Une comédie humaine en mots et en images

Une comédie humaine en mots et en images



    Quel merveilleux tremplin pour faire découvrir la poésie contemporaine que de la faire cohabiter avec d’autres arts plus exposés tels que la photographie par exemple. Bien sûr, les risques sont grands de voir l’une ou l’autre de ces deux formes d’expression prendre le pas sur la voisine. Il y a aussi le risque de redondance aboutissant à la banalisation du projet. Ici, rien de tout cela avec L’aventure carto menée par le photographe breton Yvon Kervinio. Parmi les milliers de photos en noir et blanc qu’il a prises, Kervinio en a choisi 500. Il a proposé ensuite à 5 poètes d’en retenir 30 afin de les accompagner d’un texte poétique, le tout devant déboucher sur des livres de 64 pages au format carré (22×22). Le photographe rappelle dans son avertissement que « le lieu, la date et les circonstances » sont les bases de ses photos, « pour en garder la mémoire » (mais les auteurs ne les connaissaient pas au moment de l’écriture). C’est au cœur de la Bretagne profonde des années 70 à 90 que ces clichés ont été pris. Nous allons parler ici de deux de ces cinq livres proposés.

45870_1.jpg    Tout d’abord, dans celui de Jean-Claude Touzeil intitulé Vox populi, la parole est donnée au peuple le plus modeste dans ses activités ordinaires ou festives. Les poèmes en vis-à-vis témoignent d’une grande empathie avec juste ce qu’il faut de tendresse et de fantaisie. Toutes ces personnes soudain mises en pleine lumière rayonnent dans la complicité que le poète a su témoigner en laissant libre cours à son imagination.

visages_de_villages.jpg

    Le deuxième livre s’intitule Visages de villages et c’est le poète Michel Baglin qui en est l’auteur. Ici, ce sont des proses poétiques qui prolongent les photos en débordant du cadre pour fertiliser l’imaginaire. En allant au-delà de la réalité la plus brute, Michel Baglin relativise les menus évènements locaux ou régionaux en rappelant à chacun la domination du temps qui passe. Instants volés, instantanés, instants instables : il y a un peu de tout cela dans ces visages.

Il est impossible d’extraire des passages de ces écrits qui forment un tout en regard de chaque cliché. Le point commun à ces deux livres ne se borne pas aux cinq photos communes choisies par ces deux poètes, sans qu’ils se soient concertés, mais dans cette belle comédie humaine à ciel ouvert qu’il nous est permis de découvrir. On assiste sans qu’il y ait voyeurisme à des scènes qui pourraient être un riche matériau d’étude pour des sociologues ou pour des ethnologues.


 

©Georges Cathalo – octobre 2018

 

Eric Dejaeger : « Streets »

Une chronique de Georges Cathalo

Dejaeger

Eric Dejaeger, Streets, Gros Textes éd., 2017, 112 pages, 10 euros –

Fontfourane – 05380 Chäteauroux-les-Alpes ou gros.textes@laposte.net

Alors que la moindre petite parcelle de notre planète est livrée aux décrypteurs,  gougueulsmapeurs et consorts, il est rafraîchissant de se laisser entraîner dans une errance urbaine au fil de rues imaginaires. C’est la mission que s’est fixée Dejaeger avec 99 rues ou streets, anglicisme oblige… L’exergue de Philippe Soupault (« J’invente des rues inconnues ») va permettre à l’auteur toutes les fantaisies que sa créativité ne va pas manquer de mettre en œuvre pour aboutir à un bel ensemble.

Ces rues, plus originales les unes que les autres, nous accompagnent au fil d’un itinéraire riche en découvertes de toutes sortes. Le nom de chacune de ces artères ouvre une perspective alimentée par l’imagination débordante et délirante du poète. Tout cela est bien vu, bien ressenti, dans un parcours salutaire.

Certaines portent des noms capables d’aller plus loin dans le rêve et l’utopie : Rue des Etoiles Filantes,  Rue du Temps Perdu,… D’autres témoignent d’une belle singularité : Rue de la Petite Bougeotte, Rue des Idées Perdues,… Pour d’autres, Eric Dejaeger se laisse aller à une saine trivialité : Rue des Crachats, Rue de l’Anus, … Et puis il y en a tant d’autres, surprenantes et inattendues, qu’on laissera le lecteur aller à leur découverte.

Tout cela ne pouvait que déboucher sur une rue introuvable, celle qui va focaliser les recherches des fins limiers, toujours en marche pour « arpenter la ville / à la recherche / de la légendaire / et mythique / Rue Sans Nom ».

