Où va ce train qui meurt au loin, Alain Tronchot, Éditions Traversées, 2020

Où va ce train qui meurt au loin ?

d’Alain TRONCHOT

Préface de Jean-Pierre Siméon, 39 p., Éditions Traversées, Virton (Belgique), ISBN 978-2-9601658-6-9, 1er trim. 2020

Rarement, un opuscule provoque sans sommation un tel traumatisme. Et je pèse mes mots car les mots du poète ont ici, au goutte à goutte, valeur de souffrance. Qui se décline à la première personne d’une femme-médecin jetée dans une carcasse plombée, à savoir dans un wagon à bestiaux vers un camp de concentration nazi.

La police d’écriture (mais pourquoi donc dit-on « police » ?) est petite, la couverture noir-blanc et sépia est éloquente : nous voici embarqués dans un récit décharné, vertical, comme de simples notes jetées sur un bout de papier et qui commencent crûment par :

Nos cris sans autre sillage

que le cahot des plaintes étranglées

par l’acier

obsédant que la roue ronge et roule crisse et traîne sa carcasse

Et la nôtre

Tout est dit. Rien n’est encore dit, tant l’indicible est à venir. La voix d’un homme intervient. Les voix s’entremêlent et se confondent. Par une plume trempée dans le sang. Ose-t-on parler de prose poétique ou de poésie, tant ces termes véhiculent généralement dans notre esprit d’autres notions plus affables ? Mais Jean-Pierre Siméon, le poète, ici préfacier, a raison :  la poésie (…) est notre seul moyen de saisir le réel entier, dans son épaisseur de faits et d’effets, de sens et de sensations multiples et contradictoires. La poésie est en quelque sorte la preuve du réel et de la violente polyphonie des sacrifiés (…)

Oui, la lumière blafarde de l’écrivain, entre deux lampadaires décharnés, frappe les tôles du désespoir. Renaissent ici les heures qui sont plus longues que les jours, vibre le silence du fusillé, coulisse le verrou, s’étrangle la gorge du bafoué.

Bien entendu, Jean Ferrat, dont le père mourut à Auschwitz, nous revient de notre mémoire adolescente :

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers

Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés

Qui déchiraient la nuit de leurs ongles battants

Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

(Nuit et Brouillard : Ferrat chante Aragon)

Le projecteur d’Alain Tronchot est encore plus rude, nu, brutal : 

Ce gamin fébrile penché sur un vieillard à l’agonie

Cette mère impatiente et coupable

d’effacer d’une caresse l’interminable sueur (…)

L’acier chuinte la prière aux morts et ceux qui vont mourir

Silhouettes pénitentiaires. Nourrissons déshydratés. Mépris sanglé à toute parole. Gestes iniques :

Un soldat sans âge un grand seau dans les mains

Pose le seau au milieu de cent dix femmes

(…)

Un seau encore vide de nos matières

Courage, lecteur ! Donne-moi la main. Juste pour 39 pages. Tu regagneras ensuite ton domicile douillet. Courage pour affronter, quelques minutes encore, ce cheminement macabre mais bien réel où l’inhumain a bafoué toute dignité…

Et Tronchot de « conclure » (sans conclusion) :

à mesure que la touffeur m’inflige son parfum sauvage saveur des vieilles juments promises à l’abattoir le wagon s’affaisse se disloque sous les cris (…)

ce n’était

que

le commencement

Disparition de la ponctuation qui s’efface sous le sens. Désintégration de la phrase. On est loin, très loin d’aimables muses et de leurs rimailles en « poétique » fadeur. On est au-delà d’un Céline ou d’un Apollinaire ou du réalisme cru de Curzio Malaparte dans Kaputt. Tronchot nous ramène à notre condition où la lumière tremblante de la vie ne saurait occulter les affres de ce train qui meurt au loin…

© Claude Luezior

Jean-Pierre Siméon, La poésie sauvera le monde, Le Passeur Editeur, Poche, 114 p, Mars 2017, 5,90€

Chronique de Lieven Callant

cache_61352059

Jean-Pierre Siméon, La poésie sauvera le monde, Le Passeur Editeur, Poche, 114 p, Mars 2017, 5,90€

 

Lorsqu’on me parle du monde, de son état de santé critique et de ce qui en découlera comme désastreuses conséquences, je feins de ne rien comprendre et je détourne le regard. Car dénoncer des horreurs sans chercher à les combattre revient à planter vicieusement la pointe d’un couteau dans la plaie béante et brûlante de celui qui souffre pensant qu’on l’abandonne.

