en ce qui concerne ce livre. Un poème sur une ville meurtrie ne la re construira pas, certes ; mais il témoigne d’une solidarité, d’une prise en compte. On vit avec ces échardes, qu’on le veuille ou non, les dire et les partager, ça compte bien quelque part, sinon à quoi bon ?
Un poème, ça compte bien quelque part, sinon et depuis le temps que les poèmes nous accompagnent ils se seraient évaporés.
*
Il peut bien peu
le temps qui passe
Nous avons du bleu
Il peut neiger
il peut faillir
affabuler s’affoler
s’affaiblir s’affaler
et falsifier le vent des rêves
Nous avons
nous avons du bleu
nous avons du bleu dans nos poches.
© Alain Boudet – Petite suite bleue pour Lila dépaysés soc et foc

http://www.soc-et-foc.com/CAT_detail.php?id=112&PHPSESSID=d19f0dbdc87e274124d5cf6c415a70f1
*
Titre : Lame de fond
Auteur : Marlène Tissot
Editeur : La Boucherie littéraire
Année de parution : 2 016
J’ai ouvert le livre et dès le premier texte j’ai été happé. Jusqu’au bout. Sans halte. Sans pause. Connivence des vécus même si chacun demeure unique bien sûr. Surprises régulières des phrases, des images, des sentiments. Je sais déjà que je lirai et relirai ces pages, histoire de savourer des moments comme celui-ci (il faut bien en choisir un pour cette chronique, ne pas tout dévoiler mais donner envie) :
La paupière grise du ciel. Le chant des baleines de parapluie. Le dos rond des frissons sous la caresse du pull. Ce petit surplus de douceur qui aide à franchir les jours de pluie. Ici, on parle de grain. Ailleurs de folie.

Ces bonds du langage sur les ressorts de sens des mots, ces sensations. C’est vivifiant. Comme cet air du large qui vient de l’Ouest sur le dos du gulf stream et qui baigne le livre. Marlène Tissot nous emmène à Cancale, avec elle, respirer les marées, de se renouer, à la recherche non d’un passé sclérosé, antiquité de musée aux souvenirs, mais d’un passé fondateur ; d’une de ses vies. Car nous vivons plusieurs vies et parfois le besoin de les rassembler nous taraude jusqu’à, comme ici, traverser la France pour remettre sa main dans la sienne.

Un livre autour de la perte, autour du voyage, pèlerinage géographique d’un retour à une des origines mais aussi quête intérieure.
Décidément ce nouvel éditeur La Boucherie littéraire surprend à chaque fois !
http://laboucherielitteraire.eklablog.fr/
*
Titre : poèmes taillés dans la pierre
Auteur : Patrick Dubost
Editeur : La Boucherie Littéraire
Année de parution : 2 016

Voilà une démarche d’écriture qui me plait, qu’il m’est arrivé d’expérimenter aussi. En résidence d’écriture dans la Chartreuse Notre-Dame-des-prés de Neuville-sous-Montreuil, Patrick Dubost se met en silence. Il entre dans le silence de la Chartreuse, le grand silence ! Il se met à l’écoute. De tous ses sens. Se pose ici ou là. Déambule dans les couloirs, le cloître… Il vibre. Il devient le point d’accueil de chaque pierre, chaque herbe, chaque animal de ce lieu poli par le temps. Il reçoit les chants évaporés au fil des liturgies, surprend les ombres cligner de l’œil.
Les mots se déposent sur le papier, comme un goutte à goutte dans les cavernes. La géographie du poème épouse aussi les lieux : poèmes triangulaires. La voix prend le temps de la résonnance des salles : des espaces où peuvent rouler les échos, s’installer des silences.
Le poème interroge à la fois l’espace et le temps du lieu comme l’espace et le temps de l’homme qui écrit.

