Éric Dubois, Paris est une histoire d’amour, suivi de Le complexe de l’écrivain, éditions Unicités, 55 pages, 2022, 13€

Une chronique de Lieven Callant

Éric Dubois, Paris est une histoire d’amour, suivi de Le complexe de l’écrivain, éditions Unicités, 55 pages, 2022, 13€


Eric Dubois nous propose deux récits où l’on appréciera la limpidité lucide de son style, sa franchise, son humour et le désir de laisser le lecteur libre de voyager dans des lectures à plusieurs niveaux. 

Le premier récit est celui d’une rencontre entre un homme d’une cinquantaine d’années, le narrateur et d’une jeune étudiante à la terrasse d’un café. « Oser, c’est l’histoire de toute ma vie » glisse le narrateur dans son auto-portrait où il se demande dès les premières pages, s’il doit  « surjouer son personnage ». 

Il tombe amoureux même si cela lui apparaît être une « lubie ». La jeune femme lui a à peine adressé la parole, il ne connait d’abord que son prénom qui résonne comme celui de la traductrice Jesenská qui échangea avec Kafka des lettres passionnées : Milena. 

Le narrateur pourrait étrangement correspondre à Éric Dubois lui-même. L’auteur devient alors le personnage de ses histoires car la vie, la vraie est une histoire d’amour. Ce qui traverse ce premier récit et d’une manière plus générale l’écriture d’Éric Dubois est une force impalpable, une obsession fuyante qui ressemble au sentiment amoureux. 

« Je bous intérieurement, j’écris quelques mots, sur la nappe en papier, qui recouvre la grande table inutile de mon salon, des mots de colère et de désoeuvrement »P23

« On peut se perdre dans l’anonymat dans une ville tellement grande que ses tentacules peuvent vous étouffer et vous laisser mourrir dans une chambre de bonne ou sous des cartons, sur l’asphalte, dans la rue, invisibles. »P24

Pour ne pas sombrer le narrateur veut croire au destin d’une rencontre, veut croire à l’amour, à la folie du sentiment amoureux. L’auteur, succombe au désir d’écrire une histoire d’amour, amour d’écrire, amour des mots et de la phrase se superposant à l’autre. Cela répond à mon sens à cette question de la page 27: « Comment vivre avec une obsession? Comment vivre malgré elle? » 

Il faut dire aussi que le narrateur ne se reconnaît pas dans les gens de son âge « les cacagénaires » et se voit comme un « voyageur des âmes et des coeurs ». Pour l’ami et conseil, le narrateur « traverse une zone de turbulences, peut-être une dépression ». Il faudrait «ne retenir de la vie que l’ennui ». Alors que le narrateur et peut-être l’auteur cherche « à travers le miroir, l’autre, un autre que moi dans l’intensité lumineuse ». 

Le premier récit se termine en soulevant plus de questions qu’il ne donne de réponses et c’est bien là le grand art d’Éric Dubois: suggérer, lumineusement, instaurer un questionnement en profondeur sans faire peser la moindre lourdeur ni imposer de jugement arbitraire. Le récit se termine en laissant toutes les portes ouvertes même celles qu’on aurait pu croire fermées dès le départ. N’est-ce point là, un des principes majeur de l’art de la nouvelle? Un fin inattendue qui ne fait figure de fin que pour certains esprits. 

« Le complexe de l’écrivain » suit les pistes lancées dans le premier récit mais sous des angles totalement différents. Le complexe est plus qu’un synonyme du mot « obsession » qui revient plusieurs fois dans la première partie du livre. On peut l’interpréter comme une volonté de l’auteur, un désir de ne pas simplifier les choses si ce n’est en apparence. On devine que chaque écrivain est en proie à des peurs, à des doutes. « La page blanche », la popularité, la lisibilité, l’accessibilité de l’oeuvre, les enjeux commerciaux, « l’air du temps ». Éric Dubois s’intéresse à ses sujets mais les porte aussi en dérision avec un humour subtil et dénué de rancoeur. L’écriture d’ Éric Dubois est une écriture poétique avant tout. Ses grandes qualités sont une limpidité déconcertante, une approche du quotidien, de l’ordinaire pur et beau, sans fioritures inutiles. Il est de ces auteurs qui résument la vie entière en quelques mots, en quelques phrases. Son monde est à portée de main et bien souvent à portée d’âme. 

