Archives des étiquettes : Rome DEGUERGUE

Rome Deguergue, La part des Femmes suivi de & Ros(e) Noir(e). Roman, Paris, L’Harmattan, 2021, 417 p., ISBN: 978-234322-1632

Une chronique de Concetta CAVALLINI

Rome Deguergue, La part des Femmes suivi de &Ros(e) Noir(e). Roman, Paris, L’Harmattan, 2021, 417 p., ISBN: 978-234322-1632


La créativité de Rome Deguergue étonne et surprend encore une fois le lecteur. Elle le leurre, elle le piège déjà à partir de cette définition de « roman » qui apparaît sur la couverture de ce dernier ouvrage de création. En effet, qu’est-ce qu’un roman si ce n’est un ouvrage suivi, un texte linéaire que la modernité a transformé à partir de Joyce et du monologue intérieur mais qui trouve néanmoins une unité foncière, ne serait-ce que dans la ligne assonante des connexions de nos pensées ? Et ici au contraire nous sommes face à un parcours différent, un parcours de lecture où le chiffre est celui de la fragmentation de l’écriture de textes brefs sur un ordinateur, une écriture féminine, comme presque toujours chez Rome Deguergue, mais découverte par un fils, donc lue par les yeux d’un homme, dans une re-composition de l’unité perdue.

La volonté de placer l’écriture dans le contexte contemporain dérange aussi le lecteur. Car le poète, l’écrivain, ne sont plus loin de la réalité, comme cela arrivait pour les prophètes romantiques, ils ne sont plus des victimes du désarroi psychologique et social, comme Baudelaire et les symbolistes. Le poète s’apparente à son lecteur, en a les habitudes, recherche un voisinage et une proximité qui lui permettent la compassion, au sens étymologique du mot, l’expérience de vibrer, de se sentir à l’unisson, d’éprouver les mêmes sensations. Et c’est de fragments et de visions « humaines, trop humaines » (p. 313) que parle la note « À propos de l’écriture, Les Elles du désir » (p. 313-14).

La structure du “roman” aussi pose problème : s’agit-il d’un ensemble partagé en deux parties ou bien de deux ouvrages différents ? La première partie, Les Elles du désir, a une structure circulaire, introduite et close par un texte ayant le même titre « Clinique Tivoli au printemps ». Le corps est partagé en soixante-sept brefs textes (cinquante-six constituant la première partie, les onze autres la seconde, avec une numérotation consécutive). La deuxième partie, & Ros(e) Noir(e), est formée de trente-et-un textes plus intimes, contenant les confessions et les confidences d’une/plusieurs femmes. Sur le statut de ces confidences Rome Deguergue se plaît à brouiller les pistes (« vraies / fausses», p. 398, « À propos de l’écriture d’& Ros(e) Noir(e)»).

La marque de l’écriture de Rome Deguergue reste la variété, la couleur multiforme de l’existence, la profonde puissance de la féminité qu’elle peint fragmentée en identités, âges et expériences différentes, mais qui recompose toujours son unité. Une Femme qui est en même temps mère, fille, amante, muse, créatrice, poète, écrivaine. La couleur est aussi celle de la table des matières, où Rome Deguergue suggère de suivre des parcours par couleurs, en zappant certains récits. Faute d’unité? Bien au contraire, proposition d’unité différente, de regard novateur, d’approche créative. 

Et comme elle l’affirme presque dans la conclusion de cet ouvrage, « à l’inverse du roman classique dans lequel est souvent dépeinte une vie dans son ensemble… » (p. 401); oui, à l’inverse du roman classique Rome Deguergue crée ici un quelque chose de différent, contemporain et classique, moderne et novateur, féminin, mais de cette féminité qui donne naissance aussi au masculin, dans une perspective totalisante. Le lecteur lui sait gré de cette infatigable confiance en la vie et en l’écriture, de cette réactualisation toujours efficace de sa pensée et de sa créativité à la lumière de la modernité, même informatique, et se plaît énormément à se faire surprendre et à s’étonner par ses taches de couleurs et par ses mots vivifiants qui se lisent avec une grande fluidité.

