Cathy Garcia Canalès, Aujourd’hui est habitable, poésie, Cardère éditeur, 36 pages, 2018, 12€

Une chronique de Lieven Callant

Cathy Garcia Canalès, Aujourd’hui est habitable, poésie, Cardère éditeur, 36 pages, 2018, 12€

« Aujourd’hui est habitable » affirme le titre de ce recueil de poésies. Reste à savoir par qui et comment? 

Pour le savoir, il faut peut-être se rendre au jardin. En ce jardin intérieur aussi. Apprivoiser son regard, être capable de distinguer sans juger, sans abattre, sans disqualifier. Utiliser le silence pour lancer ses messages, attendre, comprendre. Redouter et douter encore. Se mettre à la place de l’arbre, de l’autre. Suivre les racines au-delà des tourbes noires, des terres bouillies par la pluie. Contourner les dires « D’austères marionnettes (qui) attendent à la porte avec leur couteau à moelle »

Se délester, se désengluer, s’estomper en commençant par les angles. L’être humain est plein de contradictions. Il n’est pas facile de savoir ce qui se cache sous les mots qu’il nous donne ou nous lance telles des graines qui devraient nous nourrir. Tellement de phrases finalement blessent, ne sont pas à leur place. Tellement de lucioles se font passer pour des étoiles.

J’ai le sentiment que c’est contre cela que s’élève la poésie de Cathy Garcia Canalès. Elle témoigne d’un travail personnel complexe. En quelques pages, elle invente son langage avec ses références propres, ses significations spécifiques, ses jeux de contrastes ou ses potions de mots presque semblables. C’est finalement entre les lignes, au détour d’un assemblage de mots que l’on découvre l’humain, le végétal, la vie suintant autour du minéral. Les astres, les mots, la vie se cache dans le jardin de Cathy Garcia Canalès. Le jardin du poème, le jardin de l’écriture. 

« nos mains dépliées

les dés d’argile roulent

comme des perles »

Habiter la poésie ce n’est pas qu’habiter une prison obscure, ce n’est pas chercher d’une manière sournoise sans jamais oser se l’avouer qu’on ne désire que la gloire. Obtenir le pouvoir sur les mots. Nous forcer à les boire. 

« tandis que s’envole la chimère

libre et merveilleuse

nous secouerons la pesanteur

pour fuir l’étreinte des goudrons

roulerons sous les horizons

tranchants comme des rasoirs

à la gorge du ciel »

Le travail poétique de Cathy Garcia Canalès explore l’aujourd’hui. La brièveté omniprésente. Explore les chemins jonchés de ronces, de racines, de sources entravées, de saisons qui se mélangent. L’auteur avance sans machette, sans s’empêcher de regarder, de comprendre que son amour est un combat et que rien n’est gagné d’avance.

« bientôt nous irons nous aimer

la tête ourlée de pluie »

La poésie de Cathy Garcia Canalès au même titre que deux des images qui accompagnent les textes ne montre pas uniquement ce qu’elle donne à voir ou décrit avec une précision tranchante. Elle canalise des zones de flou, de brumes et devient en certains points abstraite, inimaginable. 

Cette semi-abstraction devient habitable il faut juste franchir une clôture, nos frontières. 

« la rumeur fauve du soir

perce la gangue du monde »

« dans la cuve des constellations

un dangereux morceau d’immensité

oeuvre et s’enroule »

Toutes les clés de cet endroit habitable ne nous sont pas offertes car les serrures changent d’un individu à un autre mais aussi parce qu’il nous faut apprendre que ces clés n’ont pas à tomber dans les mains de n’importe qui. Cet espace habitable se préserve. Se cache là où on ne le soupçonne pas. 