©Lieven Callant

Eric Dubois, Langage(s), éditions unicité, 57 pages, 2017, 12€

Chronique de Lieven Callant

langages-eric-dubois-unicite-1

Eric Dubois, Langage(s), éditions unicité, 57 pages, 2017, 12€


La poésie d’Eric Dubois témoigne d’une grande spontanéité et cette effervescence est à mes yeux l’une de ses plus belles qualités. C’est que derrière le poète se cache un homme sincère, un témoin passionné de poésie, un peintre, un artiste. Il anime joyeusement la revue littéraire en ligne « Le Capital des Mots » et publie par cette voie de nombreux autres auteurs.

Depuis fort longtemps aussi, il partage sur son blog « Les tribulations d’Éric Dubois » et sur divers réseaux sociaux ses propres écrits. Il a su par exemple habilement jouer avec les caractéristiques de Twitter (messages courts de portée éphémère) pour y diffuser des micro-poèmes qui soulèvent des questionnements qui n’ont rien de passager. Ce livre en reprend quelques uns diffusés entre 2013 et 2015 sous le hashtag #Laboratoiredulanguage.

La première partie concerne donc des expérimentations sur le langage et en particulier les aphorismes. De bribes, autrement dit d’éclats de conversations ou plus exactement de monologues intérieurs, il tente de tisser malgré tout un ensemble qui ne ferait nullement oublier au lecteur l’idée de morcellement initial. Le texte s’appréhende donc de manières différentes: Les points ne sont pas reliés entre eux ou au contraire se suivent et établissent de nouvelles correspondances. Du langage, le poème, le mot est une fraction qui se lie aux fractions du silence, aux impasses du message et des significations, aux principes et structures langagières.

ob_6b9759_langages-eric-dubois-unicite-2

L’écriture se veut légère, portée par de multiples respirations, espacée de blancs comme les coups de pinceaux sur une toile qu’on commence à peine à découvrir.

« L’esprit s’élève quand le monde est léger »

Pour Eric Dubois, les mots forment un ciel « La peau danse dans le ciel des mots » ou ont une peau qui «  recouvre bien des silences et des incertitudes », « le mot est le soleil du langage » « et empourpre les sourires »

et comment lire ce qui suit où « pour conquérir » se tient comme en retrait, à l’écart du reste de la phrase, comme dans sa marge?

 

Il faut élargir le cercle ……………………………………………………………….pour conquérir
d’autres prérogatives

circonstanciées »   

Le poème consigne plus d’incertitudes et d’hypothèses que d’affirmations.

« Nous sommes des cris des couacs des chutes des ploufs »

La nuit est impossible et Horizon closent le recueil. Ici aussi on peut songer qu’il s’agit de deux plus longs poèmes ou au contraire d’une multitude de plus petits poèmes car chaque parcelle se suffit à elle-même comme elle peut tout aussi bien faire partie d’un ensemble beaucoup plus large.  C’est sans doute en cela qu’on mesure la force de l’écriture d’Eric Dubois, chaque mot trouve sa place sur la page, dans le silence, on finit par ne plus savoir si c’est lui qui porte le silence ou si c’est le silence qui apporte le mot vers la phrase. Le langage est pluriel, il comporte plusieurs facettes et le titre du recueil nous le rappelle.

Cela, l’écriture, la voie choisie par le poète est à la fois simple et d’un raffinement complexe et savant, comme on en remarque parfois dans les jardins. Vous pourrez lire le recueil sans vous arrêter, sans deviner même qu’il est le fruit magique d’enchainements judicieux, d’un cheminement attentif et intentionné. Eric Dubois fait simple et réussit à évoquer par cette manière si personnelle un univers dense, un monde à multiples facettes sans nous en faire porter le fardeau, la charge négative. On ne peut que l’en remercier.

©Lieven Callant