©Concetta CAVALLINI

Professeure – Università di Bari Aldo Moro – Italie

https://www.uniba.it/docenti/cavallini-concetta

Michel Bénard, Les caresses du ciel, Éditions les Poètes Français, 1er trimestre 2021 ; préface de Jean-Pierre Paulhac ; 1ère de couverture d’Alain Bonnefoit, « L’innocente ».

Une chronique de Rome Deguergue

Michel Bénard, Les caresses du ciel, Éditions les Poètes Français, 1er trimestre 2021 ; préface de Jean-Pierre Paulhac ; 1ère de couverture d’Alain Bonnefoit, « L’innocente ».


L’amour se flétrit sous la contrainte ; son essence même est la liberté. Il n’est compatible ni avec l’obéissance, ni avec la jalousie, ni la peur. 

Cette citation du poète, Percy Bysshe Shelley exprime avec justesse ce que le poète, Michel Bénard introduit dans cette ode à la sensualité, illustrée dans le recueil, Les caresses du ciel.

Ah ! Tout ici n’est qu’harmonie, complicité, partage, recherche authentique de « la philosophie du bonheur » et à aucun moment il n’y sera question de flétrissure, de jalousie, de peur ou de domination.

Car, Les caresses empreintes d’émoi vibrant, de frémissements sensuels sont les prémisses qui mènent au vertige d’intense jouissance du septième ciel. 

Confiance et respect de l’autre, désir du désir sans cesse renouvelé, jeux amoureux, mais aussi envolée lyrique, élévation d’âme, transfiguration, vision iconique se font l’écho de certains « mythes et légendes », mais aussi de poèmes éperdus d’amour issu du Cantique des Cantiques, tels ces vers :

 « Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe, qui repose entre mes seins » ;

« Comme un lis au milieu des épines, telle est mon amie parmi les jeunes filles ».

Le champ / chant lexical célébrant Éros « en majesté » se révèle tantôt cru/ vrai sans une once de vulgarité, tantôt soutenu. La sensualité se double d’érotisme à l’évocation : 

« de cette échancrure / De longue robe noire, / Ouverte sur l’infini de votre intimité ; De prusses soies offrant / Nuances et transparences ; De folie libertine ; De vos songes en dentelles ; Le tintement des hauts talons »…

Ne nous y trompons pas, il est ici bien question d’un hymne à la vie ; hymne à la femme De flamboyante énigme inconnue / reconnue, désirée, aimée, « Que le peintre voudrait dessiner, / Que le poète rêve de composer ».

À la fois Pygmalion, mendiant de cette envoûtante vestale le poète se confie ainsi : 

« Me voici tremblant, / Comme un homme fasciné, / Troublé, enfiévré, envoûté, / Par la liberté que me révèle / L’intégrale beauté de votre corps, / Avide et fébrile ma main se tend / Vers ce trésor dénudé /(…) Corps en gloire, ébloui, / Comme un lys mystique, / Face au phallus tendu / Vers l’inconnu, / Vers l’absolu, / Offert au souffle du monde / Dans l’ultime et l’intime / D’une transcendante jouissance. »

« Je voudrais boire vos sèves de femme, / je voudrais m’abreuver à vos seins /Des miels de vos désirs / Cueillir les gerbes d’Amour / aux flots de vos impudeurs, / en laissant nos sexes / se mêler, s’exalter, s’abandonner, / sous les ardeurs / D’une aveugle fougue / Tissée de folles passions. »

Au mitan du recueil, oh ! le voussoiement fait place au tutoiement et se poursuit en alternance tout au long du recueil :

« À l’ombre fragile / Des lignes galbées de tes seins, / Mes doigts glissent doucement, / Jusqu’à nos lèvres réunies, /(…) Les érotiques caresses de tes mains / Éveillent le flot de mes sèves,(…) ».

Puis au détour de poèmes, tous adressés à la femme aimée, comme psalmodiés et devenus partageables via l’écriture offerte tant à la femme qu’au lecteur, le poète se fait tour à tour : réflexif, analytique, lucide et rêveur, à propos de ces – ici & maintenant – de l’amour éternel  vécu dans la liberté, l’offrande authentique. Le poète transfigure une nouvelle fois ces instants par cet autre art qu’il pratique avec autant de talent, à savoir la création picturale :

« En sa flamboyance / La femme devient soudain / Ce rayon de vie, /Cette embellie, /Que le peintre ébauche / Patiemment et amoureusement /Sur le grain de sa toile de lin, /Durant que le poète la réinvente / Superbe en sa création, /Encore plus belle / Tel un défi inconscient / Qu’il lance aux dieux / Du temple de l’Olympe. ».

