Les lectures d’été de Patrick Joquel

Voici les notes de lectures de l’été de Patrick Joquel
www.patrick-joquel.com

©cc

plusieurs livres poésie, et en fin de dossier deux romans chroniqués.

poésie

Titre : Paradis

Auteur : Maxime Koulitz Thomas

Éditeur : Fatrasies éditions

Année de parution : 2 022

10,50€

Une première partie intitulée tourbe présente en une douzaine de petits pavés de prose un monde inédit ; rêve ou bien création en marche… On traverse avec l’auteur ce jardin pour finalement passer une porte qui pourrait bien se nommer Éden. C’est enjouée, drôle et mystérieux à la fois. Rimbaldien dans le ton et plein de surprises comme celle-ci :

...Seul un démon mesquin aurait pu vouloir leur mettre des bâtons dans les roues, ou verser un laxatif dans la bassine de sangria.

Une seconde partie vers tendre joue avec le sentiment amoureux. Un printemps enchanté, enchanteur où la personne aimée entre enfin dans la vie de l’auteur de ces poèmes. Les textes explorent les terres du désir et du manque avec force, humour et sensualité. Le lecteur se laisse emporter dans cette fougue et cet enthousiasme. 

10

Christ immense

et pleine d’amour

accepte-moi

au creux de toi

qu’il me soit permis 

de croire en toi

Aborder ainsi le thème de la Foi aujourd’hui en poésie est difficile, l’auteur y réussit avec une belle économie de moyens ; sans jamais tomber dans la mièvrerie mais au contraire en ouvrant des perspectives à méditer. Une Foi tournée vers l’Autre et vers les autres. L’écriture ici témoigne d’une dynamique de vie au quotidien. Cette dynamique rejoint le lecteur et l’entraîne vers un au-delà de soi-même.

Les deux dernières parties de ce recueil : la cuirasse craquée et infiniment merci présentent de courts poèmes en prose. On y navigue à vue, de l’un à l’autre, comme on traverserait un torrent de montagne en sautant d’une pierre à l’autre. En prenant le temps d’observer sur chaque caillou le paysage (visuel, sonore, tactile…). 

Toujours faire chemin seul, mais laisser ce fantôme rosâtre souffler dans votre cou. Constater que cela est bon.

Vivre nu parmi les Adamistes et les grenouilles qui bondissent. S’endormir dans un fossé comme un ivrogne ou un bienheureux de l’âge d’or, gavé de contentement. Oh ! Qu’il en soit ainsi !

Un livre à lire et à relire dès seize ans et jusqu’à l’infini pour les questionnements qu’il porte, les jubilations qu’il offre et les surprises qu’il ouvre au lecteur. 

********* 

Titre : Forêt(s)

Auteur : Anthologie

Éditeur : Donner à Voir

Année de parution : 2 022

9€

Une anthologie en format petit carré, la collection phare de Donner à Voir. Papier recyclé et 365 exemplaires. Premier livre édité depuis le décès du fondateur Alain Boudet. Cela marque le désir de poursuivre l’aventure de la part de l’association. 

46 poètes ou artistes et presqu’autant de poèmes sur le thème de la forêt. Un thème cher à Donner à Voir : arbre, forêt, papier recyclé et autres titres en témoignent.

Des poèmes courts. Lisibles par tous. Bien terrestres. À mettre dans les mains de tout lecteur à partir de 6 ans.

https://www.donner-a-voir.net/

********* 

Titre : Aussi les gens

Auteur : Jean-Louis Massot

Éditeur : éditions du Centre de Créations poru l’Enfance de Tinqueux 

Année de parution : 2 022

5€

Où est la poésie ? Qui est-elle ? D’où vient-elle et où va-t-elle ? Dans ces petits pavés de prose Jean-Louis Massot s’interroge autant qu’il nous interroge. Cette indéfinissable poésie. Ce moment où elle passe dans notre vie. Bref instant. Dont on se souvient ensuite. Longtemps. 

Elle n’est jamais là où on le croit. Toujours ailleurs. Toujours différente. Toujours en décalage. Une invitation à l’autrement. 

C’est aussi un jeu. Celui de l’humour façon il court il court le furet… et cet esprit d’enfance que j’appelle dans un de mes livres (Vivre m’étonne, marcher m’interpelle) le petit surpris que tout étonne et amuse. 

La poésie, c’est aussi les gens. Ce sont les trois derniers mots de ce petit ouvrage et ils témoignent de toute l’humanité bienveillante de Jean-Louis Massot.

Un livre pour l’école et bien sûr bien au-delà.

https://business.facebook.com/centre.detinqueux/

********* 

Titre : La mesure des murs

Auteur : Colette Daviles-Estinès

Éditeur : L’Ail des ours 

Année de parution : 2 022

6€

Je laisse ma mémoire aux mouettes

Je ne garde pas la mer

seulement l’hiver de son rivage

Je prends l’ocre et la falaise

où j’ai suspendu deux volets

Je laisse les rues sous la pluie

et leurs lueurs diffractées

Je garde le miel de la lumière

Je prends la lune sur le palier

Je laisse la colère

aux colporteurs de nuit

Je garde le lait de l’aube

et les étoiles perdues

Je prends tout ce qui fulgure

un livre comme un itinéraire, peut-être. On part. De loin. En fait non, on part de chez soi et on va loin. On laisse beaucoup derrière soi. Il y a la mémoire, certes, mais elle aussi s’efface… on arrive quelque part. On s’y installe et on commence un jardin. Comme ceux qui ont vécu là avant nous, autour du même puits ; sur le même plateau… On vit. Un enfant. La vie. Une maison. Ses aubes. Une vie comme une carte postale : toujours en mouvement.

Un livre silencieux. Contemplatif. À l’image de ce territoire du Sud de la France : aride et rocailleux. 

Un livre à emporter avec soi pour les journées d’extérieur et de solitude.

À partir du collège et bien au-delà ; car la poésie échappe aux cases lecteurs.

********* 

Titre : Sur le radeau des muses

Auteur : Jacques Ferlay

Éditeur : éditions Maïa

Année de parution : 2 022

20€

220 pages. Autant de poèmes, autant de poètes. Jacques Ferlay a rencontré des dizaines de poètes au cours de sa vie. Chez eux. Lors de salons du livre ou de rencontres poétiques, de lectures. Chaque rencontre donne lieu à un poème. Un souvenir de la rencontre. Un portrait du poète rencontré. Ou de la poète. Il nous offre ici un panorama de la poésie des années cinquante jusqu’au années 2015. C’est l’œuvre d’une vie. Un parcours. Une amitié en mouvement. 

En toute simplicité, il nous la partage.

Un livre que toute bibliothèque spécialisée en poésie se doit de mettre en rayon et en valeur.

https://www.editions-maia.com/?s=sur+le+radeau+des+muses

********* 

Titre : Comme une neige d’avril

Auteur : Jean-Marie Corbusier 

Éditeur : La lettre volée

Année de parution : 2 022

17€

la neige sur la terre. Les traces de la vie qui passe. Le blanc du papier. Les traces de la vie qui écrit. On écrit sur la neige ; ça disparaît. On écrit sur le papier ; ça dure un peu plus.

La neige. Le poème. Dans les deux cas : le silence à perte de vue ; à perte d’oreille. Ça éblouit tout ce silence ; toute cette lumière. 