Le monde est devenu me semble-t-il devenu l’outil cruel de quelques uns. D’ailleurs que peut-on faire pour ce monde? Le sauver revient à le retirer des mains de ceux qui s’en sont armés. Peut-on sauver d’eux-mêmes ceux-là qui sont le plus persuadés qu’ils ne sont pas à sauver, parce qu’ils ne sont pas malades et par conséquent irresponsables des contaminations diverses qui se propagent?

Mais c’est vrai, sans doute Jean-Pierre Siméon veut-il par cette affirmation forte attirer notre attention sur son combat, un combat spécifique et qui concerne la position de la poésie dans notre société qui ne privilégie sans doute pas les climats propices à son apparition, son épanouissement.

Les médias pour la grande majorité nous inondent de productions diverses, qu’on consomme systématiquement et qui répondent aux lois du marketing. Elles ne sont certainement pas faites pour remettre en cause le système qui les a mises sur le marché. Parfois une ironie cynique qui n’est autre que l’agonie de l’intelligence sert les auteurs mais seulement dans le but très précis de restreindre les portes de sorties, d’aplanir le réel, de mettre fin à tout questionnement profond et véritable qui ne suit pas les voies tracées.

La scène littéraire est principalement occupée par des romans qui se limitent à n’être que des scripts, des récits rapportant une histoire qui ne questionne que la couche superficielle du monde contribuant ainsi à endormir les consciences, à étouffer le monde en rognant toutes les racines qu’il a communes à tous les humains et donc en le limitant à une représentation sans reliefs qui ne fait plus de nous des acteurs concernés mais de passifs consommateurs de récits mièvres.

Mais j’arrêterai ici, la liste de mes reproches amers car ce que cherche à dénoncer Jean-Pierre Siméon par ce livre et toutes ses actions pour la poésie et sa défense a bien plus de valeur, de force et de chance d’être entendu. Je me joins comme tant autres lecteurs avant moi à ce cri d’espoir, à cet acte de foi envers une littérature de qualité qui nous révèle au monde. Jean-Pierre Siméon est de ces poètes qui font de chacun de leurs actes artistiques, une révolte, « un effort de lucidité » et donc une analyse précise de ce monde, tous les mondes qu’il approche par la racine commune et accessible à n’importe quel humain.

« Tout poème est un concentré d’humanité, qui révèle à chacun son altérité, c’est-à-dire son affinité avec l’autre et l’arrachant ainsi à sa petite identité personnelle de circonstance, le relie. »

Evidemment, bien plus fort que n’importe quel manifeste, plus juste aussi mieux vaut lire la poésie, la poésie de Siméon et des nombreux poètes auxquels il fait référence ou qui sont simplement évoqués par sa prose.  Car la poésie va au-delà des mots, par nature elle dépasse le mot, elle se déplace dans la métaphore.

Si Jean-Pierre Siméon se lève et revendique une nouvelle place pour la poésie en affirmant comme Lawrence Ferlinghetti avant lui avait écrit que « La poésie peut encore sauver le monde en modifiant les consciences. » ce n’est pas parce qu’il désire s’adresser au petit monde restreint des poètes et de ceux qui tant bien que mal persévèrent à produire et publier de la poésie mais bien parce qu’il désire ameuter le grand public, les médias, une partie de la scène littéraire qui se plie de plus en plus aux exigences de l’audimat, de la mise en boîte et qui fait de l’acte littéraire un spectacle visuel sans véritables acteurs.

Le livre est une belle démonstration, pour appuyer ses arguments Jean-Pierre Siméon cite d’autres auteurs, d’autres poètes comme par exemple Odysseus Elytis qui écrivait « Là où la montagne dépasse du mot qui la désigne se trouve un poète. », ou encore cet autre poète tchouvache Gennadi Aïgui :  « La poésie est le travail-langage de la fraternité humaine » mais encore Darwich, Bonnefoy ou Michaux  quand il écrit à la suite du « Je est un autre » de Rimbaud: « Je cherche un être en moi à envahir. »

Octavio Paz: « Le poème exige l’abolition du poète qui l’a écrit et la naissance du poète qui le lit ».

C’est surtout dans ces moments du livre où la nature réelle de la poésie est réaffirmée grâce à des slogans qui frappent fort que je me suis senti conforté dans mes convictions poétiques.

