Nouveauté: Seul, Rémy Cornerotte, Editions Traversées- présentation par Francis Chenot et Jacques Cornerotte

Cover Seul


« Il n’y a pas d’autre chemin pour rejoindre l’Invisible que le visible. Le poète connaît le raccourci qui mène à l’Absolu. Il parvient à déployer son amour sur les autres. Il est les autres. »

      Rémy Cornerotte



 

Ces textes ont été écrits entre avril et mai 1994, à la faveur de la solitude bienfaitrice de la «Serre», une ancienne bergerie dépourvue d’eau et d’électricité, éloignée de tout, sur un rebord de l’Hérault. Remy aimait s’y retirer en ermite dans un lieu chargé de magie, au milieu de murettes remontées tant bien que mal et des chênes verts qui lui procuraient ombre et fraîcheur. C’est là que j’ai passé, moi aussi, des moments de grand bonheur tout simple, à discuter avec lui de la vie, de ses aléas et de ce qui nous passionnait tous deux : l’art roman, la musique baroque, la peinture … et tant d’autres choses plus intimes.

Jaques Cornerotte


 

Abstrait poétique

 

Il fut mon prof de math en cinquième et en quatrième latine à l’Institut Saint-Michel à Neufchâteau (les enfants de riches allaient plutôt à l’Athénée). Je n’aimais pas les maths et celles-ci ne m’aimaient pas davantage. L’abbé Cornerotte, qui s’efforçait de faire entrer quelques notions d’algèbre et de géométrie dans nos crânes de piaf, s’en est aperçu bien vite et me convoqua dans son bureau. J’y allais le cœur battant, mais, en entrant, je fus bien surpris. Comme un éblouissement : une grande toile aux tons orange, jaune et rouge, de l’abstrait (un gamin de douze ans n’y connaissait rien, mais pouvait réagir), à la fois chaleureux et apaisant. Je résume l’«engueulade» : Chenot, vous n’aimez pas les maths, mais ma peinture (il m’en a montré d’autres), ça va, continuez donc à écrire vos petits poèmes, il en sortira peut-être quelque chose. En ce temps-là, j’avais commis quelques mauvais poèmes d’esprit verlainien (en Ardenne, c’est naturel) : sans renier Verlaine, j’ai continué…

Puis Remy Cornerotte a été nommé curé à Martilly qu’il a transformé en village artisanal. Je l’ai croisé plus tard lors d’une conférence de presse de la Fondation Hergé (Georges Rémy fut aussi, on ne le sait pas assez, un bon peintre abstrait). Entre-temps, avec Yvette Schenéder, l’abbé Cornerotte avait imaginé l’Académie d’été que les familiers de ces stages à Neufchâteau et Libramont nomment AKDT. J’ignorais qu’il était devenu curé à Hatrival, non loin de Saint-Hubert. C’est une de mes stagiaires en journalisme, Framboisette Jassogne, avec laquelle j’ai gardé le contact, qui me l’a appris, ainsi que le décès de Remy.

 

Lors d’une discussion, elle me fait part d’un aspect inconnu du personnage : il avait aussi écrit des poèmes et elle en possède… qu’elle me transmet. Le tiers, semble-t-il d’un ensemble plus conséquent. Nouvel éblouissement pour moi : ce sont les textes d’un vrai poète, des poèmes d’aujourd’hui qui vont à l’essentiel, épurés et pourtant en prise avec les grandes forces de la nature, un peu comme les premiers écrits de Giono, il est vrai que ces textes ont été écrits en Provence. Je ne pouvais donc faire autrement que de les transmettre aux héritiers légitimes : Jacques, le neveu de Remy, et Patrice Breno, l’animateur de Traversées

 

© Francis Chenot


 

Remy Cornerotte était né à Gérouville, le 21 mai 1921, aîné d’une famille qui compterait neuf enfants. Prêtre, il a aussi mené durant de nombreuses années une carrière artistique certes trop modeste mais forte, à l’image de l’homme énergique qu’il était. Peinture, sculpture, poterie, poésie, décors de théâtre, rien ne l’arrêtait. Sans compter son amour pour Bach, le luthérien. Et les Huguenots comme les Cathares, pour leur liberté d’esprit. C’est lui qui mettra en place, avec une poignée de passionnés, la Maison artisanale de Martilly , sa première vraie paroisse avant de se lancer, aux côtés d’Yvette Schenéder, dans l’organisation de stages artisanaux et de danse. Ce seront là les prémices de l’Académie d’Été. Ami de Georges Rémy et de Fanny Vlamynck, il avait intégré la fondation Hergé et organisé une vaste exposition au Centre Pompidou à Paris. C’est au presbytère d’Hatrival qu’il nous a quittés en juillet 2008.
J.C.



Voir le bon de commande en grand: Seul Bon de commande

 


Seul Bon de commande

Seul Bon de commande

 

Une réflexion sur « Nouveauté: Seul, Rémy Cornerotte, Editions Traversées- présentation par Francis Chenot et Jacques Cornerotte »

  1. Cher Patrice, ce recueil de Rémy Cornerotte, à la fois peintre et poète, m’intrigue, je me permets de vous le commander ; je vous envoie ce jour un chèque de 15 euros. Bien cordialement. Jeanne

    J'aime

Les commentaires sont fermés.