Ça reste mystérieux :

Sur la neige

le pas 

sous la neige

Poème

comme une neige d’avril

comme la surprise au matin devant ce paysage nouveau, immaculé, lumineux. Le poème place le lecteur dans cet état de contemplation. Pas forcément tous les poèmes, bien sûr (il y a tant de voies et de voix dans la poésie) mais certains poèmes portent un silence ébloui. Comme une neige d’avril.

Neige sans nom

à heurter l’infini

deux vers qui parlent au skieur que je suis et qui dans les longues randonnées hivernales vers un col ou une crête du Mercantour monte ainsi vers le bleu pur de l’hiver.

Bleu une brûlure cet absolu

Un livre à lire en tournant les pages face aux flocons dehors. Ou bien en contemplant le paysage immaculé à l’aurore et au petit matin. Ou bien aussi au crépuscule. À chaque heure la couleur de la neige évolue.

********* 

Autrices : Samantha Barendson / Estelle Fenzy

Éditeur : La Boucherie Littéraire

Année de parution : 2 022

14€

De toutes façons

après 50 ans

si au réveil

tu n’as mal nulle part

c’est que tu es morte

Voilà pour donner le ton de ce livre. 50, c’est donc les années. La cinquantaine, pour les femmes, c’est une étape que nous ne connaissons pas, nous les hommes. On est comme ici le lecteur : présent. 

Une étape traitée ici en poésie. C’est rare et tendre. Osé aussi. Mais nécessaire. C’est surtout traité avec humour. L’humour cette élégance qui permet de dire, y compris ses douleurs, ses doutes, ses peurs, comme ça, l’air de rien et sans y toucher. Avec le sourire. Se moquer de soi et du monde, pour continuer à tourner les pages des jours. Tenir. Aller vers. L’objectif n’est pas de s’arrêter au mitan de sa vie (ou à peu près) mais d’aller plus loin bon pied bon œil. 

C’est ainsi qu’on suit les deux autrices de ce petit bijou : d’étincelle en étincelle et avec cette bienveillance de ceux qui partagent ce « tu sais, c’est pas toujours si facile… ».

un livre à offrir à toutes les femmes bien sûr, mais aussi à leurs compagnons.

http://laboucherielitteraire.eklablog.fr/

********* 

Photographe : Yvon Kervinio

Auteur : Jean-Claude Touzeil

Éditeur : L’Aventure Carto

Année de parution : 2 022

14€

Des photos prises il y a une quarantaine d’années en Bretagne. En argentique. Si la photographie a évolué depuis, la rivière coule toujours et les fougères continuent à pousser. Des paysages tranquilles, paisibles. On feuillette ces photos avec une fraîcheur « elfique ».

Jean-Claude Touzeil les accompagne de courts poèmes, en écho. Il mêle son imaginaire et ses émotions aux regards d’Yvon Kervinio. Son humour pétillant aussi. La rumeur du monde est présente également, comment l’ignorer ?

Cela donne un livre lumineux. Tout simplement. À offrir à Noël, pour un moment de paix (ou à une autre occasion). À offrir et à s’offrir aussi.

Colombe

Il en coulera

de l’eau

sous les ponts

avant que la colombe

ne revienne

entre deux missiles

nous apporter 

son brin d’olivier

Parfois j’ai peur

qu’à son retour

on la retrouve 

le bec dans l’eau

*

ronds

Il te faudra

prendre un bel élan

à partir de la berge

pour sauter franco

au milieu de la rivière

et traverser

les flaques du soleil

Aller à la rencontre

de l’enfant

que tu fus

assis sur la rive

à la pêche aux images

De l’enfant 

que tu es encore

celui qui lance

des cailloux

histoire de faire

des ricochets

trois ronds 

dans l’eau

********* 

Titre :Brisées

Auteur : Gérard Le Goff

Éditeur : Encres Vives 516e 

Année de parution : 2 022

6,20€

On ouvre ce 516e cahier d’Encres Vives sur 64 quatrains en vers octosyllabiques. Et on se retrouve à un rendez-vous : en fin de nuit, direction l’aube. Ce moment souvent paisible où la lumière revient de l’Est jusqu’à l’aurore et le nouveau jour. D’abord le silence, celui de la hulotte et des chauve-souris… puis l’envol des oiseaux, de tous les oiseaux du matin. On entre dans le jour, direction midi. Les aventures du jour, jusqu’au crépuscule. Jusqu’à la nuit.

Puisque jamais ne dort le monde

Ecoute les bois de la maison

Craquer leur rêverie de forêt

Au jour ignore les fausses nouvelles

La seconde partie de ce cahier nous emmène en voyage : Londres, Inverness, Rome, Florence, Venise, Bruges, Barcelone… Europe, Méditerranée… Des quatrains de voyage… à contempler comme autant de souvenirs.

Troisième partie a pour titre : Nul dit jamais ne restitue. Le poème comme vecteur de la perte. Il fixe et perd en même temps son objet. Les mots ne sont jamais à la hauteur du réel ; juste un miroir voilé.

L’offrande des hautes fleurs des fossés

invisible aux yeux des nomades

pour qui passer est art de vivre

laissez-moi au bord du chemin

et pour finir une 4e partie : la vie secrète.

Que sais-tu de ma vie secrète

as-tu jamais croisé cette ombre

blessée entre les bras d’une hantise

valsant sous la lune de jadis

https://gerardle-goff4.wixsite.com/monsite

********* 

Titre : Leçon de ténèbres

Auteur : Jean-Louis Rambour 

Éditeur : L’herbe qui tremble

Année de parution : 2 022

17€

Un long poème coupé en strophes de dix vers. Une strophe par page. Un personnage : Line (que chacun peut nommer à son goût) ; un paysage : le Nord Ouest de la France, baie d’Authie, la Somme. Une mélancolie. Une rivière. Les bains dans la rivière l’Avre. Une vie. Une vie de femme. Avec ses fils à linge dans le vent, comme un clavier. Ses parties de cache-cache, ses marches funambules sur la margelle du trottoir. Ses moments de cuisine, de bals etc. Tout le quotidien de chacun. Une vie. Une vie de mère. Un enfant, un garçon. Qui grandit, qui échappe, qui s’échappe définitivement emporté par la mort. Reste le silence. Les souvenirs. Tous les morts de ce territoire qui a connu multiples guerres. Tous ces squelettes, ceux des morts qui ont dansé un jour et ceux des vivants qui dansent aujourd’hui. Les mûres de la fin d’été que tous ont goûté, les uns après les autres. Les moments de faim, de peur, d’amour, de désespoir. Toutes ses vies. Une seule vie humaine.

Nous portons les mêmes interrogations, les mêmes souvenirs, les mêmes désirs. Chacun à son degré, nos vies ne sont pas toutes exactement pareilles. Chacun selon sa différence. Chacun unique et tous pareils.

Un livre comme une méditation sur le vivre et mourir. Sur ce mystère de la vie. Un livre comme une petite voix amie, à lire à petites gorgées. 

Un livre plutôt pour des lecteurs d’après 18 ans.

https://lherbequitremble.fr/livres/lecon-de-tenebres.html

********* 

revue poésie

Titre : Traversées 101

Année de parution : 2 022

Un numéro consacré en grande partie à Anne-Lise Blanchard. Un panorama de son écriture via différents regards, de ses engagements poétiques et bénévoles en Irak en particulier. L’écriture poétique est en soi un engagement humain et politique, Anne-Lise Blanchard en est un exemple.