Quelque chose de ce livre et sans doute l’essentiel s’échappe toujours. Est au delà de ce chemin défriché. Quelque chose nous pousse à nous demander: « Vais-je bien? »

Lieven Callant

Service de presse n°50

fullsizeoutput_11d.jpeg

Traversées a reçu :

Les recueils suivants :

    • A la fin de ces longues années, poèmes

Joël Godart

Chloé des Lys, 2016, 96 pages


    • Les ailes du temps, poèmes

Thierry Thirionet

Chloé des Lys, 2016, np


    • L’amour au pouce – La bague au doigt, plaquette d’écriture que le geste ne rend pas à la parole

Patrick Benoit

Chloé des Lys, 2016, 38 pages


    • Avec les orties du temps, poèmes

Louis Bertholom

Editions Sauvages, collection Askell, 2016, 160 pages

Avec un regard en profondeur sur le monde, Louis Bertholom explore le passage du temps en interrogeant les éléments et l’espace. Une ode à la nature mais aussi une volonté de laisser s’écouler mélancoliquement la vie avec ses regrets et ses mystères. Les cruelles réalités se mêlent aux petits bonheurs. Dans la tranquillité retrouvée, de Montréal à Tanger, l’auteur capte l’indicible douceur d’un soir, cueille les fleurs de la mémoire, en se plongeant dans quelques réminiscences. La parole s’apaise avec l’âge, il se souvient et préfère s’écarter discrètement des névroses sociétales. Le temps se rétrécit quand la maturité semble poindre comme la lumière paille de seigle d’une nouvelle aube.


    • Ces choses se suffisant… (déjà à elles-mêmes), poèmes

Raymond Calmettes

Clapas, collection Franche Lippée n°416, 8 pages


    • Les chants de Jane, poèmes

Claude Miseur

Revue du Grenier Jane Tony n°12; Bimestriel novembre/décembre 2017


    • La crypte, poèmes traduits du grec par Marie-Cécile Fauvin, avec des vignettes de Alexis Akrithakis

Epaminondas Gonatas

Erès, 2018, np

Inlassable observateur du concret, Epaminondas Gonatas cherche la réalité cachée derrière les apparences. Voilà que les choses familières que nous croyions inertes s’animent et se mettent à rayonner d’un éclat surnaturel, parfois inquiétant. Des fleurs mordent, des chaussettes protestent, une poire s’échappe et se révolte. Avec une forme d’humour particulier, Gonatas révèle l’insaisissable mystère du monde. Dans sa Crypte, chaque texte a la concision et l’attrait singulier d’une énigme.

Epaminondas Gonatas (1924-2006) exerçait la profession d’avocat. Il a vécu la plus grande partie de sa vie dans une vieille demeure néoclassique de la banlieue d’Athènes, entourée d’un vaste jardin, au milieu des livres et de toutes sortes d’objets insolites et hétéroclites en bonne intelligence avec les plantes et tout un petit peuple d’animaux.


    • Dispersion, nouvelles

Carino Bucciarelli

Editions Encre Rouge, 2018, 178 pages

« Je peux le jurer, ma main et même toute une partie de mon avant-bras se sont liquéfiées un bref instant sous mes yeux. »

Ainsi commence la première histoire de ce livre. Et, dès lors, l’auteur va nous entraîner dans un labyrinthe où passeront tour à tour un oiseau inquiétant, un meuble qui s’humanise, des êtres fous sortis de mondes imaginaires et des hommes ou des femmes comme vous pris dans les délires de leur vie quotidienne.

Car que faut-il craindre le plus, les déraisons qui envahissent ces pages ou notre ordinaire? Vous ne pourrez manquer de vous poser la question. Et ainsi, Vous serez hanté par la conviction d’être vous aussi un personnage de ce livre.

Carino Bucciarelli, que l’on connaît déjà pour ses romans, parus aux éditions de l’Age d’Homme et Luce Wilquin marqués par le souffle de l’insolite, nous donne ici son livre le plus étrange.


    • Europoésie année 2016, anthologie (au profit de l’Unicef)

sur le thème de l’enfance et thème libre

20117, 164 pages


    • Europoésie année 2016, anthologie (au profit de l’Unicef)

Enfants et Jeunes poètes francophones

2017, 60 pages


    • Hyle ou En tant que tel, poèmes

Denis Schillinger

Chloé des Lys, 2016, 194 pages


    • Hymne mortel, poèmes

Thomas J. Chouters

Chloé des Lys, 2017, 57 pages


    • Itinéraire d’un voyou, roman

Ghislain Cotton

Murmure des soirs, 2017, 265 pages


    • Lettre au Grand Saint – Lettre à Saint-Nicolas à propos du Père Fouettard et autres avatars

Daniel Simon

Couleur livres, 2017, 57 pages

Le duo gagnant Saint-Nicolas-Père Fouettard est en péril. La Global Culture poursuit ses sacrifices hygiénistes.

