Mutation

Xavier Bordes

Mutation

.

Au fond de la brume froide s’enfoncent les clairs navires des hivers que le vieillard regarde avec les yeux de sa mémoire s’éloigner. L’ortie blanche happe les bouffées de la brise lorsqu’elle tourne au coin de la maison.

.

Les pierres sont comme nos cœurs – pleines du silence des morts. Un silence ténébreux à l’odeur de café noir qu’un soleil inexplicable occupe. C’est une clairière au milieu de laquelle un ange cultive les feuillages hypnotiques de la nuit.

.

À l’étage, lueur orangée, la veilleuse insomniaque du petit malade auquel son fiévreux vertige fait voir des têtes de démons grimaçants dans les roses qui tapissent les murs. En retrait le battant de la porte s’entrebâille sur l’ours Ténèbres, piétinant d’un pas lourd.

.

Que file vite sur les glaces de Noël, entre arbres griffus, le traîneau de la Menace ! et le garçon interroge son cauchemar pour…

View original post 172 mots de plus