Un livre à lire et à s’imprégner pour accompagner le jour au pas des vivants.
*

Titre : BBêtes
Auteur : Sophie Braganti
Dessins : Victor Lanneau
Editeur : Gros Textes
Année de parution : 2 016

Voici un bestiaire signé Sophie Braganti. Un bestiaire plutôt tourné vers les petites bêtes, les insectes y ont une grande place. Ils ont souvent des noms à titiller autant la langue que l’imaginaire et Sophie Braganti ne s’en lasse pas. Elle vole autour des mots, joue avec eux comme le moustique avec notre sommeil. Elle nous tire de notre léthargie de lecteur passif à grands coups de claques inventives, drôles et percutantes. On se dit après lecture que décidément la langue offre encore de belles Terra Incognita et il est bon que les poètes en soient les explorateurs insatiables.

Les dessins de Victor Lanneau sont d’une précision de toute beauté, envoutants. Souhaitons lui de rencontrer d’autres propositions chez le même éditeur ou d’autres…
http://grostextes.over-blog.com/
https://sophiebraganti.wordpress.com/
*
Titre : Quotidiennes pour lire
Auteur : Georges Cathalo
Editeur : La Porte
Année de parution : 2 016

Fidèle au format de ses quotidiennes, Georges Cathalo s’interroge ici sur ce qui pousse à lire, à lire et à lire encore… ce qui pousse à écrire, écrire et écrire encore… et sur ces mots mystérieux qui nous inventent, nous tiennent et nous révèlent. De petits bijoux ciselés sur ces thèmes et qui poussent à la réflexion. J’en verrai bien quelques-uns en poème affiche dans les bibliothèques ou autres lieux (et dans ce cas dans des lieux un peu incongrus pour un livre…).
Les éditions de la Porte 215 rue M.Bodhuin 02 000 Laon, tirent artisanalement à 200 ex. Un miracle, un bonheur et un indispensable. Merci à Yves Perrine.

*
Titre : Le chuchotis des mots
Auteur : Chantal Couliou
Illustratrice : Charlotte Berghman
Editeur : Les Carnets du Dessert de Lune
http://dessert-de-lune.123website.be/
Année de parution : 2 016

Un livre promenade. Des poèmes courts. Un plein d’images au fil de la lecture. On commence la ballade à l’école (Chantal Couliou est enseignante en primaire). Des instantanés de cour, de classe, d’émotions. Un regard plein d’empathie sur les enfants, plein d’humour sur les objets de la classe, les mouettes de la cour. C’est frais, apaisant et poignant.
On continue la promenade au bord de l’océan, à l’intérieur des terres. Une Bretagne que Chantal Couliou aime et qu’elle écrit à petites touches, à petits chuchotis. Puis on passe en ville. La ville aussi est vivante, comme l’école. Ce serait trop simple de ne trouver de la poésie que dans les vastes espaces naturels, non, Chantal s’applique à la dénicher au quotidien. A fixer sur le papier ces petites palpitations qui nous ramènent à l’essentiel, à ces petites haltes dans la course, ces brèves jubilations qui aèrent le cœur et l’esprit.
Lire Chantal Couliou, c’est apprendre à vivre sans bruit, à guetter le fragile, l’éphémère. Lire Chantal Couliou à l’école, c’est permettre aux enfants de découvrir qu’il existe un autre monde que celui des écrans et tout aussi, sinon plus, magique.
*
Titre : Sous les fleurs de la tapisserie
Auteur : Marlène Tissot
Illustrations : Somotho
Editeur : Editions Le Citron Gare
Année de parution : 2 013

Est-ce qu’on guérit un jour de son enfance ? De nombreux poètes écrivent ainsi pour dire, comprendre, apprivoiser et que sais-je les cicatrices indélébiles que tes mots ont autrefois laissé sous ma peau. Ici, c’est de la mère dont il s’agit.
Certains demeurent par moments ou tout le temps cet enfant blessé, terrorisé : j’ai sept ans pour l’éternité et je pleure des rivières.
Une manière de résister aussi au monde des grands qui fige les rêves.
Cette résistance au monde adulte et bien pensant on la suit de poème en poème. La lecture tient en équilibre sur un fil
C’est juste la frontière entre mon imagination  et la réalité qui devient de plus en plus mince.
On connait tous cela. On se reconnait alors dans ces brisures de miroir. Ces instants fugitifs où l’on s’échappe, où l’on croit que… où on est ailleurs et autrement que son petit bout de gras quotidien.
Une écriture fine, juste et précise.
Un livre « Un livre prix CoPO 2015 ».
http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/