On ne transmet pas en effaçant, on ne réfléchit pas en déniant, on ne vit pas sans fumier dans les poches, qui que nous soyons.

Il y a longtemps, j’ai écrit au Grand Saint et il m’a répondu! Je me suis dit que je pouvais tenter à nouveau l’expérience cinquante ans plus tard.

Voici ma lettre…


    • Mal blessée – Journal philo amoureux 2.0. d’un enfant du siècle

Olivier Terwagne

Traverse, 2017, 205 pages

Dans les manuels d’histoire, tout à l’air évident. Les faits s’enchaînent froidement comme s’ils obéissaient à un plan. On ramasse trois siècles en trois phrases. C’est effrayant: que dirons-nous de nous-mêmes? Que dira-t-on de cet « Olivier Terwagne » qui, un jour, a retrouvé le « journal de Constance » dans une maison longtemps inoccupée à Chimay, au pied du Château, et a tenté ici d’en réorganiser le chaos?

Mystérieuse Constance, trente ans, sorte de jeune Werther au féminin, fille cachée de Nietzche et d’Amy Winehouse, qui s’interroge sur le fait d’être chimacienne, couvinoise, belge, européenne ou actrice, philosophe ou « tout ça » comme disent les jeunes, et qui se questionne sur ses choix de vie et sa relation avec Kiriakos, un guide de voyage grec.

Deux destins et deux boussoles d’orientation dans ce journal de « pop poésie philosophique » entre le Balgique et la Grèce: la pensée grecque et le romantisme. Sous un autre angle, Mal blessée dévoile l’articulation entre l’histoire intime et l’Histoire avec un(e) grand(e) Hache.


    • Mouvements – Panta Rhei, poèmes

Béatrice Pailler

La Porte, 2017, np


    • Notes sur l’amour, essai

Jack Keguenne

Aesth, 2009, 120 pages


    • Or 2.0, poèmes

Emilie Decamp

illustré par Julien Adans

Chloé des Lys, 2016, 39 pages


    • Promenades poétiques dans l’oeuvre de Pierre Benoit, essai, couronné par l’Académie française

Pierre Hamel

Yvelineédition, 2009, 280 pages

les romans de Pierre Benoit se sont arrachés à plus de douze millions d’exemplaires. Si les ventes de ses recueils de poèmes furent squelettiques, la poésie ne fut pas, pour lui, qu’une amourette. Plus que la vénus alliciante, la femme qui subjugue notre épicurien mélancolique, c’est l’amazone à la passion médusante. Le père d’Antinéa nous rappelle alors que, sans amour, l’homme n’est rien. Quel est le secret de ces Poèmes qu’on ne peut enfermer dans un tiroir à styles, à l’enchanterie capiteuse, et qui battent au rythme régulier du balancier d’une vieille horloge de campagne? Pierre Benoit savoir voir et il a vu. Voyageur de l’imaginaire, il a vécu et a quitté ce monde en poète. Sa voix a sonné juste, son verbe a dit vrai. Chez lui, l’avoir jamais n’a dévoré l’être…


    • Rêver de ma Belgique, poèmes

Alfred Herman

Chloé des Lys, 2017, 80 pages


    • rien qu’une collision de mots, poèmes traduits du russe par Christine Zytounian-Beloüs, avec une gravure originale de Edith Schmid

Ivan Akhmetiev

Erès, 2018, np

« j’attends d’être sûr

de mon bon droit

 

du droit au texte »

Ivan Akhmetiev est né en 1950. Il vit à Moscou. Célèbre dans les cercles poétiques pour ses vers minimalistes, auteur de plusieurs recueils, il a d’abord été publié en samizdat et à l’étranger…


    • Ruptures en bord de rêve, roman

Michel Cornélis

Academia – L’Harmattan, 2017, 135 pages

Un homme sur un pont entre deux villes inconnues. Une femme dans une chambre d’hôpital. L’équilibre fragile de deux vies qui ne tient plus qu’à un fil. Il a voulu, jusqu’à l’obsession, atteindre les hautes sphères du pouvoir. Aujourd’hui, son monde menace de s’écrouler. Elle s’est résignée à mettre son existence en veilleuse pour permettre à celui qu’elle aime de s’épanouir. Par une nuit d’orage, la flamme de son espérance a failli s’éteindre à jamais. Alors, parfois, une rupture s’impose.