©Georges Cathalo

 

Jean-Louis Massot : « Nuages de saison »

Une chronique de Georges Cathalo

ob_06554e_couverture-nuages-de-saison

Jean-Louis Massot, Nuages de saison, Bleu d’Encre éd., 2017, 68 pages, 12 euros 

Clos des Tanneurs 2/33 – B 5590 Ciney


S’il est un sujet qui revient de façon récurrente chez les auteurs de toutes les époques, c’est assurément celui des nuages. De Baudelaire à Jules Renard, de Claude Roy à René Char et de Jean Malrieu à Christian Bobin, ce thème a suscité toutes sortes de dérives imaginaires, de créations originales et de poèmes dédiés.

 Inutile de nous plonger dans L’Atlas International des Nuages, allons directement vers les brefs poèmes de Jean-Louis Massot pour interroger le nuage et tenter de savoir « De quel message rassurant / Ou inquiétant » il peut être porteur. Rien de tel que les nuages pour nous faire prendre une conscience aiguë de notre finitude et la fugacité de toute chose.

Ces nuages parfois solitaires ou qui s’agrègent les uns aux autres « pour n’en former qu’un //Et se sentir moins seuls », ne sont-ils pas à l’image de nos existences précaires ? Comme nous, savent-ils où ils vont ou ce qu’ils vont devenir ?

« Nuages qui venez de loin / Ce que vous avez vu / Etait-il si innommable / Que vous êtes vêtus de deuil // Et gardez le silence ? ».

Et puis, il y a toujours à redouter ce jour où il n’y aura « pas une once de nuage, / Rien où s’accrocher ».

Les douze illustrations photographiques placées au centre du recueil prolongent l’envie d’évasion engendrée par la tonalité de ces discrets poèmes, une envie folle de se laisser porter par des vents contraires et de laisser filer le temps qui nous dévore.

©Georges Cathalo  

 

Jean Le Boël : « et leurs bras frêles tordant le destin »

Une chronique de Georges Cathalobrassite

Jean Le Boël, et leurs bras frêles tordant le destin, (Henry éd., 2017), 84 pages, 10 euros –

Parc d’activités de Campigneulles – 62170 Montreuil-su-Mer ou www.editionshenry.com

Dans le « Bréviaire de poète » qui ouvre son nouveau livre, Jean Le Boël prend humblement sa place dans le « boitillant cortège » des poètes contemporains. Il faut pourtant se méfier des poètes modestes qui affirment que leur « poésie n’est pas grand-chose » et qu’elle sera vite rendue à un oubli fatal.

Le lecteur sera prévenu, certes, mais nous l’inviterons à aller voir de plus près ces poèmes reflets d’un tonique humanisme et d’un rare altruisme. La crainte est bien celle de l’absence de lecteurs puisque le rouleau compresseur de l’actualité écrase tout sur son passage. Le poète regrette aussi que « chacun étouffe dans sa peau / obscur à soi-même » alors qu’il serait si simple d’éliminer ces angoisses dans une fraternité radieuse car « tout meurt qui ne se donne ». Chacun doit s’imposer cette rigueur puisque « l’insurrection du poète c’est de se tenir droit ». Pas de compromis possible car « il faut parler il faut sourire / nous aurons bien assez de la mort / pour nous taire / pour montrer les dents ».

Tous ces poèmes sont constellés d’images, celle de la jeunesse des amoureux, celle de la vieillesse et du temps qui est passé ou celle des artistes et des poètes disparus. Après avoir refermé ce livre, on invitera les lecteurs à revenir à l’avant-dire et surtout à son paragraphe final : « Je souhaite, écrit Jean Le Boël, que ma poésie soit au service : des petits, de ceux que l’on oublie, de ceux que j’admire et dont je me nourris ». Rassurons-le : il a réussi ce fragile et respectable pari.

©Georges Cathalo

 

Josette Ségura : « Jours avec »

 

Une chronique de Georges Cathalo

segura-jours

Josette Ségura,  Jours avec (Éditinter éd., 2017), 50 pages, 12 euros –

BP 15- 6 square Frédéric Chopin – 91450 Soisy-sur-Seine  


 

Il est impossible de rester insensible à ce livre apaisant au titre décalé par rapport à l’expression courante des « Jours sans »… Ces jours que Josette Ségura nous permet de partager sont des points d’accroche indispensables.

Nous suivons l’auteur sur un sentier parsemé de « cailloux du petit Poucet » à la découverte de lieux magiques (Saint-Bertrand-de-Comminges, Conques, Saint-Guilhem-le-Désert) ou de lieux habités (Jean Malrieu à Penne ou Gaston Puel à Veilhes).