Nos cœurs

peuvent-ils trembler du poids

de l’hiver

en même temps que

ceux qui dorment 

sous le vent

*

Le jour pousse la fenêtre

m’accordant la grâce 

de sa splendeur et demain

me visitera 

singulier aussi

un autre jour qui suppliera

plus grande présence 

entre la mésange du matin

et la résonance de la nuit

*

parmi les regards portés sur le travail d’Anne-Lise Blanchard, on trouve parmi d’autres, Florence Noël, Angèle Paoli, Jacqueline Persini qui lui consacre un long et bel entretien, au plus près du quotidien.

*

Parmi les autres poètes que ce numéro 101 de Traversées invite j’ai eu plaisir à retrouver Nadine Travacca, Chantal Couliou que nous avons publiées dans Cairns. J’ai découvert à travers quelques poèmes Fidèle Mabanza :

mot du voyage

une brume émerge de la terre

comme une île au milieu des eaux

la nuit enflée dissémine ses ténèbres

la tristesse demeure en moi

comme la pluie du ciel demeure dans la terre

traversant les couches de mes accablements

mes souvenirs chargés de supplices et d’angoisses

ressemblent à la nuit de dunes géantes

où le vent vient effacer les sillages du voyage

entre le rêve d’enfant et la nuit du voyage

comme un passé recouvert dans un linceul

s’interpose le vélum des nuages ombreux 

*

la guerre est un jeu

il était là, 

parmi les feuilles

accrochées au corps des branches

parmi ceux combattaient.

Il torturait la brume et les ténèbres

entre les formes et le silence des mers

entre la chair et l’os

sous l’effroyable

l’incroyable tempête des cris à mi-vois.

C’était un enfant de mon quartier

il était devenu le soldat

dont l’arme avait un visage,

un langage et un pouvoir.

Lui, l’enfant soldat du peuple,

n’avait pas de drapeau à défendre

ses jours étaient sans regard

son ennemi n’avait pas de visage.

Ses nuits inutiles

se passaient sur des corps mutilés.

Du fond de la vacuité

la guerre était un jeu,

le jet de grenade

était un jeu d’enfant.


Titre : Portulan 38

Auteur : revue

Éditeur : Voix tissées

Année de parution : mai 2 022

En couverture une œuvre de Danielle Le Bricquir. Le thème de ce numéro : l’éphémère. Thème traité par plusieurs poètes, vers libres ou bien classiques ; c’est varié. Quelques haïkus aussi, un entretien avec Catherine Andrieu, quelques notes de lecture. Un numéro bien plaisant à lire. On y retrouve entr’autres Chantal Couliou, Jean-Claude Touzeil, Nadine Travacca.

On peut s’abonner. Contact :

voix.tissees@gmail.com


romans

Titre : Le bazar du zèbre à pois

Auteur : Raphaëlle Giordano 

Éditeur : PLon 

Année de parution : 2 020

Voilà un roman que j’ai lu d’une traite un après-midi d’été. Le début déroute un peu : je me demandais où Raphaëlle Giordano allait m’emmener. Et puis j’y suis allé. Un bien joli bazar ! 

Dans ce roman vous allez trouver outre ce zèbre à pois, improbable magasin qui va déranger la ville où il s’est installé, des termes inventés comme l’audacité, un audaciel (ils seront plusieurs dans le livre, mais chacun est unique), des amateurs de rencontres silex. Des empêcheurs de rêver en liberté aussi. 

Je ne dirai rien de l’histoire : ce serait gâcher la surprise.

Un livre à lire dès seize ans, et pendant les vacances, celles d’été ou les prochaines- histoire de se mettre en pause et comme on dit de prendre de bonnes résolutions pour vivre plus haut que possible.

https://www.lisez.com/?q=le+bazar+du+z%C3%A8bre+%C3%A0+pois&neuf=1&s =

****

Titre : Louve

Auteur : Pascal Brissy

Éditeur : Auzou

Année de parution : 2 022

14,95€

Ambre, une adolescente, a un souci héréditaire : elle est une louve garou. À chaque pleine lune, elle va voir son grand-père qui l’enferme le temps de la transformation ; pour sa sécurité et celle des autres. Un secret bien gardé. Personne au collège ni en ville n’est au courant.

Problème : un loup garou entre en scène. Un autre. Qui ?

Autre problème : un nouvel élève dans sa classe. Un magnifique jeune homme. Entre l’ami historique et ce nouveau que va devenir le coeur d’Ambre ? 

Une histoire comme on les aime : qui prend le lecteur par la main et le suit des yeux, page après page. Un univers incroyable et pourtant si proche de la réalité. Des sentiments. Des adultes pas toujours très clairs, ni très responsables. La vie. Comme quoi l’imaginaire vient vite confronter le réel et incite à la réflexion. Un livre dès le collège.

https://www.auzou.fr/bd-et-romans/2010-louve.html

le début du roman 

***

Titre : Louve

Auteur : Pascal Brissy

Éditeur : Auzou

Le froid.

Cette sensation s’installe toujours au réveil.

Ambre est recroquevillée sur le sol. Elle vérifie si elle peut bouger sans risque. Les chaînes de ses poignets glissent sur son flanc et lle faufile ses mains au travers des anneaux pour se libérer de leur étreinte. La jeune fille s’agneouille. Elle passe les doigts dans le collier de fer qui lui enserre le cou et griamce. L’odeur qui flotte dans la pièce lui donne un haut-le-cœur. Puanteur animale…

*

Patrick Joquel

www.patrick-joquel.com

prochains voyages/livres :

samedi 10 septembre : salon du livre de Breil/Roya (06)

Mercredi 21 septembre matinée INSPE de Nice (06) : formation 1 d’un groupe d’étudiants à la poésie

  • découverte de l’édition poésie contemporaine (jeunesse).
  •  présence du poème dans la classe, éléments de regards…
  •  ateliers d’écriture

dimanche 25 septembre : Cipières (06) fête du Parc Naturel Régional des Préalpes de Grasse, exposition photos/haïkus avec Laurent Del Fabbro et signatures.

Châteauroux les Alpes (05) : mercredi 28 septembre lecture à l’épicerie littraire à 18 h 30 pour la publication de Page Control aux éditions de la Pointe Sarène, ainsi que du cairns 31, et imprimés tous les deux sur les presses de Rions de Soleilpar Yves Artufel.

vendredi 7 au dimanche 9 octobre : salon du livre de Mouans-Sartoux (06) « être humain ? ». signatures avec la librairie Papiers Collés. Interventions dans les classes et 

mercredi 7 décembre : matinée INSPE de Nice (06) : formation 2 d’un groupe d’étudiants à la poésie

  • retour sur les premières semaines de classes
  • lecture suivie d’un livre de poèmes
  •  ateliers d’écriture

janvier/février 2023 : cap G (Grasse haut pays) : Cette année, nous travaillerons avec 3 classes de primaire (Thorenc, Briançonnet et Escragnolles). Ainsi, chaque classe aura sur l’année 2 rencontres « atelier d’écriture avec un auteur ».