    • Soit dit en passant, poèmes

Claude Renard

Chloé des Lys, 2017, 59 pages


    • Sur la terre comme au ciel, poèmes

Eve Lerner

prix Patrice Fath 2017

Littérales, 2017, 62 pages


    • Tableaux vernonnais, poèmes

Joachim Bresson

Préface de Pierre Brunel

Narratif, 2017, 63 pages

Il arrive un moment où la technique n’apparaît plus comme un obstacle, mais comme une nécessité à l’expression. Revenant à la vivacité oubliée de notre rythmique, et à la poésie des troubadours, Joachim Bresson livre une oeuvre totalement originale. Son second recueil, enraciné dans la région de Vernon en Normandie, offre de nombreuses lectures possibles et une exploration du « territoire vivant ».


    • Le temps de l’errance, poèmes

Jean-François Foulon

Chloé des Lys, 2016, 223 pages

Les poèmes que l’on découvre ici, remplis d’émotion et de nostalgie, portent le lecteur comme une vague lente et puissante. Certains textes nous conduisent dans des îles lointaines, à la recherche d’un ailleurs aussi impossible qu’improbable, tandis que d’autres décrivent des lieux qui nous sont proches (un village, une rivière…), pour en révéler les secrets oubliés. Parfois, c’est la destinée de l’homme à travers son histoire qui est abordée, mais toujours on revient au temps personnel, celui où tout un chacun se reconnaît. On parle allors de l’enfance, de la passion amoureuse, ou du temps qui fuit. Les femmes que l’on a aimées s’en sont allées, nous laissant des souvenirs empreints de nostalgie. Mais ces souvenirs, même s’ils sont parfois un peu tristes, ont pourtant quelque chose d’apaisant, sans qu’on sache si c’est dû au regard tendre du poète ou à la musicalité incomparable de sa langue.


    • Terres Liberté, poèmes

Marguerite Charbonnier

Interventions à Haute Voix, 2017, 72 pages


    • This is the end my friend, poèmes

Lionel Blettery

Clapas, collection Franche Lippée n°417, 8 pages


    • Un écrivain hors commerce couronné par L’Académie des Jeux Floraux de Toulouse

Pierre Hamel

Le Dormeur du Val, 2012, 334 pages

L’écrivain Hors commerce, qu’il soit partisan de l’art pour l’art et donc d’une relative irresponsabilité ou qu’il soit porté à l’engagement, n’a-t-il pas, curieusement, de par sa position spécifique, un rôle particulier à jouer? Bien sûr, il n’a pas plus de crédit auprès des éditeurs qu’un chien à la boucherie. Mais, il n’appartient pas inéluctablement à la race des ratés, phrasiers, grimauds, cacographes et autres gâte-papier. Cependant, il ne doit pas tenter de se débredouiller de sa non-valeur commerciale en s’autoproclamant génial.


    • Urgences – Urgjenca, anthologie poétique bilingue

Xhevahir Spahiu

présentée et traduite de l’albanais par Alexandre Zotos

M.E.O., 2016, 161 pages

La poésie de Xhevahir Spahiu révèle un esprit frondeur, ou pour le moins questionneur, comme est celui des enfants, a fortiori des « enfants terribles ». Bien de ses poèmes partent d’une curiosité, d’une interrogation soudaines, signes d’une indéfectible faculté d’étonnement: ailleurs ce sera une vision ou impression inédite, paradoxale- un peu façon haïku – ou une réflexion inopinée. L’inattendu, l’instantané, tel est le registre favori de ce poète, ce qui lui donne un pue l’air, parfois, d’un Diogène errant de par le monde, sa lanterne à la main. Tout cela engendre une suite de réactions à chaud, sur le mode euphorique d’un coeur innocent qui s’émerveille, ou, inversement, qui s’indigne, se rebelle…

Alexandre Zotos, extrait de la préface

Tour à tour porté aux nues et vilipendé sous le régime communiste, tant primé et tantôt mis au pilon, envoyé travailler dans les mines, réhabilité puis condamné à nouveau, Xhevahir Spahiu est aujourd’hui reconnu comme un des poètes majeurs de la littérature alabanaise.