Les dessins & autres peintures de femmes nues ou dénudées, créés par sept (ah, ce chiffre 7 !) compagnons de route de Michel Bénard font ici écho à ses poèmes, Où l’amour bourgeonne / Entre deux tresses de lumière /(…) D’une informelle prière…  à lire, à relire, à rêver, à méditer, à partager, à réaliser  :

« Pour tendre soudain / Vers la perfection / D’une ligne calligraphique. ».

Arcachon, juin 2021

© Rome Deguergue

Rome Deguergue, La part des femmes suivi de &Ros(e) Noir(e), l’Harmattan, 2021

Une chronique de Maggy De Coster

Rome Deguergue, La part des femmes suivi de &Ros(e) Noir(e), l’Harmattan, 2021


De prime abord le titre de ce roman nous intrigue par sa graphie toute particulière qui nous renvoie à un double sens. 

Ce roman s’inscrit dans un cadre pluridisciplinaire, riche en références en tous genres : littéraires, théâtrales, socio-philosophiques, musicales, picturales etc. Belle preuve d’érudition et d’innovation. Rome Deguergue ne cède pas à la facilité en nous faisant cette offrande, elle nous entraîne plutôt à un véritable remue-méninge pour comprendre les méandres de ses pensées et découvrir La substantifique moelle de ses écrits, pour parler à la Rabelais

Dans le premier chapitre l’autrice table sur un ensemble de considérations relatives à l’acte d’écrire. Aussi se pose-t-elle les questions suivantes : Où commence la littérature ? où s’achève-t-elle ? Dans « Qu’est-ce que La littérature ? » Sartre nous convainc qu’  « écrire est un métier qui exige un apprentissage, un travail soutenu, de la conscience professionnelle et le sens des responsabilités », alors pourquoi écrit-on ? 

On n’écrit pas pour écrire mais on écrit parce qu’on a quelque chose à dire, parce qu’on a un lectorat à toucher donc à convaincre. 

Ecrire est une commande de l’esprit à laquelle on répond en y mettant sa sensibilité, son savoir, son vécu personnel ou impersonnel et son imagination, et c’est ce que Rome Deguergue semble faire à juste titre.

La part des Femmes répond sans doute à une motivation nettement féminine et féministe car quand on est femme on se sent concernée par la problématique de la femme en tant qu’être humain vivant dans une société faite par et pour les hommes. Et &ros(e) noir(e) dans tout cela ?

Eros peut être le mâle dominant qui transforme la femme en rose noire (fanée). Ainsi une idylle qui a bien commencé peut virer au cauchemar, par voie de conséquence on sombre dans le noir. 

Aussi nous présente-elle des femmes plurielles aux prises à des situations différentes et dans des lieux différents. Elles sont tantôt actrices de leur vie donc responsables, rêvant d’émancipation et « guidées par une force immanente » et tantôt victimes comme la fille du Vésuve chez les Napolitains. C’est l’histoire qui se répète :« Les pères ont mangé des raisins verts, et les dents des enfants en ont été agacées? » dirait-on. C’est le fait de la psycho-généalogie qui, bien évidemment, nous apprend que les histoires se répètent sur quatre générations. La romancière présente ces femmes telles qu’elles sont : ondoyantes et diverses comme dirait Montaigne. 

L’écriture est une nécessité, un cri, une libération et c’est ce que Rome Deguergue a voulu nous montrer en arpentant les coins et recoins de l’ âme humaine avec son flair de poète et romancière pour finalement consigner dans ce livre ces tranches d’histoires diverses et variées, d’une plume intelligente et habile. Aussi convient-elle avec Blaise Pascal : «  Il faut parfois crier ». Et elle a poussé un cri en écrivant « La part des femmes suivi de &Ros(e) Noir(e) », à lire et à relire.