Les ateliers seront programmés sur les mois de janvier et de février (date à définir) et déclinés autour du thème « Le monde en mouvement d’hier, d’aujourd’hui et de demain » qui fait notamment référence au pastoralisme (berger, pâturage, transhumance…)

Printemps des poètes : Frontières

23 au 25 mars, ateliers d’écriture à la Médiathèque d’Antibes (06)

Service de presse n°53

cropped-cover-traversc3a9es-88-11.jpg

Traversées a reçu :

Les recueils suivants :

 

  • Alexandre Ritter – Allées et venues entre deux mondes – Europe/Amérique latine

 

Coordonné par Constanza Alzamora et Daniel-Henri Pageaux

L’Harmattan, 2018, 251 pages

Avec l’entrée d’Alexandre Ritter dans la collection « Classiques pour demain », celle-ci trouve pleinement sa justification. Un poète de vingt-quatre ans, né à Mexico, au sein d’une famille équatorienne et vénézuélienne, ayant vécu à Caracas et vivant aujourd’hui à Paris, vient prendre place dans une liste longue de noms prestigieux, aux côtés d’autres pour lesquels le temps n’a pas encore pleinement accompli son devoir de reconnaissance.

On lira le présent volume comme un premier bilan: il porte sur six recueils de poésie dont les deux derniers ont été écrits en français et publiés en France. Coordonné par Constanza Alzamora, mère du poète, et par le responsable de la collection, Daniel-Henri Pageaux, il offre un ensemble d’études et d’hommages ainsi qu’un long entretien qui permettra au lecteur d’accompagner « la naissance d’un poète »

Pour une lecture plus approfondie, Giuseppe Bellini, grand spécialiste des littératures hispaniques et hispano-américianes, se montre sensible à une méditation qui plonge dans « les catacombes de la pensée ». Luis Alberto Crespo, poète, critique, ambassadeur du Venezuela à l’Unesco, part à la recherche de « l’écriture poético-réflexive de cet homme-enfant », tandis que Victor Bravo, écrivain, essayiste, professeur à l’Université de los Andes, souligne la préoccupation éthique du jeune poète et son « sens épique de l’être ». De son côté, Lupe Ramazo, romancière et essayiste équatorienne, fixée à Caracas, retrace de façon précise et émouvante la trajectoire d’un poète qui est aussi son petit-fils.

D’ores et déjà, Alexandre Ritter compte deux lecteurs prestigieux: le poète Adonis dont le jugement élogieux est rappelé et celui du regretté José Saramago, prix Nobel de Littérature, qui offre tout à la fois un jugement de synthèse et aussi un pari sur l’avenir.

    • L’année poétique, poésie

Frédéric Marcou

Atramenta, 2018, 109 pages

    • Au fil du labyrinthe ensoleillé, poésie

Michel Dunand

Jacques André éditeur, collection Poésie XXI2018, 69 pages

« Une élégance et une humilité presque orientale. On en ressort ébranlé. » (Serge Maisonnier)

« On est ici en présence d’une poésie qui sublime l’émotion, colore le monde, dénonce les limites du langage et de la visibilité tout en nous donnant l’amour de la vie: on est ici en présence d’une poésie qui nous permet de percevoir le réel dans sa totalité vibrante et d’ouvrir l’histoire de notre esprit à la lumière fragmentée de la métamorphose. » (Pierre Schroven)

« Un trouble certain que Michel Dunand ravit au silence, afin d’implanter la méditation et la couleur autour des mots. » (Jean Chatard)

« Dunand dans la lignée des Segalen, Bouvier, Orizet, nous entraîne dans ses lieux de fulgurance. » (Marie-Christine Masset)

    • BB12, poèmes

Anne-Sophie Malice

Chloé des Lys, 2018, 55 pages

    • De la main à la chute, poèmes, avec des illustrations de l’auteur

Marine Gross

Le Citron Gare

1, rue des Couvents à 57950 Montigny Les Metz, France

http://lecitrongareedtions.blogspot.fr

    • De sang, de nerfs et d’os, poèmes

Patrice Blanc

Le Contentieux, 2018, Toulouse

« De sang, de nerfs et d’os », le tout dernier recueil de poèmes de Patrice Blanc révèle une nouvelle fois son goût pour l’hémoglobine poétique. En effet, son premier livre « Le sang du jour » publié en Belgique en 2004 flirtait déjà avec des couleurs carmines. Il se la joue pour votre plus grand plaisir parmi les aurores surréalistes du XXIème siècle. A déguster surtout sans aucune modération.

Patrice Blanc demeure avec cet ouvrage l’un des plus grands poètes de sa génération.

    • Echos du vent à ma fenêtre, poèmes

Eric Chassefière

Alcyone, collection Surya, 2018, 62 pages

Dans ce nouveau recueil, à nos yeux le plus réussi, Eric Chassefière adopte la forme de la prose poétique qui lui réussit à merveille. Echos du vent à ma fenêtre est construit « en vitrail »: une structure maîtresse sur laquelle viennent s’enchâsser un certain nombre de poèmes dans lesquels on retrouve sa thématique essentielle: méditation, descente en soi dans – et par – la nature. Tout bruit d’un silence habité qui nous mène à une forme de contemplation, d’espace intérieur où tout respire et se dilate pour notre plus grand bonheur: celui d’être.

Silvaine Arabo

    • La Foule Divinatoire des Rêves, poèmes et dix-huit dessins

Catherine Gil Alcala

La maison brûlée, 2018, 113 pages

« Des parlotes infraliminales dans les rayons du soleil,

un incendie mental traverse l’essaim des âmes

tournoyantes qui s’écroulent sur la terre.

 

Le sol de l’appartement est recouvert d’insectes.

Une femme parle aux insectes

qui viennent tous dans sa main.

 

Les vibrations de sa voix induisent

un phénomène mimétique.

Elle s’humecte la peau d’une morsure indicible.

 

Un scorpion se dissimule dans l’ombre. »

Extrait

    • Fragments (5), poèmes

Gérard Paris

Illustrations de Laurence Izard,

Bleu d’encre, 2018, 43 pages

« Eclats taillés dans l’éponte du sens…

Un truand térébrant: jusqu’à l’os…

Engonce, écartelé, crucifié de l’intérieur…

Le dedans: une tapisserie aux multiples motifs…

De métamorphoses en anamorphoses: l’île subtile…

ça creuse, ça fore en moi: vrillé, je me tasse sur moi-même…

En filigrane l’intime bariolé… »

Extrait

    • Le funambule des labyrinthes, roman

Jean-Paul Deller

Image publique, Editions Romans Vrais, 2018

« Ma nouvelle gestation se fait coma et rend le temps ambigu. Ejecté, expulsé de la matrice chaude et fracassée de ma voiture, j’évolue plusieurs semaines dans un monde étrange, foetus cassé et fiévreux, accouché mais toujours nourri par le cordon ombilical d’une poche suspendue. Etendu, pas encore re-né dans le berceau blanc d’un lit d’hôpital.

Je m’abandonne à des heures parturientes qui ne s’écoulent pas en larmes de joie.

Mais contrairement au sommeil utérin classique, le mien est déjà peuplé d’histoires… »

Le manuscrit, plusieurs fois travaillé, a longtemps noté PAUL DEL. Ce psudonyme dénonçait mes mutilations visibles et secrètes. Lui, ce double tourmenté, a voulu l’écriture réparatrice. Or, le livre finalisé, je le signerai JEAN-PAUL DELLER. Oui, cette substitution laborieuse m’a permis sa traversées pour atteindre une nouvelle complétude.

Ecrivons. Ecrivons pour aimer.

« J’ai réappris à me voir debout. A sculpter

Je suis revenu

Ce bonheur, je veux le partager avec vous.