Les revues suivantes 

    • Le bibliothécaire n°4/2017, octobre à décembre 2017

Michel Dagneau, rue de Bruxelles, 87 à 1470 Genappe (Belgique)

dagneau.michel@live.be

    • Bleu d’encre n°37, été 2017 et 38, hiver 2017

Claude Donnay, Clos des Tanneurs 2/33 à 5590 Ciney, Belgique

claude.donnay58@gmail.com

 

  • Cabaret n°24, hiver 2017

 

Alain Crozier, 31, rue Lamarine à 71800 La Clayette, France

www.revuecabaret.com

    • Les Cahiers de Tinbad n°4

Guillaume Basquin, 5, rue des Beaux-Arts à 75006 Paris (France)

editions.tinbad@gmail.com

www.editionstinbad.com

He rests. He has travelled.

With ?

Sinbad the Sailor and Tinbad the Tailor and Jinbad the Jailor and Whnibad the Whaler and Ninbad the Nailer and Finbad the Failer and Ninbad the Bailer and Pinbad the Pailer and Minbad the Mailer and Hinbad the Hailer and Rinbad the Railer and Dinbad the Kailer and Vinbad the Quailer and Linbad the Yailer and Xinbad the Phthailer.

James Joyce

Dans ce numéro 4 de la revue, on trouvera, aux côtés de nombreux Works in progress :

  1. Le premier dossier important imprimé sur un poète expérimental dont l’oeuvre nous paraît inouïe : Philippe Jaffeux ;
  2. Un hommage en deux volets à l’écrivain Marc Pierret, dont nous devons pleurer la disparition soudaine ;
  3. Un dossier sur le trop rare écrivain Pierre Rottenberg, avec un ensemble de textes et de lettres inédits que nous devons à l’amitié croisée de Gilbert Bourson et de Pascal Boulanger.

NDLR

    • Le carnet et les instants n°197, janvier à mars 2018, lettres belges de langue française

Nadine Vanwelkenhuyzen, Service général des Lettres et du Livre, Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 44, boulevard Léopold II à 1080 Bruxelles, Belgique.

secretariat.promolettres@cfwb.be

    • Comme en poésie n°70 et 71, juin et septembre 2017, revue trimestrielle de poésie

Jean-Pierre Lesieur, 730, avenue Brémontier à 40150 Hossegor

j.lesieur@orange.fr

    • Debout les mots n°67, octobre à décembre 2017 et 68, janvier à mars 2018

La maison du livre, 28, rue de Rome à 1060 Bruxelles, Belgique

info@lamaisondulivre.be

www.lamaisondulivre.be

    • Florilège n°169, décembre 2017

revue trimestrielle de création littéraire et artistique

Stephen Blanchard, 19, allée du Maconnais à 21000 Dijon, France

redacflorilege@gmail.com

http://poetesdelamitie.blog4ever.com

    • Journal des mes paysages n°6, octobre 2017

PL Quality éditions

journaldemespaysages@gmail.com

23, rue de Liège à 56200 Lorient, France

    • La lettre de Maredsous n°3, décembre 2017

Luc Moës, Abbaye de Maredsous, rue de Maredsous, 11 à 5537 Denée, Belgique

flm@maredsous.com

    • La lettre des académies n°41, 2017

Palais des Académies, 1, rue Ducale à 1000 Bruxelles, Belgique

lettre.academie@cfwb.be

    • Libelle n°289 à 295, mai à décembre 2017, mensuel de poésie

Michel Prades

14, rue du Retrait à 75020 Paris, France

pradesmi@wanadoo.fr

www.libelle-mp.fr

    • Nos lettres n°22, avril 2017

Anne-Michèle Hamesse

Association des écrivains belges de langue française

Chaussée de Wavre, 150 à 1050 Bruxelles, Belgique

a.e.b@skynet.be

www.ecrivainsbelges.be

    • Plumes et pinceaux n°139, septembre 2017

Nelly Hostelaert, rue du Temple, 39 à 7331 Baudour, Belgique

franz.nelly@yahoo.fr

    • Reflets Wallonie-Bruxelles n°54, octobre à décembre 2017

Joseph Bodson, Association royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie, 109, rue de la Mutualité à 1180 Bruxelles (Belgique)

joseph.bodson@skynet.be

www.areaw.org

    • Septentrion n°4, 4ème trimestre 2017, 46ème année

arts, lettres et culture de flandre et des pays-bas

www.onserfdeel.be

Luc Devoldere, Murissonstraat, 260 à 8930 Rekkem, Belgique

 




 

Eric SAUTOU – Une infinie précaution – Flammarion 2016, 140 p 

Chronique de Marc Wetzel

41dUs-DKOKL

Eric SAUTOU – Une infinie précaution – Flammarion 2016, 140 p 


Qu’on permette un détour par le titre même de ce recueil sobre et puissant.