©Maggy De Coster

Rêve d’Écriture / Sueño de Escritura, Letizia Moréteau, éditions bilingue fr./esp. Les Poètes Français, 2018 ; dépôt légal 4e trimestre 2020 ; 55 pages ; ISBN : 978-2-84529-260-4 ; 15 euros.

Chronique de Rome Deguergue

Rêve d’Écriture / Sueño de Escritura, Letizia Moréteau, éditions bilingue fr./esp. Les Poètes Français, 2018 ; dépôt légal 4e trimestre 2020 ; 55 pages ; ISBN : 978-2-84529-260-4 ; 15 euros.


La photo de couverture du recueil poétique réalisée par Letizia Moréteau représente un détail de la statue / sculpture de Daphné Du Barry, ornant le bassin de la piscine du Château du Tertre à Arsac, Médoc, terroir que notre poète connaît bien, pour y avoir vécu, exercé l’un de ses moult métiers.

En incipit à ce recueil, page 7, il est noté que Daphné Du Barry (…) a la science des belles proportions, du contour des corps et de l’expression transcendée (…). Ainsi, pourrait-on qualifier l’œuvre poétique de Letizia Moréteau dessinant le contour – ici – des cœurs par une expression mêmement transcendée, via une vision humaine, trop humaine, à hauteur de femme, femme-soeur dont l’amitié lui est indispensable, et la dédicace de la page 9 en atteste ainsi : à la femme entière / à toutes les femmes de ma vie.

Née dans la province de Mendoza au pied de la Cordillère des Andes, entre vignobles et montagnes, Letizia Moréteau y développe cet imaginaire / rêve d’écriture embryonnaire grâce à la « nature puissante », environnante et l’appel lancinant de la France où vécut son aïeul, grand-père paternel, ingénieur français parti en Argentine en 1895 ; double pré-textes reconnus comme « clés » de son inspiration poétique, mais pas que, puisqu’enfant Letizia Moréteau affirmait : « quand je serai grande, j’habiterai en France ». Ce qu’elle fit à partir de 1979 y développant son goût pour la langue française, ainsi que le métier d’art-thérapeute interrogeant les rapports entre « littérature, poésie et médecine ».

Ici donc, à un moment donné de son parcours, reviennent en boucle les thématiques inspirantes de son rêve éveillé d’écriture, notamment dédié à Mère Nature, au voyage, au passage, à une transition portée par une – proménadologie réflexive – mesurant le chemin parcouru, les souffrances endurées pour arriver jusqu’au lieu du vivre pleinement, en frange d’ondes mêlées :

D’où, sinon de Mère Nature,

Me vient ce rêve d’écriture ?

(…)

Echouée sur la rive, j’attends…

Le bruit de l’eau berce et suspend

Un temps la douleur de vivre

A moi-même mourir !

Mourir pour revivre…   (p. 13)                    

Ainsi cette renaissance assumée, reconnue comme initiation obligée à tout parcours humain fera-t-elle l’objet des cinq poèmes suivants : Initiation I II III IV V : manière d’apprivoiser les maux passés par les mots déclinés au présent de tous les présents…

(…)

Avide de connaissance,

Je palpai les contours de la désespérance

Humble, je voulus connaître mes frontières,

Explorer le revers de la lumière.

(…)

Apprivoiser la douleur et comprendre  (p.15)

(…)

Au sein d’une nouvelle contrée

Je cherche aujourd’hui ma patrie.

(…)

Je pose le fardeau de ma vie passée

(…)

je suis un point qui voyage

dans un instant qui n’est que passage

vers un ailleurs qui ne sait se nommer  (p.16)

Après la phase consacrée aux souvenirs revisités, ainsi que l’évocation du doute et des interrogations formulées, cette quête / reconnaissance de ce qui est : – attitude méditative – portant des fruits quiétistes tels des récompenses improbables se manifestent, in fine, en dehors de la notion espace-temps, se profilant aux chapitres III et IV et prend la forme résiliente et enjouée advenue :

Qu’il est doux de se laisser porter

Par l’indicible joie d’aimer !