Comme moi, vous êtes funambules des labyrinthes. Si vous tombez, toujours quelqu’un sera là pour vous réapprendre à danser sur le fil de la vie. »

    • Manifeste oblique – ne danser que l’inconnu, poèmes

Michel Cassir

L’Harmattan, Levée d’ancre, 2018, 100 pages

… est-ce poésie ou du moins ce qui nous enchante

lorsque tombe l’ombre étrange sur nos épaules

 

recueillons pépites en flammes ce soir à Santiago du Chili

qui a cédé ses mines aux broyeurs d’aube

tambour subtil à la diable cheveu à pointe de fourche

rénover l’air main de l’air au fruit des entrailles

L’auteur revendique cette danse charnelle et soeur de l’invisible qu’est l’arbre de vie dans son ampleur. 
Ce texte n’est une injonction ni contre la raideur ni contre la droiture, il va dans le sens de la courbure de l’arc imprévisible mais souhaitée déjà dans le subconscient. De l’éblouissement à la cible et vice-versa.

 

Michel Cassir impose de recueil en recueil une poésie incontournable, non seulement au regard de la poésie francophone mais aussi de la poésie tout court. De ses origines égyptiennes et libanaises, auxquelles se conjuguent ses appartenances française et mexicaine, l’auteur tire un substance essentielle qui rend sa conscience planétaire.

    • Manuel pour dire au revoir, petits textes en prose

Gwenola Breton

Dessins de Thibault Pétrissans

Bleu d’encre, 2017, 111 pages

« Echassier

Etre en robe, c’est un peu comme être en bois ou en joie non? Une fois sur deux c’est râpé! A y regarder de plus près, un rien nous rendrait léger; Pas de maître en la matière, dequoi sommes-nous fait? Un peu d’eau sous les baisers que la nature nous fait Semble garder la mémoire des vallons par lesquels elle est passée. Elle chante pour les Tristes et les damnés les traîtres et les Echassiers. C’est une visiteuse elle ne cesse d’aller. Monter monter sur une échelle pour rompre le sort et les digues et le secret des grandes marées. De quoi sommes-nous fait un peu de fil pour s’accrocher aux branches un pue d’herbe sur les mollets Rester alerte de tout côté. Un rien nous rendrait léger. »

Extrait

    • Le Nouveau Messie, roman

François Harray

Traverse, collection Lentement/Couleur livres, 2017, 124 p.

Editions Traverse, 86/14, avenue Paul Deschanel à 1030 Bruxelles, Belgique.

www.traverse.be

Editions Couleur livres, 4, rue André Masquelier à 7000 Mons, Belgique.

www.couleurlivres.be

Gabriel est un tamponné de la vie incapable de dire non… Son besoin d’amour est insatiable! Une prophétie délirante va faire de lui… le Nouveau Messie.

Ce handicap va le confronter à des situations incongrues pouvant déraper jusqu’aux plus extrêmes compromissions. Là où les frontières de la morale s’estompent jusqu’à la fange.

Jusqu’où va-t-il accepter de s’écraser? Va-t-il pouvoir conjurer cette prophétie dont il est victime?

    • Passagers, poèmes illustrés

Ludovic Flamant

Images de Jeroen Hollander

Esperluète éditions, 2018

Un voyage en métro. Des passagers, absorbés dans leurs pensées ou leurs discussions. Ludovic Flamant observe ceux qui l’entourent et s’amuse à imaginer leur vie: d’où viennent-ils? Où vont-ils? A quoi pensent-ils? L’auteur est fasciné par la diversité des gens que l’on croise quelques instants. Toujours pudique et délicat, le narrateur esquisse les portraits et laisse à chaque passager suffisamment de mystère pour que le lecteur puisse rêver. Les planches de Jeroen Hollander viennent ponctuer ces portraits. Plans de métro, lignes urbaines qui s’entremêlent, se croisent, s’arrêtent. Ses images font penser aux chemins de vie qui se croisent, tentative de géographie des trajectoires humaines.

Ludovic Flamant dédie ce livre aux victimes de l’attentat du 22 mars 2016 à Maelbeek.

    • Sans ajouter une ride, poésie

Claude Wind

L’Harmattan, Poètes des cinq continents, 2018, 101 pages

Ecrits au fil des jours avec le mystère pour ligne de vie, ces poèmes suivent le cours de ce qui, depuis l’aube des hommes et des choses, se répète dans une infinie variété de formes, d’aspects, de visages, d’horizons. Le poème voudrait recueillir la part de lumière et d’ombre qui nous est laisée à voir et à entendre de ce jeu sans cesse changeant du Même. 

Claude Wind vit en Alsace où il écrit des poèmes, des texte à dire et à chanter depuis les années soixante-dix du siècle dernier.

    • Sans équipage, poésie

Claude Raucy

Dessins de Jean Morette

Bleu d’encre, 2017, 52 pages

 

  • Sans (re)père, poésie

 

Aurélie Coquelet

Chloé des Lys, 2017, 23 pages

 

  • Sérénade à la vie, poésie

 

Bernadette Gérard-Vroman

Chloé des Lys, 2018, 55 pages

Un regard sur cette terre, sphère à deux inconnues: la vie et la mort.

La vie, un chemin sur lequel Bernadette Gérard-Vroman avance, en écrivant, à la découverte de soi, à la découverte des autres, lors de ses rencontres, partages, moments qu’elle privilégie.

La mort et ses questions inexorables et l’amour, incontournable.

Ce qui la caractérise est sa sensibilité et la force dans les mots que revêt sa plume, qui, comme l’amour et la paix, vers lesquels ils tendent, sont les symboles de l’edelweiss, qui la représente.

Une poésie qui se libère de plus en plus des contraintes, comme un envol entre terre et ciel, comme un écho à la Terre.

 

  • Trémor, poésie

 

Athane Adrahane

Préface de Marcel Moreau

 

  • Une eau faite chair, poésie

 

Monique Thomassettie

Monéveil, collection Passage, 2018, 67 pages

 

  • Les voluptés de l’ailleurs, prose et poésie

 

Félix Labetoule

  1. Gaillard, 2018, 187 p.

Que serait la vie sans la possibilité de vivre également dans l’ailleurs, qu’il soit géographique, artistique, littéraire, philosophique ? En prose poétique dans la plupart des textes, l’auteur nous invite à des escapades entre émotion et raison.

Plus de vingt personnes ont également proposé leur histoire de l’ailleurs à l’imaginaire de l’auteur, multipliant ainsi les occasions de partage avec la lectrice ou le lecteur.