Quand Aristote dit que l’homme est l’animal doué de raison, il veut dire qu’il est le seul vivant à ne pas pouvoir vivre sans la raison, c’est à dire sans calcul, modélisation, jugement, déduction, programmation etc. Il ne peut pas vivre dans le réel sans y établir des liaisons nécessaires ni fonder un ordre réglé, ne valant pour lui-même que comme il pourrait valoir pour les autres. Les hommes ont en charge (exclusive) le sort de la vérité, de la beauté, de la justice, et, même s’ils ne choisissent pas ces (sublimes, mais ingrates) finalités, les moyens de les accomplir, eux, relèvent complètement de leur imaginative responsabilité. Quand la raison est le génie (laborieux) des moyens à y mettre en œuvre, elle s’appelle (disait encore l’ami Aristote) la prudence ; et le degré zéro de la prudence, son minimum incompressible, c’est l’intelligence d’éviter le pire dans ce qu’on fait. C’est l’art de la précaution.

Même les activités les plus sublimes, quand elles sont humaines, doivent prendre leurs précautions (le psychanalyste doit vérifier la solidité de son divan, le parent celle du berceau, l’héritier celle du legs), parce que l’homme est l’animal qui doit vivre avec ses rêves, avec son origine, avec ses morts, avec d’autres consciences de soi et surtout avec l’infini (avec au moins les trois infinis, par principe inépuisables et irréductibles, de l’espace, du temps et de la complexité). La prudence avec et devant l’infini est donc le propre de l’homme. L’intelligence des chemins à suivre (car telle est la prudence) est une vertu cruciale en l’homme, parce que tous les chemins sont mortels, et tous aussi sont, finalement, à horizon indéterminé. Et c’est vrai aussi  du cheminement intérieur que l’homme ne peut éviter : une précaution infinie (car l’avidité, la peur, la partialité reviennent sans cesse, jusqu’au dernier instant) s’impose. Même au poète, puisque son chant de la vie est lui aussi chose fragile, événement faillible, et que, responsablement exposé au Tout et à l’intime, son alternative est claire : le lyrisme intelligent ou rien (rien, c’est à dire le pauvre délire, le mutisme ou la logorrhée criminelle).

Mais justement, il n’y a pas de précaution infinie.  Une précaution, c’est une action préventive, et l’infini ne peut justement être ni agi ni prévenu : on ne peut ni transformer ni anticiper le sans-mesure. La précaution n’a de sens que comme mise en garde adressée par une finitude à elle-même (attention à ce que tu pourrais devenir ! Agis pour remédier aux insuffisances de ta puissance d’agir ! Passe aux toilettes avant la représentation admirable et à la pharmacie avant le contact désirable !). L’infini dont parle Eric Sautou est certes moins prosaïque, et moins explicite, mais, même exprimé de manière négative ou indéterminée, il est tout aussi prégnant et réel ; par exemple sous ces trois formes :

« il y a toujours plus loin sur terre »  (p. 82, 83, 89,91,100),

« on n’aime probablement jamais d’assez près » (p. 87)

et : « je ne sais pas mourir » (p. 70)

Il y a donc une sorte de méditation de principe chez le poète, qui se formule pour tous : l’infini n’est certes pas à notre portée, mais il est notre affaire. Les dangers de la vie humaine sont innombrables (puisque toutes les possibilités sont dangereuses, et que l’homme se représente l’innombrable), mais ils sont libres. L’homme a accès à divers infinis, et à diverses rubriques de chaque infini, mais il peut les faire jouer, en sa faveur, les uns contre les autres. C’est, à mon avis, là vraiment ce qu’Eric Sautou comprend et fait comprendre. Mais ce jeu de compensation sublime est lui-même limité et transitoire, comme une nuance.