*
BD

Titre : Rouge Petite Princesse Punk
Auteur : Johan Troïanowski
Editeur : Makaka
Année de parution : 2 015
Rouge gagne ses lettres de noblesse dans un magnifique album cartonné grand format. On y retrouve la palette colorée de son auteur, son univers magiquopoétique tout en légèreté, rêverie et bonté. C’est bourré de références discrètes, petits clins d’œil bien agréables à surprendre. Chaque livre s’inscrit ou devrait s’inscrire dans une histoire, celle des livres, Rouge y réussit parfaitement.
Un tome 2 est en préparation… Un personnage et un auteur à suivre !
Un univers particulier, ça change des convenus.


Album

Titre : C’est fermé
Auteur : Duval Mc
Illustrations : Caroline Dalla
Editeur : L’initiale
J’ai croisé cet album au festival de Mouans Sartoux. Un peu avant l’ouverture. J’ai éclaté de rire. C’est rare qu’un album me donne cet éclat là. C’est drôle, simple et efficace. Je l’ai amené en classe. Succès. Dès que je le ramène chez moi, les élèves le réclament.
Bref, c’est excellent !

http://linitiale.fr/pages/3-collections/l-agreable.php#main

*
Titre : C’est pas ça
Auteur : Duval Mc
Illustrations : Caroline Dalla
Editeur : L’initiale
Année de parution : 2 016

Comment le conteur s’embrouille… une salade, des hésitations… C’est drôle et sympathique. Ça fonctionne bien. Un livre, c’est pas forcément ennuyeux ni prise de tête et les histoires, c’est pas toujours des histoires. Un peu de fraicheur, ça irrigue les neurones.
A mettre dans toutes les bibliothèques jeunesse et autres bcd de la maternelle au primaire.
http://linitiale.fr/pages/3-collections/l-agreable.php#main
*
Titre : Le chemin d’Antonin
Auteur : Catherine Leblanc
Illustrations : Audrey Pannuti
Editeur : éditions L’initiale
Année de parution : 2 014

Antonin n’a qu’une idée en tête (on la découvrira en fin d’album, y aller, et il y va d’un bon pas. Ce garçon a aussi un cœur énorme, il rend service à tous ceux qui lui demandent. Il ne sait pas dire non…
Une petite fable qui vient à point pour montrer au lecteur que si rendre service est  agréable et bon, savoir se centrer ce qui est important pour soi l’est également. S’aimer permet d’aimer.
Au quotidien c’est une question d’équilibre.
Un petit livre à lire en classe dès le ce1 et au-delà, histoire d’amorcer une réflexion commune et/ou personnelle.

http://linitiale.fr/pages/3-collections/philo-et-citoyennete.php#main


Roman
Titre : Empreinte digitale
Auteur : Patrice Favaro
Editeur : Editions Thierry Magnier
Année de parution : 2 016
Le George O’, un bar de quartier comme on n’en fait plus… dans ce futur proche qui ressemble déjà à notre présent. Un bar sans vidéo surveillance (pour votre sécurité), sans agent de sécurité ; juste un endroit où le patron vous appelle par votre prénom : Ramzi, un étudiant, par exemple dont les horizons se rétrécissent dans la première nouvelle de ce recueil de quatre (pour votre sécurité)…
Le patron prend sa retraite, le temps passe… le George O’ devient un squat, sorte d’ilot de résistance, militant, équitable et bio ; café philo et poésie… puis la Police le mure. Comme ça, c’est fini. Paris est quadrillé par des drones de surveillance à reconnaissance faciale.  Tout va bien, on continue la lecture : souriez, vous êtes filmés.
Le temps passe encore et la mémoire du monde s’informatise à tout va. Le bar du quartier rouvre ses portes sous le nom du G.O. et on va suivre l’ascension d’un jeune homme doué… Les ponts entre le passé papier et le présent numérisé sont rares mais existent encore sous contrôle, bien sûr. Les villes commencent à se terrer sous bulles : réchauffement et dérèglement climatique…
Et on approche de la fin de ce livre que tout cdi et toute bibliothèque offriront à lire aux lecteurs de tous âges tant les questions soulevées sont actuelles. Un livre à ranger sur la meme étagère que 1984, farenheit 451 de Ray Bradbury , Liv3 de Christian Grenier etc.
http://www.editions-thierry-magnier.com/9782364748071-l-patrice-favaro-empreinte-digitale.htm
*
Titre : La tour de l’étoile
Auteur : Emmanuelle Delafraye
Editeur : éditions du Jasmin
Année de parution : 2 016