Les revues suivantes :

 

  • Art et Poésie de Touraine 232 et 233 – printemps et été 2018

 

Nicole Lartigue

10, rue du Clos Prenier à 37540 Saint-Cyr-sur-Loire, France

www.artetpoesiedetouraine.com

 

  • Le bibliothécaire 1 et 2-2018, janvier à juin 2018

 

Association des Bibliothécaires belges d’expression française

Michel Dagneau

rue de Bruxelles, 87 à 1470 Genappe, Belgique

dagneau.michel@live.be

 

  • Bleu d’encre 39, été 2018

 

Claude Donnay

rue Alexandre Daoust, 46, à 5500 Dinant, Belgique

claude.donnay58@gmail.com

 

  • Comme en poésie 74, juin 2018

 

Jean-Pierre Lesieur

730, avenue Brémontier à 40150 Hossegor, France

j.lesieur@orange.fr

http://pagesperso-orange.fr/jean-pierre.lesieur

 

  • Debout les mots 70, juillet à septembre 2018

 

La maison du livre

28, rue de Rome à 1060 Bruxelles, Belgique

www.lamaisondulivre.be

info@lamaisondulivre.be

 

  • Eclats de rêves 63, 1er semestre 2018

 

revue littéraire semestrielle

Martine Oulès

14, rue de la Glacière à 81600 Gaillac

 

  • Le Gletton 504 à 506, avril à juin 2018

 

Mensuel de la Gaume et d’autres collines

Joseph Collignon

28, rue Saint-Martin à 6740 Villers-sur-Semois

secretariat.gletton@gmail.com

www.legletton.be

 

  • La lettre des académies

 

Palais des Académies, 1, rue Ducale à 1000 Bruxelles, Belgique

 

  • Le non-dit 120, juillet 2018

 

Michel Joiret

Avenue Emile Van Becelaere, 24b, bte4 à 1170 Bruxelles, Belgique

m.joiret31@gmail.com

 

  • Nos lettres 26, juin 2018

 

Association des Ecrivains Belges de langue française

Anne-Michèle Hamesse

Chaussée de Wavre, 150 à 1050 Bruxelles, Belgique

a.e.b@skynet.be

www.ecrivainsbelges.be

 

  • Plumes et pinceaux 141, juin 2018

 

Nelly Hostelaert

rue du Temple, 39 à 7331 Baudour, Belgique

franz.nelly@yahoo.fr

 

  • Portique 111, juillet à septembre 2018

 

Chris Bernard

Mairie, 8, place de la Mairie à 84110 Puyméras, France

http://portique.jmdo.com

cris.ber@laposte.net

 

  • Reflets Wallonie-Bruxelles 56, avril à juin 2018

 

Joseph Bodson

109, rue de la Mutualité à 1180 Bruxelles, Belgique

joseph.bodson@skynet.be

www.areaw.org

 

  • Septentrion 2-2018

 

Arts, lettres et culture de Flandre et des Pays-Bas

Luc Devoldere

Murissonstraat, 260 à 8930 Rekkem, Belgique

www.onserfdeel.be

www.onserfdeel.nl

www.septentrionblog.onserfdeel.be

 

  • Soleils & cendre 124, juin 2018

 

Isabelle Ducastaing

1bis, impasse Anatole France à 84500 Bollène, France

www.soleils-et-cendre.org

solicend@orange.fr

 

Service de presse n°47

img_0632

Traversées a reçu :

Les recueils suivants :

* A côté du sentier, nouvelles

M.E.O., 2015, 140 pages

Daniel Simon, né en 1952 à Charleroi, a fait de la mise en scène et de la production théâtrales pendant une vingtaine d’années, collaborant notamment à plusieurs projets au Portugal et en Afrique, où il anime des ateliers d’écriture.

Il a publié des poèmes, des textes brefs, des textes dramatiques, des nouvelles, des essais, des articles.

A côté du sentier rassemble des nouvelles autour de notre désir de retrouver des murs nus dans la maison du temps où nous passons. Notre époque se dit livre en marchant scrupuleusement à côté du sentier…

L’étau se resserre. Les illusions d’une génération se sont usées, des prévisions bancales les ont remplacées. La beauté du monde est toujours là, nous la cherchons obstinément dans le lointain.

* Le chat de Prague, récits

Claude Martin

Traverse, 2014, 140 pages

Agnès est au coeur de récits relatant son enfance et sa vie jusqu’à l’âge qui vient.

Tel le Chat de Prague, Agnès saisit l’essence des gens qui l’entourent comme s’ils étaient colorés et uniques. Souvenirs perçants, saisissants, réalistes. Claude Martin nous offre un regard vir, une langue souple, un amour inconditionnel de notre humanité.

Claude Martin a passé son enfance à la campagne. Venue à l’âge de quinze ans à Bruxelles, elle devient institutrice, puis directrice dans une école de pédagogie ouverte et progressiste (Saint-Dominique, Schaerbeek). Elle présente son premier prix en « Arts de la Parole », en 1972, au Conservatoire de Bruxelles. Aujourd’hui, elle accompagne de jeunes élèves dans le cadre du suivi après-scolaire. Elle participe à l’Atelier d’écriture de Traverse asbl depuis sept ans. Le Chat de Prague est son premier livre.

* Le ciel est bleu, ma mère est belle

Jeanne Champel-Grenier

France-Libris, 2016, 130 pages

* Ciels d’enfance

Louis Goffin

L’Harmattan, 2016, 269 pages

Ciels assombris par la guerre, ciels nuageux de la vie familiale, ciels rougeoyants des lueurs de l’aciérie, ciels grisâtres des localités industrielles et tous les ciels bleu-rêve d’un enfant choyé. Autant d’atmosphères qui baignent les images du passé, en résonance avec le destin du narrateur.

C’est une exploration lucide de la mémoire vivante: elle se réapproprie et recompose des souvenirs directs et indirects d’une enfance d’autrefois, enracinée dans une région de sidérurgie et marquée par la guerre 1940-1945.

Au-delà d’une trajectoire individuelle, le livre évoque une société en mutation économique, sociale, culturelle. Elle est aux prises avec les événements mondiaux qui ont bouleversé l’Histoire au cours de la première moitié du vingtième siècle.

Romaniste et sociologue, professeur d’université retraité, Louis Goffin a enseigné des matières relatives à l’environnement en Belgique et au Sénégal. Il s’est aussi intéressé au monde des sidérurgistes de la Lorraine belge, à leur mentalité, ainsi qu’à l’histoire de cette région où il est né et a toujours vécu.

* Forêt rêve de lumière

Didier Ober

Encres vives, collection Encres Blanches, 2014, 20 pages A4

Michel Cosem, 2, Allée des Allobroges à F-31770 Colomiers

Une longue marche contemplative en forêt plonge dans un rêve éveillé. Forêt douce et enveloppante telle une fourrure végétale. La forêt est un rêve de lumière, d’où son rayonnement, comme si la lumière émanait de la végétation – même la nuit, sous l’étrange clarté lunaire. Cette lumière se fait intérieure – Conscience lumineuse – intérieure comme le rêve. Rêve éveillé… Entre rêve et réalité… Réalité surnaturelle… La forêt rêve aussi…

* Là-bas

Bernard Schürch

Rafael de Surtis, 2015, 52 pages

* N’oublions jamais les caresses

Evelyne Wilwerth

roman

M.E.O., 2017, 110 pages.

Que va-t-il se passer sur cette place en demi-cercle dont la circulation s’affole? Sous un ciel qui brutalement s’assombrit? Vent de folie cosmique? Un danger pointe, enfle et vise l’un des personnages.

Mais lequel et pourquoi? Lausanne et Canberra, les amants sublimes? L’enfant Nadim? Athanase le bedonnant? L’étranger Frisée? L’artiste Apolline?

Puis ce mystérieux ON, dont le regard voyeur se braque tour à tour sur les protagonistes… Que cache-t-il? Qui cache-t-il? Vision d’une humanité en déliquescence? Ou en renaissance?

Un vertige, une incandescence, brassant érotisme, suspense et infinie tendresse.

Evelyne Wilwerth est une écrivaine du corps et de la sensorialité. Elle adore jongler avec les genres littéraires: la nouvelle, le roman, l’essai, la biographie. Elle est également sur le terrain avec ses ateliers d’écriture ludiques et fouettants.