Par exemple, comme on disait, les hommes ont seuls conscience de leurs rêves (il ne leur échappe donc pas que leur esprit pour partie, et par à-coups, leur échappe), de leurs morts (leur fidélité aux disparus se doit d’être créatrice, puisqu’elle-même disparaîtra), de leur origine (ce qui leur permit d’exister a dû contenir ou gagner sa propre permission d’existence), ou du ciel (l’univers se contracte pour  concrétiser ses gains et s’étend pour diluer ses pertes), mais ces objets indéfinis ou immaîtrisables (rêves, morts, matrices, socles meubles et horizons étanches) communiquent entre eux en et par l’homme.

Ainsi de la double conscience des origines et de la mortalité, qui fait ou fera prendre le deuil de ses parents :

« moi non plus je n’ai pas la réponse

à la question

que tu es devenue (je te parle pour rien) »     (p. 24)

« chaque jour

je reviens vers toi (il n’y a pas de route vers toi) j’étreins

le doux fantôme de l’image la lumière du ciel la maison est

enfouie »   (p. 31)

La double conscience de la mort et de l’infini, qui fait saisir que les morts sont sans défense où qu’ils soient (dans le néant comme dans l’être) :

« les morts ont froid la nuit

et trois pièces d’or dans l’étang

puis plus rien plus jamais

aucune voix jamais

les morts ont froid la nuit

et voient grandir l’ombre la peur

dans la dure terre et l’oubli »  (p. 51)

Celle de l’origine et du ciel, qui fait sentir qu’on n’est né que dans, par et pour le réel (aucune matrice ne nous programme hors de la raison terrestre),

« elle retire

mes bottes de sept lieues

elle est le capitaine elle me barre la route »  (p. 59)

« c’est maman

toujours assise

debout

ailleurs ou ici-même

elle est le fil de ma raison

elle rebâtit tous mes colliers »   (p. 49)

ou celle du ciel et de la mort :

« et je vois bien la même étoile

mais ce n’est qu’une même étoile »  (p. 67)

La bête n’aperçoit pas la corde tendue par l’infini, mais ainsi elle ne souffre pas, elle, de n’être pas tirée à lui !

« avec le vent il ressentit l’immensité où il n’était pas

il ne put interrompre le mouvement ascendant »  (p. 106)

et   

« comme on s’agrippe à la corde au fond du puits (mais elle ne monte pas) »   (p. 118)   

On pardonnera ici que je n’analyse pas la dense et précise (et énigmatique !) expressivité de notre poète (Angèle Paoli ou Ariane Dreyfus, qui ont salué l’œuvre d’Eric Sautou, l’ont très bien fait), mais j’ai juste voulu accompagner un peu sa très belle et troublante méditation sur la précaution infinie.

L’infini est certes décourageant (comment venir à bout du sans-mesure?), mais il n’est pas, si l’on peut dire, fatiguant. Il est même plus hospitalier que le fini (car l’infini est également présent en toutes ses parties, alors que le fini contient toujours en lui moins que son propre tout : la série des seuls nombres pairs est aussi illimitée que celle de tous les entiers, les uns et les autres infinis ; alors que les seuls plaisirs n’égaleront jamais le nombre des affects, les uns et les autres finis). Et, puisque l’infini est, contrairement au fini, identiquement accessible en toutes ses parties, ouvert en son tout en tout point de lui, la précaution infinie, suggère notre poète, est toujours d’abord la pudeur.

Et la pudeur se mérite car elle se hérite (de l’amour du père et de la mère), comme le suggèrent deux passages extraordinaires de l’auteur (mère, p. 109-111 ; père, p. 112-3). Le père de chacun peut seul nous faire nous efforcer à l’impossible (trouver le bien plus intéressant que le mal, respecter les secrets qui nous nuisent ou nous desservent), comme seule notre mère (qui en nous mettant mortellement au monde aura choisi notre propre incomparabilité) a pu nous apprendre à nuancer l’invivable :

« qui fut mère debout tout au bout du couloir

(ses colliers ses médailles en or fané dans des boîtes)

qui refermait sa main sur des mots disparus, qui larmoyait, que peu ou mal entendre toujours impatientait

qui voudrait que rien ne se perde, qui vit dans la modeste maison de sa raison

qui n’eût pu être mère d’aucun autre fils »   (p. 111)

©Marc Wetzel