Un autre monde. Un enfant. Un oncle. Et le va et vient de l’un à l’autre. Avec une quête à trois épreuves. De l’océan. Tous les ingrédients et la fiction prend le lecteur. Un voyage initiatique d’où le héros (et le lecteur) sort grandi !
Une histoire, « j’aime qu’on me raconte des histoires » m’avait dit un jour un ado à Montreuil. Emmanuelle raconte une histoire et nous embarque à bord de l’Hirondelle des Mers ! Laissez-vous embarquer à votre tour !
Un beau cadeau à faire ou à se faire en prévision des après-midi d’été.



 

Lectures d’avril 16 de Patick Joquel

http://www.patrick-joquel.com




 

Poésie

Titre : Lame de fond
Auteur : Marlène Tissot
Editeur : La Boucherie littéraire
Année de parution : 2 016

J’ai ouvert le livre et dès le premier texte j’ai été happé. Jusqu’au bout. Sans halte. Sans pause. Connivence des vécus même si chacun demeure unique bien sûr. Surprises régulières des phrases, des images, des sentiments. Je sais déjà que je lirai et relirai ces pages, histoire de savourer des moments comme celui-ci (il faut bien en choisir un pour cette chronique, ne pas tout dévoiler mais donner envie) :

La paupière grise du ciel. Le chant des baleines de parapluie. Le dos rond des frissons sous la caresse du pull. Ce petit surplus de douceur qui aide à franchir les jours de pluie. Ici, on parle de grain. Ailleurs de folie.

Ces bonds du langage sur les ressorts de sens des mots, ces sensations. C’est vivifiant. Comme cet air du large qui vient de l’Ouest sur le dos du gulf stream et qui baigne le livre. Marlène Tissot nous emmène à Cancale, avec elle, respirer les marées, de se renouer, à la recherche non d’un passé sclérosé, antiquité de musée aux souvenirs, mais d’un passé fondateur ; d’une de ses vies. Car nous vivons plusieurs vies et parfois le besoin de les rassembler nous taraude jusqu’à, comme ici, traverser la France pour remettre sa main dans la sienne.

Un livre autour de la perte, autour du voyage, pèlerinage géographique d’un retour à une des origines mais aussi quête intérieure.

Décidément ce nouvel éditeur La Boucherie littéraire surprend à chaque fois !

http://laboucherielitteraire.eklablog.fr/


Titre : Amoroso
Auteur : Jean-Claude Touzeil
Editeur : Atelier typographique de Groutel
Année de parution : 2 015

Un livre rare : 50 exemplaires. Beauté du geste, de la typo et de l’objet. Beauté de l’inutile et de l’indispensable poésie.
Un recueil de poèmes sur, autour et pour la femme. Tous les âges, de la jeunesse à la maturité et au départ…
De l’humour, sinon ce ne serait pas du Touzeil. De l’émotion, sinon… De la bonté, sinon… Du l’air de rien le profond affleure et nous effleure, sinon…
Un livre d’explorateur !

Le site de l’explorateur: http://biloba.over-blog.com/


Titre : A fleur de poème
Auteur : Morgan Riet
Illustrations : Matt Mahlen
Editeur : Donner à Voir
Année de parution : 2 016

Le poète… S’interroge : « Qu’est-ce qui fait que je suis poète ? Que les mots m’envahissent ? Que je passe autant de temps sur le papier ? … » et toutes ces sortes de choses…

Des poèmes ici qui interpellent les mots, qui jouent avec eux, qui les suivent… Des mots qui deviennent poèmes parce que peut-être ils ne savent pas faire grand-chose d’autres que de tenter de dire le monde et de se moquer de l’absurdité de la vie.