* L’ombre du reflet

François Iulini

Chloé des Lys, 2016, 68 pages

A l’image de la lance prodigieuse d’Achille qui sauva le jeune roi de Mysie qu’elle avait auparavant blessé: Amoris vulnus sanat idem, qui facit (Publieus Syrus: En amour, qui fait la blessure la guérit).

Ne désirant pas être moins généreux qu’Achille ou moins reconnaissant que le fils d’Hercule, je remercie la vie de chacune de ses blessures et ses bienfaits, par ces quelques poèmes.

* Pensées nocturnes – Night Thoughts – ouvrage bilingue

David Gascoyne

Black Herald Press

poème radiophonique traduit de l’anglais par Michèle Duclos

Préface de Roger Scott Après la parution en français de La vie de l’homme est cette viande de David Gascoyne, dont on fête cette année le centenaire de la naissance, Black Herald Press propose une édition bilingue de son poème radiophonique, Pensées nocturnes, diffusé en 1955 par le Third Programme de la BBC. Au sommaire : le poème en trois

volets (« Les Veilleurs de Nuit », « Carnaval Mégalométropolitain », « Rencontre avec le Silence »), « Le Poète et la Ville » (1981), essai de Gascoyne inédit en français, et une postface de Roger Scott – ami, archiviste, éditeur du poète et spécialiste de son œuvre ; le tout dans une traduction de Michèle Duclos.

« Ce cri d’angoisse mortelle montant de l’âme en sa nuit obscure

Arrive jusqu’à vous maintenant : Écoutez-le. Je m’interroge :

Étant Dieu, l’entendant, lui refuseriez-vous toute audience,

L’ignoreriez-vous et détourneriez-vous l’oreille ?

Vous avez entendu un cri, mais les cris sont myriade. »

Diffusé en 1955 par le Third Programme de la BBC et publié en 1956 en Grande-Bretagne, Pensées nocturnes, poème radiophonique pour plusieurs voix de David Gascoyne (1916-2001), se présente comme une déambulation en trois volets dans une ville nocturne – en l’occurrence, Londres – qui revêt des formes multiples : cité réelle, rêvée et assoupie, puis fantasmagorique et hallucinatoire, enfer souterrain et ultra-mécanisé, enfin silencieuse et apaisée, rendue à la Nature, à l’espoir et à la renaissance. Partant du thème de la Cité primitive et mythique devenue « Mégalométropolis », le poète dépeint tant « le vide éthique qui est au cœur de notre monde » que la figure du Solitaire perdu dans la multitude, tantôt « privé d’âme et d’individualité », tantôt luttant pour préserver son humanité. À travers cette exploration tour à tour tragique, satirique et existentielle de la Ville, le poète entend aborder « la nuit spirituelle » inextricablement liée à la civilisation moderne et souligner sa quête incessante de lumière, seule capable « d’écarter l’obscurité du Vide », pour citer Roger Scott, et de nous permettre d’accéder à une « solitude partagée ». En complément, deux textes, l’un de David Gascoyne, « Le Poète et la Ville », l’autre de Roger Scott, en postface, retracent la genèse de ce triptyque poétique et ses influences, parmi lesquelles les « Villes » de Rimbaud, le Paradis perdu de Milton, l’Enfer de Dante, ou encore La Terre vaine de T. S. Eliot.

David Gascoyne, l’un des grands poètes britanniques du xxe siècle, est l’auteur de plusieurs recueils – dont Roman Balcony, paru alors qu’il n’a que 16 ans, La vie de l’homme est cette viande, La Folie de Hölderlin et Poems, 1937-42. Dès 1933, lors de ses séjours en France, il fréquente de nombreux artistes et écrivains (Breton, Dalí, Ernst, Éluard…) avant de lier amitié avec Benjamin Fondane et Pierre Jean Jouve. D’abord influencé par le surréalisme (on lui doit le premier ouvrage en anglais consacré à ce mouvement et la

traduction des Champs magnétiques de Breton et Soupault), Gascoyne s’en détachera pour se consacrer à une poésie humaniste et spirituelle. Son œuvre, d’une originalité saisissante et visionnaire, est marquée par une profonde angoisse existentielle, empreinte d’un mysticisme prophétique et tourmenté.

* Poèmes insolites

Véronique Guyotot-Lanz alias EOA

Chloé des Lys, 2016, 66 pages

EOA est une artiste plasticienne poético singulière agrippée au mont chauve qui aimerait ressembler à la sainte-vierge. Elle invente des historiettes de coeur et de corps calleux qu’elle met en scène dans ses « petites cristallisations ». Bref, elle cristallise et poétise. http://www.e-o-a.me

 » Amusant, sautillant, vivant, espiègle un peu, tout simple, mais avec quelque chose parfois d’un peu plus tendu dans le fond « .

Editions Alidades E. Malherbet

 » Votre écriture, votre façon de vous exprimer, tantôt amusante, voire espiègle, tantôt sérieuse, pétille d’originalité. EOA, vous êtes un électron livre, restez-le! C’est de la différence que jaillissent les plus beaux chefs-d’oeuvre « .

An Mazer Poésies, Annie Avril

 » C’est sautillant et gai. Quelle légèreté et quelle joyeuseté! Simplicité et fraîcheur. C’est décousu et charmant « .

Chloé des Lys

* Ressentiments distingués

Christophe Carlier

Phébus, 2017, 174 pages

Sur l’île, le facteur ne distribue plus de lettres d’amour. Mais des missives anonymes et malveillantes qui salissent les boîtes aux lettres.

Un corbeau avive les susceptibilités, fait grincer les armoires où l’on cache les secrets. Serait-ce Tommy, le benêt? Irène, la solitaire? Ou bien Adèle qui doûte tant les querelles? Ou encore Emilie, Marie-Lucie ou Félicien? Bien vite, les soupçons alimentent toutes les conversations. Et l’inquiétude s’accroit. Jusqu’où ira cet oiseau maléfique?

Avec L’Assassin à la pomme verte, Christophe Carlier avait séduit les amateurs de polars sophistiqués. Il nous offre ici une réjouissante histoire de rancoeurs, pleine de sel et vent.

* Retour aux muses!

Simon Baert

Chloé des Lys, 2016, 63 pages

Retour aux muses! Est une immersion poétique aux sources de l’inspiration, à l’essence même de ce qui pousse chacun à écrire.

L’auteur nous y conte ses muses, aux formes les plus diverses, sous les traits de femmes tour à tour divinatrices, sujets de fantasmes, amantes et faiblesses. Qu’elles soient mutines, coquines ou étouffantes, elles n’en restent pas moins indispensables.

Simon Baert est né le 12 septembre 1985 à La Garenne-Colombes.

Il est dessinateur de presse, poète, parolier, rédacteur, réalisateur de supports de communication, chroniqueur littéraire et de bande dessinée.

* La route des cendres, roman

Claude Donnay

M.E.O., 2019, 179 pages

Un matin de pluie, David ferme la porte de son pavillon de banlieue et, au lieu de prendre le RER vers le dépôt pharmaceutique où il travaille, se met en route, son sac bouclé sur le dos.

Quel lourd passé fuit-il, le regard rivé sur l’horizon? Pourquoi lui faut-il marcher vers le Nord, avec le vent et les mots de Kerouac dans la tête, et puis surtout ces images brûlantes de Serena pour lui mordre le ventre?…

Un peu de temps, juste un peu de temps, est-ce trop demander avant que la meute se lance sur sa piste?…

Claude Donnay est né à Ciney en 1958, l’année de l’Exposition universelle, mais il émigre vite à Dinant, dans la vallée mosane, avant de gagner à nouveau la captiale condruzienne où il enseigne.

