Chroniques, Chroniques de Paul MATHIEU

René WELTER, Marcel MIGOZZI & LAWAND, «Célébrer vivre», Estuaires, 2018; 34 pages, 15 €

Chronique de Paul Mathieu

René WELTER, Marcel MIGOZZI & LAWAND, «Célébrer vivre», Estuaires, 2018; 34 pages, 15 €

Comme souvent avec le poète luxembourgeois René Welter, on est devant des poèmes très courts, très serrés: des strophes d’une ou deux lignes, des vers de deux ou trois mots. Il y a de l’épitaphe dans sa technique, du définitif. D’autant plus lapidaire en l’espèce que son nouveau recueil, «Célébrer vivre», a été rédigé avec le poète français Marcel Migozzi – un habitué de la maison – sans que rien ne permette de dire qui a écrit quoi. Les textes se répondent, se suivent, se complètent et, parfois, se nuancent légèrement. Pour le coup, le trajet est encore complété par deux peintures sur acrylique de l’artiste syrien Lawand qui apporte comme des îlots de couleur dans la lecture. Qui la prolonge aussi.

Les thèmes sont graves. Mais, outre la brièveté du temps et la précarité sociale, une place importante est laissée aussi à l’amitié, à la chaleur des échanges: «même / une bûche / ne brûle / longtemps / seule».

L’ensemble se fond dans un parcours où tout semble posé dès l’entame: «on n’écrit / pas assez / sur ce qu’on aime». C’est que, malgré les désastres innombrables, malgré la tension entre l’extérieur et l’intime de l’écriture, «vivre / fidèle / à la source / des matinaux / suffit». Au total, une poésie qui, au-delà de la dureté des mots, «lève-toi / marche / ou / marbre», s’achève malgré tout sur «demain» et «aimer».

Des éclairs de lumière dans la permanence obscure où l’on tente d’avancer, malgré tout.

© Paul Mathieu