(…)

Quelle surprise de me voir ainsi

Petite habitante d’un lieu différent

où désormais

tout ce qui est m’attend.    (p. 17)

Puis, chemin faisant, la nature est personnifiée, amie, alliée, la poète converse avec elle, humblement, elle conserve un morceau de forêt au creux de la main, tel dans un conte, au centre de ce fameux rêve d’écriture éveillée ; le crayon parle à la bruyère / les arbres dans un doux balancement de branches murmurent les histoires de la Terre. 

La manière de transcender l’enfance laissée en jachère dans un ailleurs traversier protégé par un Ange Gardien, conjugué à cette prise de TERRE, intuitive / intuitée par le grand dehors autant que par cette conscience aiguë d’être au monde du vivant & des choses lave des anciennes misères (p.22) amène la poète à considérer sa vie désormais telle que 

La vie m’apparaît

Une

Neuve

Si vaste

A jamais multipliée

Et moi ici

si petite

Pour l’honorer.   (p.23)

(…)

Ainsi, pour un rêve d’écriture

Je suis partie à l’aventure, à l’aventure…  (p.32).

Et nous lecteurs, avec…


Arcachon, le 10 mai 2021

Rome DEGUERGUE ©

Site : http://romedeguergue.wordpress.com

Un prix pour Girondine de Rome Deguergue

Le prix Michel-Ange 2019
du Cénacle européen francophone Poésie*Art* Lettres

a été remis ce 8 juin 2019 à

Rome DEGUERGUE

pour son ouvrage

Girondine, À la lisière de la proésie et du narratoème, publié par TRAVERSÉES

L’ouvrage est toujours disponible en téléchargeant le bon de commande ci-joint ou en envoyant un courriel à : traversees@hotmail.com

                            Cénacle Européen des Arts et des Lettres francophones.

                                                  Prix Michel-Ange 2019.

                                                      Rome Deguergue.

                              « Poète, nouvelliste, essayiste, traductrice, critique. »

Ce retour imprévu autant que non programmé de Rome Deguergue parmi nous pour cette remise du prix Michel-Ange 2019 est pour moi un bonheur que je ne saurais dissimuler au nom d’une déjà longue amitié et de souvenirs personnels et poétiques qui nous lient encore. Entre autres, un ouvrage à quatre mains et deux plumes « Androgyne » aux Editions des Poètes français.

Durant une époque qui n’est pas si lointaine, Rome Deguergue était de l’autre coté du comptoir à nos cotés en tant que conseillère culturelle, aujourd’hui c’est la lauréate que nous accueillons parmi nous.

Mon intention n’est pas d’abuser de la longue et singulière biographie de Rome Deguergue, car la dame est hyper active, tant dans son œuvre littéraire multiple et variée que sur le plan des relations sociales et humanistes liées au mouvement géopoétique cher à Kenneth White avec un atelier de poésie pour jeunes et moins jeunes en plein air aux sources de toute la vie poétique naturelle et originelle.

Sa manière à elle de lire les lignes de la terre donc celle de la vie.

Rome Deguergue est née dans le Nord de la France, donc un peu ch’timi par le père, mais un tantinet latino-germanique du coté de la maman et là croyez-moi le cocktail est détonnant.

Avide de connaissance, d’ouverture, de culture et de vision amplifiées sur le monde, notre amie voyagea très tôt dans de nombreux pays d’Europe dans les pays du Moyen-Orient et en Amérique du Nord tout en poursuivant ses études de lettres et de langues, ayant pour objectif la traduction trilingue.

Durant quelques temps, elle collabora aux travaux de notre compagnon, ami et professeur Giovanni Dotoli et connaissant l’amplitude active de ce dernier, la tâche n’était pas de tout repos.

Puis peu à peu, elle fit éditer son œuvre importante écrite principalement en français mais reprise par de nombreuses traductions.

Au nom de notre amitié et de la qualité globale de son œuvre, j’ai déjà écrit beaucoup sur ses travaux littéraires et je me souviens plus en particulier d’un livret théâtral : « A bout rouge » tout à fait digne de la période provocatrice du dadaïsme, pour tout vous dire, cet ouvrage m’a littéralement mis à bout de souffle.