En 1988, il fonde la revue Bleu d’Encre, qui paraît deux fois l’an aux solstices et, en 2010, Bleu d’Encre Editions pour faire connaître les poètes qu’il aime.

A ce jour, il a publié 17 recueils de poèmes et participé à plusieurs anthologies.

Il écrit aussi des nouvelles.

La route des cendres est son premier roman.

* Traverses

Cherche midi, 2017, 88 pages

La maison de douane désaffectée, où séjourne Jean-Claude Pirotte, est un lieu enchanté. En contrepoint de la magie du paysage, un désespoir s’insinue peu à peu dans les pages de ces Carnets tenus de juin 2010 à juin 2011. L’observation d’un pays aimé – la France -, avili par un certain Nicolas Sarkosy, mine l’écrivain. Alors que pour beaucoup le sarkozysme n’est qu’un épisode social et politique parmi d’autres, Jean-Claude Pirotte, jour après jour, l’associe à une perte irréversible de la dignité, qui prépare le terrain aux pires lendemains. La lecture de Déposition, journal écrit par léon Werth entre 1940 et 1944, lui inspire de troublants parallèles.

Visions graves ou notes plus légères, Traverses est un diamant noir, étincelant au travers des fêlures d’un monde de moins en moins respirable.

Jean-Claude Pirotte (1939-2014), peintre et écrivain, a reçu le prix Goncourt de la poésie et le Grand Prix de poésie de l’Académie française.

* Un jour, nous parlerons la même langue – Construire en visage, une identité, une vie

Esma Kemik

Couleur Livres, rue André Masquelier, 4 à B-7000 Mons

2016, 156 pages presse@couleurlivres.be http://www.couleurlivres.be

C’est l’histoire d’une jeune femme atteinte d’un syndrome rare, le syndrome de Treacher Collins. Esma est née avec une malformation du visage. Son combat est de mettre fin à une guerre de tous les instants et de dire : “Oui, j’ai gagné”. Mais Esma est face à un combat dur, lourd et long. Elle tient son visage en main comme un poids, mais aussi comme une puissance. D’abord, les opérations et les douleurs, les peurs et le stress, puis le retour dans les chocs de la vie et toujours se relever. Elle s’est toujours sentie comme une personne étrangère. Esma Kemik a écrit durant cinq ans le long cheminement de son accès à la vie.

* La zone, un itinéraire en errance

Bernard Schürch

Rafael de Surtis, 7, rue Saint-Michel à F-81170 Cordes sur ciel, 2016, 51 pages

Les revues suivantes :

* A l’index – espace d’écrits –, n°31, septembre 2016

Jean-Claude TARDIF

11, rue de Stade

76133 Epouville revue.alindex@free.fr http://lelivreadire.blogspot.com

Dossier: Arpo – Tarn en poésie 2016

Poète invité: Jean-Louis Giovannoni

Jean-Lucien Aguié, Georges Cathalo, Lucien Enderli, Carmen Fuentes, Emmanuel Laugier, Bernard Noël, James Sacré, Jean-Claude Tardiff…

* Arpo, n°83, automne 2016

bulletin de liaison de l’association. Centre culturel JB Calvignac, 24, avenue Bouloc Torcatis à F-81400 Carmaux. http://www.arpo-poesie.org contact@arpo-poesie.org

* Art et poésie de Touraine, n°226, automne 2016 et 227, hiver 2016, 38 pages A4

revue trimestrielle

10, rue du Clos Prenier à F-37540 Saint-Cyr-sur-Loire

prix de la presse poétique 2007 de l’UPF

prix de la presse poétique 2008 de la SPF

Association fondée en 1955 nicole.lartigue@bbox.fr

(Nicole LARTIGUE)

* Bleu d’Encre, n°36, hiver 2016

clos des tanneurs, 2/33 à B-5590 Ciney c_donnay@live.be.

(Claude DONNAY)

Dossier Béatrice Bonhomme

* Le carnet et les instants n°193, janvier à mars 2017, 50 pages

Lettres belges de langue française, bimestriel

Bd Léopold II, 44 à B-1080 Bruxelles http://le-carnet-et-les-instants.net carnet.instants@cfwb.be

(Laurent MOOSEN)

* Le Coin de table, n°67-68, décembre 2016

Société des Poètes Français

16, rue Monsieur le Prince à F-75006 Paris ; lamaisondepoesie@gmail.com

(Sylvestre CLANCIER)

Hommage à Jacques Charpentreau

Sylvestre Clancier: La Maison de Poésie

Jean-Luc Moreau: Jalons

Hommage des revues

Témoignages:

* Marie Botturi: Jacques Charpentreau, le chant et l’amour

* Jeannine Burny: Charpentreau Jacques et Carême Maurice

* Jean Hautepierre: Ma rencontre avec Jacques Charpentreau

* Vital Heurtebize: Jacques Charpentreau, maître d’école et poète

* Mathilde Martineau: Portrait d’un poète en directeur de revue

* Jean-Pierre Rousseau: A l’ombre d’un grand homme

* Robert Vigneau: Un si profond silence

Jacques Charpentreau: Florilège

* Comme en poésie n°68, décembre 2016

Revue trimestrielle de poésie

2149, avenue du Tour du lac à F-40150 HOSSEGOR

0033558435422 / 0033670585607 j.lesieur@orange.fr http://perso.orange.fr/jean-pierre.lesieur

(Jean-Pierre LESIEUR)

* Eclats de rêves, n°60, 2ème semestre 2016

Le temps de rêver

14, rue de la Glacière à F-81600 Gaillac

20 pages A4

00335 63 57 58 79

(Martine OULES)

* L’écritoire de Bousserez, n°94, septembre 2016 np, A4

L’écritoire de Bousserez rassemble des personnes aimant écrire, échanger des idées, jouer avec les mots…

91, rue de Bousserez à B-6769 Sommethonne irene.jacques@live.be

(Irène JACQUES)

* Handshake, n°94, 2016

5 Cross Farm, Station Road North Fearnhead,

Warrington, Cheshire, WA2 0QG, England

(John F. HAINES)

* Inédit nouveau, n°281, octobre à décembre 2016 et 282, janvier à mars 2017

32 pages A4 ;

avenue du Chant d’Oiseaux, 11 à B-1310 La Hulpe

0032 2 652 11 90

(Paul VAN MELLE)

* Portique n°105, janvier à mars 2017, 52 pages

revue de création poétique, littéraire et artistique de l’Union des Poètes francophones

Mairie à F-84110 Puyméras http://portique.jimdo.com http://poesievivante.canalblog.com

(Chris BERNARD)

* Rose des temps, n°26, septembre à décembre 2016

Revue de l’association Parole & Poésie ; prix de la presse poétique 2012 de la Société des Poètes Français

12, rue Théophraste-Renaudot à F-75015 Paris

00331 73 74 58 40 parole.et.poesie@gmail.com

(Patrick PICORNOT)

* Spered Gouez, L’esprit sauvage ; n°22

Centre culturel Breton Egin Ti ar Vro,

6, place des Droits de l’homme à F-29270 Carbaix-Plouguer

sous la direction de Marie-Josée Christien

(Michel HELLEQUIN)

25ème anniversaire

Eloge de la frontière

Kush et le Cloud House de San Francisco

Michel Baglin, poète du chant des hommes et du réel