L’édito de Patrice Breno

La revue « Traversées » s’est vêtue de nouveaux apparats et le travail continu de toute l’équipe tend à ce que vous, lecteurs, vous ayez entre vos mains un objet désirable, convoité, qui se laisse caresser, feuilleter, dorloter…

Une fois n’est pas coutume ! Ce numéro sans dossier aucun se veut le reflet de ce que nous avons reçu et retenu comme s’avérant représentatif d’une écriture fluide et contemporaine, qui se laisse voguer au gré de la lecture et sur laquelle il faut revenir pour en apprécier tout le suc …

Né en 1943 en Roumanie, Horia Badescu a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages de poésie, de romans et d’essais dans plusieurs pays. Archibald Michiels est docteur en philosophie et lettres à l’Université de Liège. Né en 1961 au Maroc, Patrick Aveline est dessinateur industriel. Daniel Leduc est né à Paris en 1950 et a publié nouvelles et poèmes qui ont été traduits dans une dizaine de langues. Né en 1954, Alain Helissen a collaboré à une cinquantaine de revues et est également chroniqueur dans différents périodiques littéraires. Je ne dévoilerai pas l’identité de l’anonyme si ce n’est qu’elle nous vient de la Provence belge. Né en 1961 à Chateauroux, Pascal Batard est régisseur et éclairagiste de spectacle. Professeur de lettres, Jean-Michel Bollinger vit en Aquitaine. Salome Molina Lopez – les habitués de « Traversées » connaissent son écriture – nous vient d’Albacete (Espagne). Emmanuelle Ménard, professeur de français à Bruxelles, écrit depuis plus de vingt ans. Né à Cannes en 1959, Patrick Joquel lit, écrit principalement de la poésie et aime partir à la rencontre des lecteurs. Jacques Demaude, né dans le Borinage belge, est traducteur et connaisseur émérite de la poésie allemande. Salvatore Sanfilippo nous vient de la ville médiévale de Crest. Hélène Soris, française, sur son blog, nous propose poèmes, haïkus, photos et peintures. Matthieu Gosztola a publié ses poèmes dans une centaine de revues littéraires. Michel Bailleux vit à Arlon (Belgique) et écrit depuis près de 25 ans. Nicolas Panabiere nous vient de Rivesaltes. Soit 17 auteurs tous différents mais unis dans le même souci de vous rendre vos lectures plus agréables.

2 commentaires sur « L’édito de Patrice Breno »

  1. Ouais, on peut se d’mander si ce serait pas que Traversées ne sera pas bientôt trop obèse pour passer par la boîte aux lettres, à voir comme elle se dodufie, cette revue… De violon, elle se change en contrebasse !!! Elle a le ventre plus gros que les zyeux !

    J’aime

Les commentaires sont fermés.