Rémy Cornerotte, Seul, poèmes retrouvés, avec des photographies de Jacques Cornerotte, éditions Traversées, janvier 2018, 68 pages, 15€ 

Cover SeulRémy Cornerotte, Seul, poèmes retrouvés, avec des photographies de Jacques Cornerotte, éditions Traversées, janvier 2018, 68 pages, 15€ 


Derrière ce titre énigmatique se retrouvent à l’instar des galets laissés un instant sur les rives par la mer, des poèmes polis par un poète sincère et discret qui semble confirmer derrière ce retrait que seul le poème importe et tellement moins son auteur que son lecteur. Ce voeux de discrétion, de pudeur respectueuse occupe une place centrale dans ce très beau livre des éditions Traversées.

Pour chaque poème, il faut savoir se créer une solitude. Pas celle de celui qui abandonne et fuit mais celle de celui qui sait partir et revenir, celle qui permet de tisser des liens avec le monde, celle qui nous connecte et déconnecte de la vie pour mieux en appréhender les détours, en savourer la naturelle simplicité. 

Ces poèmes sont restés longtemps inconnus et ont été retrouvés récemment et confiés au neveu de l’auteur. 

Les textes qui présentent l’ouvrage révèlent l’aventure cachée derrière ces poèmes retrouvés et dressent le portrait d’un auteur qui est avant tout un homme, dynamique et à multiples facettes: abbé, professeur de mathématique, peintre, sculpteur, amateur de musique, de théâtre, il semble avoir consacré sa vie à la rencontre de l’autre par des biais différents et qui ne se limitent pas à l’action ou à la réflexion religieuse. Ces textes nous livrent avant tout une réflexion poétique qui s’inclue dans une démarche artistique plus étendue, un positionnement éthique. Il est réconfortant de lire que les poèmes portent en eux une invitation, une vision humaine simple et dépouillée de la vie. Il n’est pas certain que l’auteur se soit positionné en tant que poète voulant transmettre une oeuvre. Les poèmes ont été écrits. Dans quels buts? Cela n’importe pas vraiment. La nécessité est intrinsèque au fait de les écrire. Écrire comme on respire.

La première chose à apprécier en eux est donc la solitude salutaire, indispensable au poème. L’auteur et son lecteur éprouvent ce même besoin de retrait. Se détache alors du texte une franchise  et une vérité similaire à celles que l’on retrouve dans les peintures abstraites du début du 20ème siècle. Une abstraction qui ne soustrait ni l’homme, ni le divin mais l’éloigne d’une représentation contraignante ou qui ne correspond qu’à son aspect le plus superficiel. Le poème est léger comme l’âme ou comme ce qui la transporte au delà d’elle même. Le poème est vie, vie spirituelle surtout. 

Je ne pense pas et cette lecture me conforte que la poésie soit parole, qu’elle se doit de transmettre un message, d’appliquer au monde sa pensée descriptive qui le compléterait. La poésie ne communique pas. Elle se tait. Elle invite le silence, elle le convoque, elle provoque, elle demande que l’on regarde, que l’on contemple au delà de l’apparence, la réalité.

C’est un peu la même invitation que l’on retrouve dans les photographies de Jacques Cornerotte. Au-delà de ce qu’elles montrent et cherchent à représenter, au delà des paysages, des objets, des bâtiments et des lieux, elles évoquent la trace, le signe presque invisible et indéchiffrable, la solitude de celui qui regarde et fabrique les images. Les photos invitent à voir au travers de ce qu’elles montrent. Ainsi le couloir vide montre celui qui s’y promenait. L’arbre devient le lieu de fraîcheur où il est bon de se reposer. Reposer son esprit, se libérer des contraintes descriptives strictes. Les liens que tissent les photos et les textes ne sont assurément pas ceux de l’illustration et de la démonstration. Ces liens sont ténus et visent à établir des corrélations entre les manières de voir et de percevoir, de sentir, de vivre et de transmettre au-delà des langages mis en place, une réalité qui ne porte pas de nom et se loge au fond de nous.

Rien ne vaut les citations lorsqu’il s’agit de partager l’émotion de la lecture et la portée puissante d’un livre de poésies tel que celui-ci. Je suis heureux et fier de faire partie de l’équipe qui oeuvre pour la revue Traversées. Les choix éditoriaux de Patrice Breno sont avisés et témoignent pour moi d’un long et sincère amour de la poésie sous ses formes les plus exigeantes, les plus justes. 

« Je chante la joie 

de ne rien faire,

dans le haut bois vert.

Et tandis que le monde

se lacère,

je suis hautement

l’heureux musicien »

Souviens-toi

et psalmodie les montées

—le sentier solaire, effroi et flamme

auprès des buis funèbres

—le pain de la terre

dans les emblavures du ciel

—l’or des Hespérides

dans le pré d’azur.

Et plus loin

—le balancement dans les flots matriciels

et la houle des mots indicibles

avec aux confins

—les marais salés de feu

—le mot et l’insurrection

—le cri et l’aurore initiale

©Lieven Callant



Seul Bon de commande

Pour voir l’image en grand cliquez ici: Seul Bon de commande

Je rappelle qu’il est encore et toujours possible d’acheter ce livre en complétant le bon de commande ci-joint ou en suivant les instructions qui figurent ci-dessus 

Nouveauté: Seul, Rémy Cornerotte, Editions Traversées- présentation par Francis Chenot et Jacques Cornerotte

Cover Seul


« Il n’y a pas d’autre chemin pour rejoindre l’Invisible que le visible. Le poète connaît le raccourci qui mène à l’Absolu. Il parvient à déployer son amour sur les autres. Il est les autres. »

      Rémy Cornerotte



 

Ces textes ont été écrits entre avril et mai 1994, à la faveur de la solitude bienfaitrice de la «Serre», une ancienne bergerie dépourvue d’eau et d’électricité, éloignée de tout, sur un rebord de l’Hérault. Remy aimait s’y retirer en ermite dans un lieu chargé de magie, au milieu de murettes remontées tant bien que mal et des chênes verts qui lui procuraient ombre et fraîcheur. C’est là que j’ai passé, moi aussi, des moments de grand bonheur tout simple, à discuter avec lui de la vie, de ses aléas et de ce qui nous passionnait tous deux : l’art roman, la musique baroque, la peinture … et tant d’autres choses plus intimes.

Jaques Cornerotte


 

Abstrait poétique

 

Il fut mon prof de math en cinquième et en quatrième latine à l’Institut Saint-Michel à Neufchâteau (les enfants de riches allaient plutôt à l’Athénée). Je n’aimais pas les maths et celles-ci ne m’aimaient pas davantage. L’abbé Cornerotte, qui s’efforçait de faire entrer quelques notions d’algèbre et de géométrie dans nos crânes de piaf, s’en est aperçu bien vite et me convoqua dans son bureau. J’y allais le cœur battant, mais, en entrant, je fus bien surpris. Comme un éblouissement : une grande toile aux tons orange, jaune et rouge, de l’abstrait (un gamin de douze ans n’y connaissait rien, mais pouvait réagir), à la fois chaleureux et apaisant. Je résume l’«engueulade» : Chenot, vous n’aimez pas les maths, mais ma peinture (il m’en a montré d’autres), ça va, continuez donc à écrire vos petits poèmes, il en sortira peut-être quelque chose. En ce temps-là, j’avais commis quelques mauvais poèmes d’esprit verlainien (en Ardenne, c’est naturel) : sans renier Verlaine, j’ai continué…

Puis Remy Cornerotte a été nommé curé à Martilly qu’il a transformé en village artisanal. Je l’ai croisé plus tard lors d’une conférence de presse de la Fondation Hergé (Georges Rémy fut aussi, on ne le sait pas assez, un bon peintre abstrait). Entre-temps, avec Yvette Schenéder, l’abbé Cornerotte avait imaginé l’Académie d’été que les familiers de ces stages à Neufchâteau et Libramont nomment AKDT. J’ignorais qu’il était devenu curé à Hatrival, non loin de Saint-Hubert. C’est une de mes stagiaires en journalisme, Framboisette Jassogne, avec laquelle j’ai gardé le contact, qui me l’a appris, ainsi que le décès de Remy.

 

Lors d’une discussion, elle me fait part d’un aspect inconnu du personnage : il avait aussi écrit des poèmes et elle en possède… qu’elle me transmet. Le tiers, semble-t-il d’un ensemble plus conséquent. Nouvel éblouissement pour moi : ce sont les textes d’un vrai poète, des poèmes d’aujourd’hui qui vont à l’essentiel, épurés et pourtant en prise avec les grandes forces de la nature, un peu comme les premiers écrits de Giono, il est vrai que ces textes ont été écrits en Provence. Je ne pouvais donc faire autrement que de les transmettre aux héritiers légitimes : Jacques, le neveu de Remy, et Patrice Breno, l’animateur de Traversées

 

© Francis Chenot


 

Remy Cornerotte était né à Gérouville, le 21 mai 1921, aîné d’une famille qui compterait neuf enfants. Prêtre, il a aussi mené durant de nombreuses années une carrière artistique certes trop modeste mais forte, à l’image de l’homme énergique qu’il était. Peinture, sculpture, poterie, poésie, décors de théâtre, rien ne l’arrêtait. Sans compter son amour pour Bach, le luthérien. Et les Huguenots comme les Cathares, pour leur liberté d’esprit. C’est lui qui mettra en place, avec une poignée de passionnés, la Maison artisanale de Martilly , sa première vraie paroisse avant de se lancer, aux côtés d’Yvette Schenéder, dans l’organisation de stages artisanaux et de danse. Ce seront là les prémices de l’Académie d’Été. Ami de Georges Rémy et de Fanny Vlamynck, il avait intégré la fondation Hergé et organisé une vaste exposition au Centre Pompidou à Paris. C’est au presbytère d’Hatrival qu’il nous a quittés en juillet 2008.
J.C.



Voir le bon de commande en grand: Seul Bon de commande

 


Seul Bon de commande

Seul Bon de commande

 

Pablo Neruda – Tes pieds je les touche dans l’ombre – Poèmes retrouvés – (Seghers – Poesie d’abord – Edition bilingue. Textes inédits.)

Chronique de Xavier Bordes

1540-1
Pablo Neruda – Tes pieds je les touche dans l’ombre – Poèmes retrouvés – (Seghers – Poesie d’abord – Edition bilingue. Textes inédits.)


Il s’agit d’un livre inégal dont Jacques Ancet s’est efforcé de donner une traduction aussi poétique que possible : quelques beaux poèmes d’amour, d’autres dans la veine du Canto General, et quelques textes de moindre importance. On ne peut évidemment pas s’attendre, avec des reliques, à autre chose qu’un recueil composite, mais ces poèmes, en dépit du côté « retrouvé » qui évidemment signifie qu’ils n’avaient pas pu entrer (encore ?) dans la composition d’un grand recueil, ont le mérite de nous restituer la grande voix de Neruda, dans sa version « spontanée » ou presque.
C’est ce dont témoigne, outre le fait qui mérite d’être souligné que le livre est bilingue, l’adjonction d’un épais dossier qui présente quelques-uns des poèmes en fac-similé, et des notes et commentaires utiles, comme l’éditeur Seghers s’est souvent astreint à le faire dans la fameuse collection des Poètes d’aujourd’hui. On y découvre cette chose passionnante : des textes écrits tels que l’auteur les avait laissés, parfois raturés, dans la course et le rapt de son écriture rapide, de son geste naturel, avec le papier jauni attestant de l’âge du document. Il me souvient, lorsque Pierre Seghers était encore, me semble-t-il, en pleine activité, vers 1967, en avoir une fois discuté avec lui en marchant, à propos du fac-similé de St John Perse « Midi, ses fauves, ses famines …», dans le livre présentant ce poète. Il avait dit – et la déclaration m’avait surpris -, sur un ton un peu bourru, ces mots qui me sont restés : « Il paraît que le style c’est l’homme. Pour moi, l’écriture matérielle du poète aussi ! » (Il est vrai qu’à l’époque, c’était la grande mode de la graphologie, graphométrie, etc.) Nous avions également évoqué le Fac-Similé du poème qu’Eluard avait écrit pour Nusch, sa femme, dont le nom sur le manuscrit, à la fin, avait été barré et remplacé par le mot Liberté.
Oui, incontestablement la vision des manuscrits est instructive quant aux mystères de la création et de la personnalité d’un poète. Le livre que Jacques Ancet nous présente concernant l’auteur des Alturas de Macchu-Picchu (un sommet aussi de sa poésie), est un merveilleux vecteur de curiosité, et réveille en nous l’envie de relire les autres puissants recueils du poète chilien, à travers certains inédits tels que « Qu’offre-t-elle à ta main d’or… », immense poème d’amour auquel il semble que le traducteur se soit particulièrement attaché, et qui nous fait entendre une dernière fois la voix, restituée en français, de Neruda en sa plénitude d’inspiration, intense comme dans ses meilleurs moments de passion.

©Xavier Bordes (Paris – 12 avril 2016.)