« La poésie est  d’abord en deçà, une position éthique autant qu’un état de la conscience à vif. De cet état de la conscience que le Suisse Georges Haldas nommait tout uniquement « l’état de poésie », de la particulière empathie avec le monde qu’il implique, de la spécifique perception du réel qu’il suscite, le poème est dans la langue qu’il invente pour ce faire, disons le truchement, un symptôme, un révélateur, un point de cristallisation en même temps que le lieu de leur expérience. »

« La poésie ne donne pas du sens, elle suggère un sens selon lequel vivre, non pour quelques privilégiés mangeurs d’idéal mais pour tous. » « elle récuse la segmentation, l’immobilisation du sens. »

« La poésie n’est pas un communiqué, elle n’informe de rien: elle interroge. P36

« Le poète est un curieux  opiniâtre qui cherche en toute chose sa profondeur de champs ». « la poésie illimite le réel, elle rend justice à sa profondeur insolvable, à la prolifération infinie des sens qu’il recèle, {elle est} une leçon d’inquiétude. » « La poésie n’a jamais cessé de contester l’illusion de l’identité stable qui masque la profondeur que chacun nous sommes, l’innombrable que chacun nous sommes, la plasticité du vivant lui offrant par bonheur la chance des métamorphoses. »

« Nous ne sommes rien, dit le poème que notre relation émue à l’autre, fût-il cet autre arbre ou visage. »

Jean-Pierre Siméon remplace désormais André Velter à la collection Gallimard poésie après avoir été de 2001 à 2017 le directeur du Printemps des poètes.

©Lieven Callant

JEAN-PIERRE SIMÉON – Lettre à la femme aimée au sujet de la mort et autres poèmes. (NRF Coll. Poésie/Gallimard – préf. J.M. Barnaud).

Une chronique de Xavier Bordes

G01145.jpg

JEAN-PIERRE SIMÉON – Lettre à la femme aimée au sujet de la mort et autres poèmes. (NRF Coll. Poésie/Gallimard – préf. J.M. Barnaud).

 

Je n’insisterai pas sur la bibliographie considérable et variée de Jean-Pierre Siméon, mais si je devais partir sur une île déserte avec un livre de lui, j’emporterais celui-ci, qui rassemble trois recueils significatifs de son œuvre. Ce qui les rend particulièrement accessibles et efficaces poétiquement, est qu’il s’agit manifestement d’une écriture qui n’a pas oublié qu’elle peut avoir à passer par l’oralité. Elle en a la simplicité des images, l’harmonie sonore de la formule, la qualité dans « l’attaque » qui fait que chaque poème accroche d’emblée. Bref, Jean-Pierre Siméon n’a pas renoncé aux moyens classiques mais discrets des prestiges de la rhétorique, sans que les poèmes en souffrent. Ils y gagnent au contraire une sorte de théâtralité de bon aloi, une économie dans la mise en scène d’une éventuelle récitation, ou déclamation, qui poursuit secrètement une longue tradition de la parole en poésie. Du coup, les poèmes de ce livre sont un plaisir à lire à haute voix, pour soi-même, solitaire en forêt par exemple.

L’autre qualité de ces poèmes qui bien sûr touchent souvent au thème de l’amour, mais pas seulement, c’est leur ton. Ce ton est ressenti comme celui d’une sincérité toute directe à l’égard et à l’intention des êtres humains et en particulier, de la « gardienne des baisers ». Le livre fourmille ainsi d’expressions qui enchantent et sont des trouvailles, disons, laconiques, qui étincellent au détour des vers. Mais ces expressions, si brillantes qu’elles soient, ne voilent pas de leur éclat l’intime profondeur du propos, et c’est pour cela que la poésie de Jean-Pierre Siméon est au plus haut point émouvante. Elle est une poésie sous-tendue par une vie constamment reliée à notre insu – car il n’évoque point la chose de façon ostentatoire, comme certains dont c’est le fonds de commerce ! – à ce que j’appelle volontiers l’humaine tribu, la communauté des bipèdes, voire des vivants en général, que – à la faveur de l’amour de « l’aimée » – nous voudrions consanguine, fraternelle (« se reconnaître défait/ dans chaque homme qui tombe… »). Et d’autant plus que la vie de cette humanité dont chacun est un atome, se découpe sur fond de mortel mystère.

Pour toutes ces raisons, et d’autres que je laisse au lecteur le soin de découvrir, je recommande vivement ce beau petit volume et le trésor de tendre sagesse qu’il recèle. En des temps aussi durs que les nôtres, une parole ajustée au monde et qui, ni ne le fuit dans un enchantement béat, ni ne se laisse dévorer par lui en marinant dans ses affres quotidiennes, mais se tient à distance de « for-intérieur » et d’équilibre, mérite que nous entrions volontiers en résonance, en sympathie, avec elle, comme on le dit des « cordes sympathiques » des violes d’Amour !

©Xavier Bordes   (Paris – 15/12/2017)