Un homme qui a bien conscience de sa fragilité, un homme qui s’interroge et qui cherche à vivre au plus près de ce mystère que représente l’étincelle de la vie, les labyrinthes de nos vies et leurs complexités.

Complexités qu’accompagnent les traits de Matt Mahlen. Des illustrations qui poursuivent la réflexion instaurée par le poème, qui dialoguent avec lui et offrent une nouvelle dimension au livre grâce à leur rencontre.

Un beau petit carré comme sait les concevoir Donner à Voir.
http://www.donner-a-voir.net/


Titre : C’est gentil d’être passé
Auteur : Hélène Dassavray
Editeur : Le pédalo ivre
Année de parution : 2 013

Le titre donne le ton. Hélène Dassavray s’empare des mots de tous les jours, des simples, des expressions et leur donne une vibration profonde, comme un gong. Elle les charge d’humanité, d’émotion et de cette tendresse qui oscille entre espoir et désolation. Cet entre-deux, cette fissure. Quand l’amour hésite entre s’enflammer ou s’éteindre.

Les poèmes se tiennent là. Dans cette faille. Ils parlent de la perte, du désir et des leurs folies. Beaucoup de solitude, la nôtre. Celle qui nous poigne le cœur quand on se sent si seul au monde…

Être humain n’est pas toujours aussi simple qu’on voudrait le croire ; pas toujours aussi compliqué qu’on le vit.

http://www.lepedaloivre.fr


Titre : Le chuchotis des mots
Auteur : Chantal Couliou
Illustratrice : Charlotte Berghman
Editeur : Les Carnets du Dessert de Lune

http://dessert-de-lune.123website.be/
Année de parution : 2 016

Un livre promenade. Des poèmes courts. Un plein d’images au fil de la lecture. On commence la ballade à l’école (Chantal Couliou est enseignante en primaire). Des instantanés de cour, de classe, d’émotions. Un regard plein d’empathie sur les enfants, plein d’humour sur les objets de la classe, les mouettes de la cour. C’est frais, apaisant et poignant.

On continue la promenade au bord de l’océan, à l’intérieur des terres. Une Bretagne que Chantal Couliou aime et qu’elle écrit à petites touches, à petits chuchotis. Puis on passe en ville. La ville aussi est vivante, comme l’école. Ce serait trop simple de ne trouver de la poésie que dans les vastes espaces naturels, non, Chantal s’applique à la dénicher au quotidien. A fixer sur le papier ces petites palpitations qui nous ramènent à l’essentiel, à ces petites haltes dans la course, ces brèves jubilations qui aèrent le cœur et l’esprit.

Lire Chantal Couliou, c’est apprendre à vivre sans bruit, à guetter le fragile, l’éphémère. Lire Chantal Couliou à l’école, c’est permettre aux enfants de découvrir qu’il existe un autre monde que celui des écrans et tout aussi, sinon plus, magique.


Titre : Maison poésies domestiques
Auteur : Emanuel Campo
Editeur : La Boucherie littéraire
Année de parution : 2 015

Des poésies domestiques, alors il en existerait des sauvages, des qui résisteraient à l’apprivoisement, des à capturer au lasso, à piéger, flécher… Entrer dans cette maison, celle qu’habite Emanuel Campo, c’est aller de flèche en flèche : le regard suit un parcours du quotidien. Celui qu’on a tendance à traiter de banal et dont on dit « rien de neuf, tout pareil, jamais rien ne se passe ». Sauf que ce rien est déjà quelque chose. Ce rien signe une vie. Une vie qui marque (infime) la planète. Une vie qui se reproduit. Qui échange. Qui… une vie, nos vies que l’on partage.

Des poèmes au jour le jour qui jettent un regard amusé sur quelques instants, quelques moments, quelques pensées.

