Franz Bartelt – Facultatif bar – Éditeur: D’un noir si bleu (18€- 261 pages)

Franz Bartelt – Facultatif bar

 

  • Franz Bartelt – Facultatif bar – Éditeur: D’un noir si bleu (18€- 261 pages)

La prédilection de Franz Bartelt pour les protagonistes enracinés dans des lieux sordides ( « banlieue crasseuse » ou interlopes se confirme avec Facultatif bar.

La couverture gore, maculée de taches de sang préfigure « un océan de sang ».

La majeure partie du récit est confinée à trois huis clos.

Le lecteur aura la surprise de voir débarquer au Facultatif bar non pas la fée Benninkova mais deux anges déchus « dont la notoriété ne dépasse pas les environs du paradis ». Ils savent se fondre incognito dans la foule des clients ou confier des missions comme celle, relatée dans le premier chapitre, qui faillit tourner mal pour Querque, «un farceur né », bardé de diplômes. En effet soupçonné de vol par le vigile, il va prendre un malin plaisir à berner le policier de façon insolente.

Est-il le serial killer, ce «  monstre accompli qu’il prétend être ? Ses révélations attisent la curiosité du lecteur. La présence des anges permet à Franz Bartelt d’asséner des réflexions autour de Dieu et en filigrane de faire entendre sa charge contre les institutions qui détiennent le pouvoir et en usurpent les prérogatives, dénonçant les arrestations musclées. L’auteur épingle « l’incurie de la police » et « son incompétence » et souligne le parler peu châtié de l’inspecteur.

Le lecteur va suivre l’inspecteur Granier dans ses missions, au cours de ses descentes dans les bordels et découvrir les sources de sa jouissance. Mais qui traque-t-il ? Sa femme qu’il soupçonne d’adultère ? En simultané se déroule l’étrange échappée du duo formé par Querque et le journaliste Jéronimo, friand de presse à scandales.

Quant à l’univers de la boucherie, Franz Bartelt, en carolomacérien de souche, nous y a déjà baignés, nous ayant servi de la « Terrine Rimbaud » et les saucisses de Merdouilla. Ici, le commerce du boucher Trousquaille s’avère d’autant plus prospère que ses fournisseurs sont très actifs. Visionnaire, Franz Bartelt ? Toujours est-il que sa plume est à l’unisson des scandales de la filière viande ! Quant aux commis rompus à l’art du dépeçage, ils prennent leur pied, pratiquant « le commerce amoureux avec des cadavres » dans l’arrière-boutique faisant office de backroom.

Facultatif bar nous confronte à des personnages peu recommandables (« faiseurs d’anges », « Frères tortouristes »). qui semblent sortir de l’atelier de Jean Rustin.

On y voit s’échouer des êtres au bout de leur destin. Quel va être le sort de Querque ?

Son vœu décliné au début du roman sera-t-il exaucé ? Laissons le mystère.

Un vent de folie souffle autour de la mère de Félicien et sa façon de parler à son double dans le miroir apporte une touche comique tout comme les scènes incongrues qui ont quelque chose de jubilatoire.

Le tragique, l’horreur ne connaissent pas d’éclipse. Lecteurs sensibles s’abstenir, car l’auteur sait faire monter crescendo la tension, la panique et détailler les atrocités.

La cruauté, la folie, il nous y a déjà habitués avec ses romans précédents.

Franz Bartelt signe un roman d’une noirceur tellurique, cruellement sarcastique, dominé par la boisson, le sexe, la violence, la mort et les règlements de compte.

©Nadine Doyen