Simplement, je survolerai le chapitre des reconnaissances et distinctions, car ici aussi la liste est pléthorique, Rome Deguergue est une boulimique du travail de la mouvance Giovanni Dotoli, mais je ne manquerai pas de rappeler le grand prix Virgile, le prix Montaigne, le Grand prix de la Société des Poètes Français, le grand prix de la fondation Foulon de Vaulx, le prix Ardua, sans oublier quelques médailles que nous sommes allés cueillir ensemble à l’Académie de Lutèce.

Mais revenons plus précisément à ce prix Michel-Ange couronnant un ouvrage poétique illustré. L’ouvrage concerné aujourd’hui est « Girondine » publié en Belgique aux éditions Traversées de notre ami Patrice Bréno ayant reçu ici même le prix Calliope.

En ce qui concerne « Girondine » les illustrations dominantes sont des photographies, mais pas de quelconques photographies puisqu’il s’agit ici des travaux de Patrice Yan Le Flohic, appelé PYLF par ses amis proches qui est l’un des hommes les plus discrets que je connaisse mais pétri de talent, géologue de formation, peintre, illustrateur, pictotofographe et photographe. Nous reviendrons vers lui.

« Girondine » est une œuvre en marge et au cœur de la poésie, porteuse d’un chemin en proximité de la proèsie et très proche du narratoème très poétique également car lorsque l’on est adepte de la goépoésie, il est difficile de s’en libérer. Là, nous en sommes au cœur car il y a intercommunication entre prose, poésie et images parfaitement appropriées.   

Certains vont pompeusement nous proposer des voyages sur le Congo, le Nil, le Gange ou le Saint Laurent, non, Rome Deguergue, elle, nous suggère plus modestement une petite croisière sur la Garonne, son fleuve et sa terre d’adoption éponyme, car nous sommes toujours en exil de quelque part ou l’exilé pour quelqu’un.

Sans vouloir faire l’apologie de l’ouvrage, nous pouvons nous en rapprocher.

Le voyage commence sur un quai de la Garonne à proximité d’un pont ancien, poésie riche et soignée nourrie de singulières images et par un clin d’œil outre-Atlantique vers la statue de la Liberté.

Les clichés de Patrice Yan Le Flohic cohabitent magnifiquement avec les textes, prises de vue délicates, simples mais gorgées de poésie, d’émotions évocatrices où le noir et blanc règnent, ce qui ne saurait nous déplaire, toute la densité est là.    

Rome Deguergue quant à elle, nous offre une poésie d’observation, de comparaison, elle est ancrée dans le terroir, selon ses concepts, elle géopoétise allégrement, sa poésie sent l’air iodé, l’eau saumâtre, l’anguille et l’alluvion, mais également les forsythias, la résine et les parfums de Dame Aliénor d’Aquitaine, rappel d’une époque lointaine où déjà les anglais soulevaient quelques dissonances. Une poésie pérégrine où souffle l’esprit divin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le terme de géopoésie est ici parfaitement approprié, car cette œuvre tinte et résonne avec le concept humain de Kenneth White.

L’expression de Rome Deguergue est un composite entre prose et poésie, narration et poème.

Mais que serait « Girondine » sinon une œuvre inachevée sans l’intervention de ce si délicat « œuvrier » d’images Patrice Yan Le Flohic.

Chaque photographie laisse émaner une poésie subtile, un lien révélateur avec les poèmes et textes divers. Les photographies vont à l’essentiel en s’épurant du superflu. La démarche étant de retrouver la vision originelle afin de délivrer les nuances les plus transparentes, pour fixer les ambiances brumeuses et diaphanes. Une ombre portée, un reflet, un silence entre le ciel et l’eau, quelques fanaux dans la nuit.   

Patrice Yan Le Flohic nous livre l’expression de ses ressentis en la photographie et la pictotofographie, manière très graphique ou picturale de traiter la photographie et de restituer de précieux et singuliers rendus.

Oui, aujourd’hui nous sommes comblés de retrouver Rome Deguergue pour lui remettre ce prix Michel-Ange avec les compliments de toutes et tous les conseillers culturels du Cénacle Européen des Arts et des Lettres toujours sous le regard bienveillant de Léopold Sédar Senghor.

Michel Bénard.

Lauréat de l’Académie française.

Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres.

Poeta Honoris Causa.

« Entrées précédentes