Histoire de vivre sérieusement sans se prendre au sérieux.
http://laboucherielittéraire.ekablog.fr


Titre : Quotidiennes pour lire
Auteur : Georges Cathalo
Editeur : La Porte
Année de parution : 2 016

Fidèle au format de ses quotidiennes, Georges Cathalo s’interroge ici sur ce qui pousse à lire, à lire et à lire encore… ce qui pousse à écrire, écrire et écrire encore… et sur ces mots mystérieux qui nous inventent, nous tiennent et nous révèlent. De petits bijoux ciselés sur ces thèmes et qui poussent à la réflexion. J’en verrai bien quelques-uns en poème affiche dans les bibliothèques ou autres lieux (et dans ce cas dans des lieux un peu incongrus pour un livre…).

Les éditions de la Porte 215 rue M.Bodhuin 02 000 Laon, tirent artisanalement à 200 ex. Un miracle, un bonheur et un indispensable. Merci à Yves Perrine.


Titre : Fragments d’alphabet
Auteur Chantal Couliou
Editeur : Encres Vives
Année de parution : 2 016

Voici un petit ensemble intéressant pour les enseignants. Proposer à lire ces petites proses et chercher à les imiter avec d’autres mots… Un jeu libre et qui permet de manier la langue.
En effet, chaque prose est consacrée à une lettre de l’alphabet et on retrouve à l’intérieur du texte un maximum de mots contenant ou commençant par cette lettre. Le tout dans un petit récit poétique fluide et joyeux.
Un exercice pas aussi facile qu’il n’en a l’air…
A vous de jouer !
Pour une commande de plusieurs exemplaires, le prix d’Encres Vives est compatible avec les budgets des classes : 6.10€.

Contact : encres vives, 2 allée des Allobroges. 3.1770 Colomiers.


Titre : Voyage autour du monde
Auteur : ouvrage collectif
Editeur : Editions Corps Puce
Année de parution : 2 016

Une anthologie contemporaine suite à un appel à écriture lancé durant l’été 2 015. Elle rassemble des poètes de tous horizons et même hors France. Ce qui est la moindre des choses pour ce voyage.
Des poèmes de grands voyages, de petits voyages (en terme de km car le voyage demeure le voyage). Un grand bol d’air et d’ouverture ; une manière de résister à la fermeture des frontières.

http://www.corps-puce.org




Roman

Titre : 16 ans et des poussières
Auteur :Mireille Disdero
Editeur : Seuil
Année de parution : 2 009

Une histoire d’amour à 16 ans. Quoi de plus banal. Celle-ci se passe dans une cité des hauteurs de Marseille, avec vue sur mer. On retrouve dans le casting une mère qui a du mal à tenir la route, sa fille qui veut s’en sortir, qui veut étudier, grandir. Son ami d’enfance et son amour partagé. Les loubards, lourds et méchants. Un père qui tient la route, lui… Une professeur qui respecte ses élèves et les pousse en avant.

Et avec tout ça on est pris par l’histoire et on ne laisse pas tomber le livre. C’est dense. Profond. Vivant. Ça vibre fort. Je m’y suis régalé.

http://www.seuil.com/livre-9782021058963.htm

©Patrick Joquel

Lectures d’octobre 2015 de Patrick Joquel

 

En poésie

Titre : Les yeux de Louise9782915387100_1_75

Auteur Paul Bergèse

Gravures de Titi Bergèse

Editions lis et parle

Année de parution : 2015

Une petite Louise, arrière-petite-fille de l’auteur… ça laisse rêveur. Ce songe silencieux veille autour du couffin et grandit avec l’enfant. Un long poème méditatif s’enroule ainsi autour de la petite merveille… Un feu d’artifice de tendresse, de douceur et de cœur. Cette émotion qu’on appelle poésie, ce musement, ce temps suspendu où le regard embrasse quelques brins d’éternité. Un livre paisible et heureux. C’est simple. Tout simple. Et fort. Très fort. Les gravures colorées jonglent avec cette joie, ces sourires et cette complicité que noue Louise.

L’ensemble est une réussite à déguster auprès de chaque berceau


Titre : Vent de leur nomguilbaud2site

Auteur Luce Guilbaud

Editeur : Editions Henry

Année de parution : 2015

Un retour à l’enfance. On dit souvent que la poésie traite de la perte. Ici, ce serait la perte du père, la perte de la mère. Sur chaque double page, à gauche un poème commence par « mon père », page de droite par « ma mère ». Ici, Luce Guilbaud visite ses souvenirs, met des mots sur ces impressions d’enfant ; des mots d’adulte. Se dessine alors en creux le portrait de ses géniteurs, et dans leur ombre celui de Luce enfant. Cet enfant qui deviendra celle que nous connaissons et apprécions.