Ralentir l’allure ou freiner les emballements des jours qui filent sont d’urgentes résolutions lorsqu’on « a l’impression que c’est ici qu’il faut se taire, écouter».  De discrets souvenirs d’enfance s’infiltrent dans ces promenades oniriques quand « on ne sait plus parfois sur qui s’appuyer ». Il devient donc urgent de retrouver « un exercice d’éloignement » qui permettra de tenir à distance un monde devenu trop anxiogène et trop trépidant.

En parcourant ces jardins silencieux aux douces lumières, on sera confronté au mystère latent que l’on tentera de saisir, « toujours comme dans un journal, noter / feuilleter les souvenirs, / faire respirer le jour ». Josette Ségura sait savourer chaque instant vécu à sa juste mesure dans la précieuse richesse qui le rend unique.

En lisant chacun de ses poèmes, on a l’impression de recevoir un cadeau inattendu et réconfortant.

©Georges Cathalo

Alain Freixe : « Contre le désert »

Une chronique de Georges Cathalo

 

662

Alain Freixe, Contre le désert, (L’Amourier éd., 2017), 126 pages, 13,50 euros – 1 montée du Portal – 06390 Coaraze – alain.freixe@wanadoo.fr ou amourier.com


« On lit. C’est un poème ? Une prose ? On ne sait plus. Une présence, oui. » Voilà ce qu’écrit Alain Freixe dans le court texte qui boucle son livre, texte intitulé « Comme on tombe amoureux ». Oui, c’est bien de cela qu’il s’agit avec ce miracle, cette utopie, ce mirage qui permet d’avancer et que l’on nomme poésie alors que l’on « va aveugle dans la grande nuit des pages. Ou du monde. »

Ce recueil regroupe plusieurs suites de poèmes déjà parues pour certaines en tirages limités. On se réjouit de les voir ici rassemblées. Si les thématiques de l’œuvre abondante de ce poète sont bien identifiées (l’ombre et la lumière, la montagne et le ciel,…), on aime ressentir en parcourant lentement ces pages, un vrai climat de confiance et de sérénité.

 Le poète avance dans une randonnée solaire et poétique : « l’ombre de ma voix / grandit derrière / mes mots ».  C’est là que « rempli de nuit / le monde glisse / et dans nos mots / nos images / l’ombre d’une torche / s’éteint ».

La sagesse du poète n’a rien à voir avec un quelconque détachement hautain vis-à-vis d’une réalité impitoyable et ce n’est surtout pas une résignation. Il y a dans ces poèmes une force sous-jacente qui permet à chacun de se retrouver : « on peut écrire / ce qu’on veut / en ventriloque / des lettres » car « on ne saisira jamais / que l’ombre / de ce dont on parle ».

©Georges CATHALO

 

Saïd Mohamed : « Le vin des crapauds »

Une chronique de Georges Cathalo61SqO5xDF7L._SX195_

Saïd Mohamed, Le vin des crapauds, (Les Carnets du Dessert de Lune éd., 2017), 70 pages (au format A4), 18 euros – 67 rue de Venise – B 1050 Bruxelles ou dessertlune@gmail.com  


Ce magnifique livre s’ouvre sur une triple dédicace : Emir Kusturica, Jérôme Bosch et Goya. À partir de cela, on peut affirmer que l’atmosphère est bien circonscrite et le cadre bien défini.  On ne saurait parler des forts et rudes poèmes de l’auteur sans évoquer les 13 linogravures de Bob De Groof qui viennent prolonger la force tellurique de ces poèmes au vocabulaire apocalyptique dans un déluge de situations extrêmes.

Tout contribue ici à traquer la barbarie dans les moindres recoins et à dénoncer la banalisation de l’horreur. Saïd Mohamed voudra « calmer la mémoire de l’enfance » en exorcisant d’anciennes réalités et des souvenirs douloureux : « Le plus doux d’entre nous deviendrait fou / S’il lui venait à l’esprit de ma douleur l’immensité ».

Oui, la poésie a bien « sa place dans la nef des fous » et le poète se ravise, fait le point et craint de « ne jamais pouvoir donner (son) pardon / À l’œuvre de l’enfer » car « l’horreur ne faillit jamais ».

D’un bout à l’autre du livre, dans une langue flamboyante, l’auteur ne craint pas d’avancer à découvert et ne redoute pas d’affronter jugements et reproches. Il avance libre et solitaire, en exilé volontaire, en tentant de dépasser les peurs qui continuent de l’assaillir quand « chaque jour déverse son lot guerrier / Et nous maintient la tête sous l’eau ».

« En glaneur de paroles », il sait que « vivre au détail est trop peu ». Toute son œuvre est là pour témoigner de cette forte réalité.

©Georges Cathalo