Emmanuel Pierrat ; Le Procès du Dragon ; dédié à Jacques Cloarec ; LE PASSAGE (140 pages – 16€)

Chronique de Nadine Doyen

2048x1536-fit_proces-dragonEmmanuel Pierrat ; Le Procès du Dragon ; dédié à Jacques Cloarec ; LE PASSAGE (140 pages – 16€)

Attaché à son cabinet, au cœur de Paris, « maître Emmanuel Tapiro » se refuse à déménager malgré le manque de place pour les nouveaux dossiers. Comment se résoudre à procéder à la dématérialisation d’archives datant de l’époque du grand-père de l’auteur, Vincent Tapiro, «  créateur du cabinet » dans le 6ème arrondissement ?

Dans ce « désherbage », il tombe sur un dossier, datant des années 1920, insolite par son titre : « Le Procès du dragon », qui « sentait les épices ».

En plongeant dans la correspondance, l’auteur tente de cerner cette amitié singulière qu’il note entre son grand-père et Wayan et d’éclaircir des zones d’ombre.

On devine l’attachement d’Emmanuel Pierrat à ce grand-père, éclipsant les liens avec ses géniteurs qui avaient choisi pour lui le pensionnat.

Quant aux lettres de Vincent, « fils turbulent mais fidèle » à sa mère qu’il voussoye, elles sont une découverte et permettent à ce petit-fils de fouiller dans le passé de ses ancêtres. C’est ainsi qu’il a pu retracer le parcours, les voyages de maître Vincent, dénicher ses thèmes de prédilection dont certains sont occultés par les juristes actuels, comme « les procès d’animaux ». Mais traîner en justice « une créature aussi chimérique qu’un dragon » dépasse l’entendement. Comment pourrait-il passer aux aveux ? N’y voit-il pas « une des marottes mortifères » de son grand-père ?

A force d’écumer maints feuillets, dans l’espoir d’éclaircir « cette intrigue judiciaire », un article de presse retient l’attention du narrateur : un fait divers signalant des disparitions sur l’île de Komodo, peuplée de varans ou « oras ».

L’auteur souligne la rigueur des classements de ce vénéré grand-père, mais pour ce qui est de la lisibilité, mieux vaut être doté d’« une âme de Champollion » pour sonder la « graphie hermétique ». Ayant intégré les conseils de Vincent, l’auteur freine sa gloutonnerie à dévorer le dossier, aiguisant la curiosité du lecteur. Nous voici au cœur de l’enquête, intrigués par « la présence d’un dragon » « déroutante, effrayante et prometteuse ». Le procureur de l’île, Wayan, aura-t-il réussi à exterminer ces prédateurs ? A protéger les habitants ? A retrouver les traces du couple Bakeland et de la jeune fille à leur service, elle aussi évaporée. La situation s’avère d’autant plus délicate que diverses croyances cohabitent ,véhiculées par les animistes, les bouddhistes, les musulmans. Les hypothèses les plus folles circulent quant aux disparus. Qui sont ces malheureux évaporés ? Un couple de colons missionnaires passant « pour de doux illuminés » ainsi que Nurul, la jeune fille à leur service.

Les investigations conduisent à une perquisition dans un hangar « sulfureux » qui débusque Akira, « grande prêtresse », « ensorceleuse ». Tout se précipite.

La scène du procès est hallucinante, d’autant que les éléments déchaînés réduisent les trois magistrats à « des pantins prêts à s’envoler ».

Dans ce dossier, on croise l’éminente figure  tutélaire de Maurice Garçon, si « célèbre ténor du barreau » et académicien, dont le journal vient d’être publié.

Avec Vincent, ils affichaient une attirance pour « la sorcellerie, l’étranger et le merveilleux ». Emmanuel Pierrat n’en a-t-il pas hérité son intérêt pour le vaudou africain, les arts primitifs, l’ethnologie, la maçonnerie, la culture orientale ?

En filigrane affleure le contexte historique : « l’organisation coloniale ».

Les Portugais et Hollandais pillent l’Insulinde.

A travers ce roman, Emmanuel Pierrat se livre à un exercice d’admiration, rendant hommage à ce grand-père qui lui a transmis la passion pour « le droit, la procédure, le goût de l’élégance et des objets et quelques autres lubies », ouvert la voie du barreau de Paris ainsi que celle de voyager. En parallèle, se dessine le portrait de l’auteur qui revient sur sa vocation, ses liens familiaux, en particulier avec ce grand- père, qui l’initia très tôt à la zoologie. Les souvenirs de voyages s’entremêlent.

Le bandeau représentant un masque balinais rappelle qu’Emmanuel Pierrat a lui aussi succombé au virus de la collectionnite aiguë, inoculé par ce « vagabond de la robe » que fut son grand-père. Masques, fétiches, reliques, vanités océaniennes composent un univers dépaysant pour le lecteur tout comme les lieux énumérés en fin d’ouvrage.

Emmanuel Pierrat signe un roman pétri de suspense et de mystère, hanté par les varans et dragons à en donner des frissons, dans lequel la symbolique de cette créature mythologique est déclinée. La révélation finale, levant le secret familial, a de quoi déboussoler le narrateur quand il découvre la vérité sur sa filiation.

©Nadine Doyen