Un livre qui dévoile donc. Et notre amitié vient vibrer avec ses confidences.


 

Titre : Paris, New-York, Clevelanddesmee1site

Auteur Maria Desmée

Editeur : Editions Henry

Année de parution : 2015

Un voyage. Commencé à deux. Un retour en solo. Des poèmes plein de pudeur, de silence et de cet impalpable appelé poésie. Celui qui s’est absenté vibre sous les mots tandis que celle qui écrit apprivoise son absence.

Un livre fort. Dense. Un témoignage autant qu’un partage. Nous nous y associons tous.

Respect.



 

En roman

Titre : Trilogie de Lewis : *L’île des chasseurs d’oiseaux * L’homme de Lewis*Le braconnier du lac perdu*La-trilogie-ecossaise-Peter-May-Policier

Auteur Peter May

Editeur :Rouergue

Année de parution : 2010/2011

On part pour les îles du Nord West de l’Ecosse. Terres étroites, brumeuses, balayées de vent, de pluie… Des petites communautés humaines, avec tout leur poids de traditions, de non-dits, de respects…

Un homme Fin, natif de l’île et qui y revient pour tenter de survivre après la mort brutale de son enfant. Cet ancien inspecteur de police se retrouve confronté à son passé, à des drames qu’il va tenter et réussir à résoudre.

Des récits haletants, d’une profonde humanité, surprenants ! Dans un décor que j’aime. Des allers-retours entre passé, nostalgie, souvenirs et présent, comment construire un nouveau présent au cœur de sa matrice enfantine…

Une trilogie à lire toute affaire cessante : je l’ai trouvée simplement excellente.


 

Titre : Nour et le peuple des loupsmichel-piquemal-et-emmanuel-roudier-nour-et-le-peuple-des-loups

Auteur Michel Piquemal

Editeur :Rue du monde

Année de parution : 2015

Nous sommes en préhistoire. Un moment de rencontre entre deux peuples différents. Un de ces moments de métissage dont l’histoire est si friande et qu’aujourd’hui semble oublier.

Un texte fort et qui résonne fortement avec notre actualité.

Aller vers l’autre, le rencontrer. S’enrichir des différences… Toujours le même programme, le seul qui permette d’aller de l’avant.

Une histoire prenante ! Un moment de philosophie humaine.


 

Titre : TraficafricqueoCkffSilWvW2OiOQkhpemcyfOmY-2

Auteur: Dirick

Editeur : Ratatosk

Année de parution : 2013

Dirick délaisse la BD pour la prose. Un récit de voyage. Paris Bamako en Peugeot 404. C’est drôle, émouvant, parfois hallucinant. La rencontre avec l’Afrique transforme l’homme blanc, on n’en guérit jamais de l’Afrique.

Un livre pour ceux qui y sont allés, un livre pour ceux qui en rêvent. Un bon moment de lecture souriante et grave. Cette gravité enfantine qui rend tout jeu sérieux, vital.


 

Titre : Les dodosd_tmvA4xZbFIOZ7IbnYhMXxFY24

Auteur Dirick

Editeur :Ratatosk diffusion

Année de parution : 2013

Un univers que Dirick connait bien : la BD. On y trouvera même un grand clin d’œil à Pif ! Deux artisans de la BD se croisent, rêvent de leur révolution, mijotent de petits festivals en petites commandes. Opération survie. Survie au quotidien. Survie du rêve qui sous-tend leurs destins. Un livre où l’on retrouve le sourire malicieux de l’auteur. Et sa fantaisie : R2D2 passe, on enterre un instrument de musique… Et sa lucidité sur le monde et la vie : petites misères quotidiennes, suicides…

Rien n’est jamais aussi simple qu’on voudrait bien le croire. Cependant, on sort de ce conte moderne avec le sourire et l’envie de poursuivre l’aventure.

©Patrick Joquel