Derniers Articles

MICHEL HERLAND – Tropiques suivi de Miserere -sonnets. Ed. Ars Longa, 2020, 133 p. – Prix Naji Naaman 2020.

Chronique de Sonia Elvireanu

MICHEL HERLAND – Tropiques suivi de Miserere –sonnets. (Bilingue : Tropice urmat de Miserere.) Traduit en roumain et postfacé par Sonia Elvireanu, préface de Jean-Noël Chrisment. (Ed. Ars Longa, 2020, 133 p. – Prix Naji Naaman 2020, Liban)

Un souffle de mélancolie s’exhale des poèmes de Michel Herland du recueil bilingue Tropiques suivi de Miserere/ Tropice urmat de Miserere, inspirés par le paysage tropical, en même temps que la nostalgie d’une époque surannée à laquelle il emprunte fréquemment la forme du sonnet, comme une musique d’un temps révolu. 

L’exotique et l’érotique se conjuguent en une sorte de duo provocateur, comme nous aiguillonne la beauté sauvage de visions rappelant certains poèmes de Baudelaire. Le paysage tropical, ses couleurs fascinantes et ses senteurs enivrantes excitent la sensualité du poète qui s’abandonne à une passion troublante pour sa noire déesse. La douceur de l’air, quand ce n’est pas la torpeur torride ou la moiteur humide des forêts, fait s’épanouir en la mystérieuse femme d’ébène un archétype qui hante les mythes et les littératures du monde.

La femme qui envoûte Michel Herland prend cependant de multiples visages : ceux d’Ève, d’Aphrodite, incarnation de la beauté et de la sensualité, de Laure de Pétrarque, d’une jeune fille diaphane et innocente, d’une femme frivole et sensuelle, habituée des fêtes galantes, objet du désir et des plaisirs, d’une touchante femme-enfant, d’une beauté noire, sauvage et mystérieuse, d’une femme raffinée et inaccessible, d’une fille du désert. Quelle que soit la forme sous laquelle elle s’incarne, la muse de Michel Herland est toujours une sorte de déesse qui ensorcelle par sa beauté.

Rêve ou passion, accomplissement ou déception, admiration ou dédain, innocence ou dépravation, sensualité délicate ou obscène, toutes les variantes de l’amour et des sentiments se manifestent dans ces poèmes.

Il y a chez Michel Herland de la désinvolture, voire du plaisir, à évoquer la séduction et le désir, ce qui nous renvoie à l’hédonisme du XVIIIe siècle, si ce n’est à l’amour courtois. Est-ce la nostalgie du libertinage savant de ces temps jadis, d’un art de séduire oublié que le poète aimerait ressusciter ? Ou est-ce la beauté sauvage et troublante des paysages exotiques découverts par les romantiques ? Les deux certainement. Le choix du sonnet, la musique des vers renvoient d’emblée à l’atmosphère des fêtes galantes d’autrefois.

Si les vers rappellent parfois Verlaine, les paysages et les personnages de Michel Herland, malgré leur charme mystérieux, ont une troublante réalité grâce à la précision des détails. Ainsi dans certains poèmes, les toponymes permettent-ils de situer précisément le décor des Caraïbes où le poète est désormais installé.

L’art de rimer et d’évoquer la passion sont remarquables chez Michel Herland, poète marqué par l’harmonie classique comme en témoigne sa prédilection pour le sonnet. Le lecteur découvre avec surprise en lui un poète raffiné, qui s’assume à l’écart du postmodernisme dont se réclame la poésie du XXIe siècle. Comme s’il voulait prouver que rien n’est jamais démodé en art, que l’on peut faire renaître d’anciennes formes, les mettre au service d’une sensibilité actuelle. 

L’exotisme et l’érotisme de Tropiques s’opposent au triste et au sordide qui dominent dans Miserere, intégré dans le même recueil. Les misères de la vie (pauvreté, souffrance, chagrins, dégradation, perversion, vieillesse, solitude) sont évoquées par une mosaïque d’images souvent hideuses, voire abjectes de la ville. