Service de presse n°39

 

Traversées a reçu :

Les recueils suivants :

  • Armand Niquille, artiste-peintre au cœur des cicatrices

Claude Luezior, biographie, 249 pages, éditions de l’Hèbe, Chemin du Lac 39 à 1637 Charmey, Suisse.

www.lhebe.ch

Claude Luezior fut l’élève admiratif puis devint, au cours des décennies, l’un des amis proches du peintre Armand Niquille. Maître ès vie, celui-ci lui ouvrit son monde intérieur, mais aussi ses origines, son parcours de vie, ses cicatrices à l’extrême faille de l’art.

L’un (son nom civil est Claude-André Dessibourg) devitn médecin envahi par l’écriture. L’autre, enfant illégitime au pied de sa croix, continua de visser ses Christs sur des toiles à sa démesure. Tous deux complices à la recherche d’Essentiel.

Armand Niquille est un peintre majeur, issu de rien (il signa même Nihil), mais issu d’une très grande et noble famille. Refoulé du château de son père, caillassé par les gamins de sa rue Marcello, du nom de sa lointaine alliance, ordonné artiste par un moine, farouchement solitaire, il connut Balthus et le foisonnement culturel fribourgeois où publièrent maints écrivains prestigieux, tels Claudel, Maritain, Pierre Emmanuel, Mauriac, le cardinal Journet ou Pierre Jean Jouve, pendant la deuxième guerre mondiale. Comme Claude Monet à Rouen, il peignit cent fois sa cathédrale, guettant la lumière qui s’accroche et se transforme, la couleur qui se tord et ruisselle. S’il était monté à Paris, à l’instar de Giacometti qu’il a fréquenté, sans doute serait-il reconnu comme un très grand de la peinture du XX ème siècle.

Cette biographie est basée sur maints entretiens, témoignages et documents originaux, y compris ceux de cette mystérieuse Anne qui chercha, toute sa vie, ses véritables origines pour abouter en l’atelier du peintre.

Ses nus, portraits, natures mortes, allégories et scènes mystiques ainsi que ses Fribourg prirent une place considérable dans l’espace culturel de cette ville d’art et d’histoire. Comparé à Rouault ou à Cézanne mais singulier et autodidacte, longtemps indigent, Niquille, hanté par une sorte de phobie sociale ou d’autisme Asperger, resta à rebrousse-poil des galeries, cénacles et coteries, des réseaux commerciaux et des petits fours : il ne voulait pas briller mais veillait sur sa flamme secrète.

  • Ces douleurs mises à feu

Claude Luezior, poésie ; prix de poésie 2015 Yolaine & Stephen Blanchard ; éditions Les presses littéraires ; collection Florilège ; 2015, 55 pages.

  • Cristal fragmenté

Luc Renders, recueil, 136 pages, 2013, Bruxelles.

Que faire des aspirations, des émotions qui étreignent les cœurs ? Comment tromper l’ennui dans la monotonie sinon par l’exubérance des sens, l’attraction des records, et d’explorer tous les recoins qui sont à portée de main ? Pourtant la spiritualité est essentielle pour les hommes qui ne trouvent pas dans les dictionnaires, dans les idéaux politiques, dans les structures institutionnelles, même religieuses, de réponses à leurs questions profondes sur le Sens.

Le XXI ème siècle sera-t-il toujours spirituel ? En fait, les civilisations creusent toujours des sillons dans la terre comme le font les fleuves, et ce depuis des temps immémoriaux. Peut-être, pour le siècle à venir, doit-on s’attendre à nouveau à des furies collectives comme expression religieuse pour apaiser l’angoisse de l’errance, à des révolutions sanglantes des peuples exploités pour se libérer du joug du monde financier, ou à des réveils sporadiques qui tentent d’ébranler les édifices cimentés pour éviter l’enlisement de leur conscience ?

Pour ma part, il me reste les images poétiques pour traduire, imparfaitement, le sillon que je creuse dans cette terre, tout en y cultivant les graines de Sagesse et d’Amour qui m’ont été confiées.

  • Le crocodile et la sac à main et autres poèmes pour petits et grands enfants

Dominique Gauthier, 8 pages, Clapas, collection Franche Lippée, 2014.

  • Détail d’intérieur

Basile Rouchin, poésie ; Interventions à Haute Voix ; 2015, 80 pages.

  • Dieu nous a plantés et les pierres nous regardent

Christophe Liron, 8 pages, Clapas, collection Franche-Lippée, 2014.

  • L’exil et la présence

Michel Santune, poésie, 34 pages, Orthez.

  • Fenêtres sur cœurs

Marie Bruyns, nouvelles ; éditions Traverse ; collection Lentement ; 2014, 168 pages.

« Mille façons d’aimer. Parfois, ça marche.

Une grand-mère se rebelle, des frères et sœurs se perdent ou se trouvent, un chasseur solitaire se révèle inlassable, un médecin se sauve d’une période glaciaire, une amazone, type executive woman accepte (enfin) le hasard, une Belle au Bois dormant se réveille, un vieil homme retrouve (peut-être) son amour d’enfance, un jeune Goguenard se laisse convertir à la vie de famille. En ordre dispersé, tous ces cœurs ballotés par la vie, drôles ou pathétiques, cherchent à se réchauffer.

Chaque nouvelle ouvre une fenêtre sur ces vies fragmentées de notre temps où l’amour est bancal et son désir toujours plus intense.

Marieu Bruyns a exercé comme médecin à Oran (Algérie), puis gynécologue à Bruxelles et médecin humanitaire depuis 1994. Jeune, elle pratique l’écriture « pour soi » et envoie d’innombrables lettres lors de ses fréquents voyages. Elle note, rapporte, « vole » ce que le hasard lui offre… En 2011, elle publie, chez Couleur livres, dans la collection Je, une suite de récits ramenés de « là-bas », « Le rire de Shéhérazade » (avec l’aide du Fonds national de la littérature).

  • Feu de tout bois

Jeanne Champel Grenier, poésie, 2015, 52 pages.

« J’écris toujours

Comme on écrit dans le Sud

En humant les parfums

Soupesant les rondeurs

Avec soif et tendresse

Ce besoin de douceur et de sucre immédiat

Que l’on cherche toujours dans un melon bien mûr

Dont on goûte l’espoir dès la première tranche…

Que de fruits rejetés trahissant leur promesse

Pour un seul dont on puisse conserver la graine !

J’écris aussi

Avec la peur au ventre d’un excellent fruit

Qui a mille chances de rouler dans l’oubli »

  • Illusions et autres poèmes

Michel Cassagne, 8 pages, Clapas, collection Franche Lippée, 2015.

  • Images

Charles Viquerat, poésie ; prix de poésie 2015 Yolaine & Stephen Blanchard ; éditions Les presses Littéraires ; collection Florilège ; 2015, 47 pages.

  • Mon cher ami

Christine Van Acker, roman, Les déjeuners sur l’herbe asbl, 2015, 145 pages.

L’auteure :

Christine Van Acker navigue librement d’un genre à l’autre (poésie, roman, nouvelles, théâtre…), dans un bercement doux-amer empreint d’audace, de rêveries, d’espièglerie, et de rébellion contre tout ce qui tend à nous détourner des voies de l’humanité. Elle est « drôle sans être méchante, caustique sans être cynique » aux dires de Jérôme Garcin. Bien qu’elle aime jouer avec la matière des mots, elle se méfie de ceux, nombreux à notre époque, dont on détourne le sens à nos dépens. Cette « grande oreille » réalise également des documentaires, des fictions radiophoniques, et anime des ateliers d’écriture.

Le roman :

Pour Hubert, les jours se déroulent au rythme de ses balades à cheval, dans une ancienne forge à travers laquelle ne résonnent plus les échos du labeur des ouvriers, un vaste domaine où il habite seul.

Pour Guillaume, un adolescent de la cité, le vélo sur lequel il pédale à toute allure lui permet d’aller respirer un air autre que celui de la précarité grandissante dans laquelle, lui et ses parents, tentent de survivre.

Un jour, distrait, le jeune garçon pénètre dans la propriété du vieil aristocrate.

Guillaume, le petit prince fauché, et Hubert, le contemplatif au verbe châtié, vont apporter l’un à l’autre le petit bout de planète qui leur manque.

Ici, pas de mouton à dessiner, ni d’avion à réparer, juste un cheval, quelques vaches, un chat, et une vieille bicyclette.

C’est l’histoire d’une rencontre émouvante et drôle d’un jeune garçon sans le sou et d’un vieil homme riche… qui s’apprivoiseront de très jolie façon. Enfin un peu de tendresse dans ce monde de brutes !

Le texte vous prend par la main et sans vous en rendre compte vous emmène jusqu’à la dernière page : c’est ça, la vraie magie d’un récit.

Un extrait à découvrir sur :

http://www.lesdejeunerssurlherbe.com/mon_cher_ami.html

  • La poésie contemporaine

Recueil 2015 ; préfacé par Ellen Fernex ;

Dissidences

Recueil de poèmes 2015 ; préfacé par Patrick Lefèvre

éditions Les presses littéraires ; collection Florilège ; 2015.

  • Pour quelques becquées de lumière, Journal 2013.

Albert Strickler, Le chant du monde, 2014, 434 pages.

« Lire Albert Strickler, c’est avant tout cheminer avec lui dans son errance poétique, découvrir « les idées qui l’assaillent en légion » et suivre le « chemin de joie et de surprises » qu’il a balisé avec des points « d’acclamation » !

Albert Strickler signe un ouvrage incontournable, servi par une écriture de dentelle, qui devient vite livre de chevet tant il est stimulant et peut constituer un antidote à la morosité ambiante. (…) Le lecteur ne quittera son journal que … pour y revenir constamment » (Nadine Doyen, Traversées)

« Le ressort d’Albert Strickler ? La joie. Une euphorie existentielle qui prend sa source dans la conscience de cette « incroyable précarité qui donne sa valeur aux choses » et dans cet accord avec ce qui ne se tient pas pour inutile ou vain à travers des générations, infiniment reproduites ou brisées, d’humains jetés au monde (…)

Ecrit selon une technique mixte où les aphorismes tutoient les poèmes, son journal kaléidoscopique se contracte et projette comme des bouquets d’étoiles dans un souffle de ferveur créatrice. Autant de vagues de vie pour aviser encore et toujours l’émerveillement d’être – et d’avoir, à chaque mot, tout l’univers à exprimer ». (Michel Loetscher, L’Ami hebdo)

Avec Pour quelques becquées de lumière, Albert Strickler poursuit l’aventure de son Journal au quotidien. Si ce nouveau volume est fidèle aux ingrédients qui caractérisaient ceux des années précédentes, le livre d’heures de 2013 n’en a pas moins sa tonalité et ses couleurs propres. Et celles-ci sont dominées par la figure de Commandeur du Temps lui-même. Un personnage principal qui se voit néanmoins réduit à ne plus jouer qu’un second rôle à partir de l’automne où la mort de la mère vient l’éclipser. Mais le choc de ce deuil brutal ne résiste pas longtemps à la joie irrépressible du poète qui reprend vite ses droits au service de ce perpétuel hymne à la vie que constitue plus que jamais le Journal de Tourneciel !

  • La Traversée aveugle

Roger Gonnet, poésie ; éditions du Petit Pavé ; collection Le Semainier ; 2010, 77 pages.

Les revues suivantes :

  • La braise et l’étincelle,

n°119, 15 septembre 2015

Journal bimestriel indépendant au service de la francophonie (membre de l’Union des Poètes francophones)

Arts – lettres – poésie – échos

7/2, rés. Marceau-Normandie, 43, avenue Marceau à F-92400 Courbevoie ;

yvesfred.boisset@papas.info

http://yves-fred.over-blog.com

(Annie et Yves-Fred Boisset)

  • Cabaret 

(# 15, automne 2015 : Histoires d’eau, avec Estelle Cantala, Anne Hupé, Barbara Le Moëne, Bénédicte Montjoie, Clara Regy, Muriel Sendelaire ; chorégraphie : Barbara Le Moëne).

31, rue Lamartine, F-71800 La Clayette.

revue-cabaret@laposte.net

(Alain Crozier)

  • Chronique des musées gaumais

2ème et 3ème trimestres 2015

Bulletin d’information trimestriel

Musées Gaumais asbl Société Royale – Virton – Montauban – Montquintin – Latour, 38-40, rue d’Arlon à B-6760 Virton

courrier@musees-gaumais.be

www.museesgaumais.be

(Didier CULOT)

  • Le Coin de table

n°64, novembre 2015 ; Jacques Charpentreau, Société des Poètes Français, 16, rue Monsieur le Prince à F-75006 Paris ;

lamaisondepoesie@gmail.com

Entendre la poésie : Henri Suhamy : Quelques réflexions vagabondes sur la syntaxe poétique ; Mathilde Martineau : Sarah Bernhardt « dans les nuages » ; Jacques Charpentreau : Les Parnasses de Leconte de Lisle ; Jehan-Richtus, poète des Soliloques ; Les Verbics de Michel Schmidt ;

Poèmes : Jean-Marie Alfroy ; Louise Alméras ; Daniel Ancelet ; Henri Bartoli ; Marek Battero ; Michel Beaugency ; Jean-Michel Boulic ; Michel Calonne ; Daniel Cuvilliez ; Tristan Derème ; Bernard Lallement ; Pierre Lexert ; Jean-Luc Moreau ; Georges Saint-Clair ; Robert Vigneau ; Youri ;

Chroniques : Sidoine Apollinaire et les barbares ; André Mage de Fiefmelin ; Correspondance de Pierre Louÿs et Georges Louis ; Alain-Fournier ; Sylvoisal ; Silvius, Gazette rimée : Triolets de l’automne ;

  • Comme en poésie

(n°64, décembre 2015, 84 pages A5

Revue trimestrielle de poésie

2149, avenue du Tour du lac à F-40150 HOSSEGOR

j.lesieur@orange.fr

http://perso.orange.fr/jean-pierre.lesieur

(Jean-Pierre LESIEUR)

  • Florilège

(n°160, septembre 2015 et 161, décembre 2015 ; revue trimestrielle de création littéraire et artistique ; Stephen Blanchard, Maison des Associations « Les poètes de l’Amitié », revue Florilège, boîte H1, 2, rue des Corroyeurs à F-21000 Dijon.

redacflorilege@gmail.com

  • Le Gletton

(n°471, 20 pages ; n°472-473 : Chemins de traverse : Chiny ; mensuel de la Gaume et d’autres collines)

28, rue Saint-Martin à B-Villers-sur-Semois ;

micheldemoulin@yahoo.fr

(Michel Demoulin)

  • Inédit nouveau,

n°277, novembre-décembre 2015 ; 32 pages A4 ;

avenue du Chant d’Oiseaux, 11 à B-1310 La Hulpe

0032 2 652 11 90

(Paul Van Melle)

  • Libelle

(n°270, septembre 2015, 6 pages A5 – Mensuel de poésie

14, rue du Retrait à F-75020 PARIS

pradesmi@wanadoo.fr

http://www.myspace.com/michelprades

(Michel PRADES)

  • Microbe,

n°92, le vermisseau chez les pachydermes, novembre-décembre 2015

ericdejaeger@yahoo.fr

(Eric Dejaeger)

  • Plumes et pinceaux,

N° 131, septembre 2015, Arts et poésie, Nelly Hostelaert, B-7330 Saint-Ghislain ;

franz.nelly@yahoo.fr

(Nelly Hostelaert)

  • Reflets Wallonie-Bruxelles

n°45, juillet à septembre 2015 ; organe officiel de l’Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie ; Joseph Bodson, 109, rue de la Mutualité à B-1180 Bruxelles ; articles et chroniques

joseph.bodson@skynet.be

www.areaw.org

(Joseph Bodson)

  • Rose des temps

Revue de l’association Parole & Poésie ; prix de la presse poétique 2012 de la Société des Poètes Français

(sixième année, n°22, été 2015 : René Tavernier ; Yvette Llères-Bonnaric ; Thierry Sajat ; Gérard Paris ; Nicolas Saeys ; Gabriel Eugène Kopp ; Louis Savary ; Patricia Mazur ; Jean-Daniel Girard ; Howard Mac Dulinthe ; Claude Prouvost ; Olivier Millot ; Francine Bonnemain ; Françoise Tchartiloglou ; Guy Vieilfault ; Aumane Placide ; Patrick Picornot)

12, rue Théophraste-Renaudot à F-75015 Paris

parole.et.poesie@gmail.com

(Patrick Picornot)

  • Septentrion, Arts, Lettres et Culture de Flandre et des Pays-Bas,

(44ème année, n°4, déc embre 2015 : revue éditée par l’institution culturelle flamando-néerlandaise « Ons erfdeel vzw » … beaucoup d’articles et chroniques très fouillés)

Murissonstraat 260 à F-8930 Rekkem.

+32 (0) 56 41 12 01

www.onserfdeel.be

www.onserfdeel.nl

http://septentrionblog.onserfdeel.be

(Luc Devoldere)

  • Spered Gouez

L’esprit sauvage ; n°21, Centre culturel Breton Egin Ti ar Vro, 6, place des Droits de l’homme à F-29270 Carbaix-Plouguer, sous la direction de Marie-Josée Christien

(Michel Hellequin)

La poésie ramène sa science : Basarab Nicolescu, physicien quantique et poète ; René Rougerie et la Bretagne (1926-2010) ; Une lettre inédite d’Armand Robin ; Claire Fourier, en corps à corps avec le verbe…

  • Traction-Brabant,

n°65, Association Le Citron Gare, Résidence Les Jardins de l’Abbaye, 1er étage, 12, rue de l’Abbaye à F-57000 Metz

p.maltaverne@orange.fr

(Patrice Maltaverne)