Tous les articles classés dans : Service de presse

Service de presse n°56

Traversées a reçu : Les recueils suivants : alors que cognent et fondent ces îles tentant la danse, poésie Stéphane Rosière Partycul Suystem, 2018, 73 pages Partycul System, micro-label de musique et de poésie, est heureux d’accueillir Stéphane Rosière, dont la langue contient ce mélange rare, qui parvient à nous transporter parmi des contrées toujours mouvants, dans les confins confus de nos maquis mentaux. Ces poèmes bâtis de minimalisme soufflent, avec une retenue salvatrice, sur des braises encore chaudes… surtout, je chante; sinon, que deviendrait le monde? A travers ce pieux dédale en forme de vol plané rétrospectif, la parole libre de Stéphane Rosière est marquée par les grands héritages esthétiques du 20ème siècle, surréalisme, beat generation, poésie sonore et récit de l’intime ou encore lyrisme post-technologique, comme une sorte de prairie industrielle couverte de graminées synthétiques. La contemporanéité ici à l’oeuvre nous fait accéder à l’universel et à l’intemporel; elle nous offre la chance d’une heureuse délocalisation, gage quasi quantique de stabilité pour l’électron que nous sommes, le temps de pumer une floque. Jouvence, espoir, …

Service de presse n°55 – décembre 2018

Traversées a reçu : Les recueils suivants : Anthologie de poésie chinoise – Modernité 1917-1939 & 1987-2014 – Edition bilingue Shanshan Sun et Anne-Marie Jeanjean L’Harmattan, collection Levée d’ancre, 2018 Shansan Sun et Anne-Marie Jeanjean traduisent avec justesse des poèmes chinois écrits entre 1917 et 1939, 1987 et 2014. Les rapports de ces poèmes à l’inoubliable tradition qu’ils bouleversent sont souvent tourmentés, parfois apaisés. Ils témoignent de formes diverses d’oppression dont les pesanteurs quotidiennes. Mélancoliques ou ironiques, d’amour ou de révulsion, ils ne se résignent pas à la réalité massivement établie et au langage en cours. Chen Dongdong évoque un poète des temps anciens qui se moque de son bourreau et pour lequel, au loin, le soleil couchant dessine une aura dorée, celle qui surgit au crépuscule, juste avant l’annonce d’une nouvelle néfaste… Zhang Zao parle de fleurs de prunier qui tombent et d’une jeune fille nageant dans la rivière comme de choses dangereuses et vraiment belles… Des voix singulkières et de portée universelle, la liberté et la beauté chaque fois résurgentes. Christian Cavaillé Shansan Sun …

Service de presse n°54

Traversées a reçu : Les recueils suivants : Abécédaire d’un coeur rebelle Dorota Walczak L’oeil ébloui, collection poésie, 2018 http://www.loeilebloui.fr Murmures en confitures. Confitures en myrtilles. Myrtilles mythiques de tes mots mystérieux. Mystère de tes mots, de mes mots. Mémo de la confiture sur tes lèvres. Mémo des mots en myrtille. Abécédaire d’un coeur rebelle témoigne de la fascination de l’artiste pour la langue française. Ces mi-poèmes mi-histoires – espiègles, sensuels, drôles ou sérieux – sont nés d’une rébellion face à la difficulté d’exprimer le monde et soi-même dans un langage personnel et dans une langue étrangère. Les dessins réalisés à l’encre avec un bout de branche de groseillier font partie intégrante de ce voyage incongru à travers les lettres et les êtres. Alors la nuit délivre la nuit des livres, poèmes Jeanne Champel Grenier France Libris, 2018 Cahier de songes, textes en prose Gérard Le Goff Encres vives, Encres blanches, 2018 Cathédrale boraine, poèmes Remo Pozzetti Préface de Joseph Bodson Le Non-Dit, 2018 lenondit.revue@gmail.com http://www.lenondit.eu « Un poème qui ne ressemble à aucun autre poème, un …

Service de presse n°53

Traversées a reçu : Les recueils suivants :   Alexandre Ritter – Allées et venues entre deux mondes – Europe/Amérique latine   Coordonné par Constanza Alzamora et Daniel-Henri Pageaux L’Harmattan, 2018, 251 pages Avec l’entrée d’Alexandre Ritter dans la collection « Classiques pour demain », celle-ci trouve pleinement sa justification. Un poète de vingt-quatre ans, né à Mexico, au sein d’une famille équatorienne et vénézuélienne, ayant vécu à Caracas et vivant aujourd’hui à Paris, vient prendre place dans une liste longue de noms prestigieux, aux côtés d’autres pour lesquels le temps n’a pas encore pleinement accompli son devoir de reconnaissance. On lira le présent volume comme un premier bilan: il porte sur six recueils de poésie dont les deux derniers ont été écrits en français et publiés en France. Coordonné par Constanza Alzamora, mère du poète, et par le responsable de la collection, Daniel-Henri Pageaux, il offre un ensemble d’études et d’hommages ainsi qu’un long entretien qui permettra au lecteur d’accompagner « la naissance d’un poète » Pour une lecture plus approfondie, Giuseppe Bellini, grand spécialiste des littératures hispaniques et …

Service de presse n°52

Traversées a reçu : Les recueils suivants : A la lisière des enfantements, prose poétique Stephen Blanchard Préface de Patrice Breno Stephen Blanchard vit constamment dans le besoin d’écrire et ses pages à nous offertes ne doivent en aucun cas rester blanches. Ses poèmes sont modelés, ciselés, pensés, triturés et c’est en véritable orfèvre que l’auteur uppercute au lecteur ces pages pleines de vie et d’espoir. Il a « soif de mots », soif de les coucher sur papier et de les transmettre, bref de jeter « l’encre » « Le poète existe pour apprendre à aimer dénoncer le pire quand le monde se tait… » A la lisière des enfantements, ce titre du recueil répond à la citation du grand poète qu’est Rainer Maria Rilke et que Stephen met en exergue : « Porter jusqu’au terme, puis enfanter : tout est là… » Stephen Blanchard a la poésie dans la peau, dans le coeur et dans la tête. Et de la tête aux doigts, le chemin est court. Ainsi, l’auteur se libère « le coeur / du poids du silence » et ses poèmes jaillissent comme s’il …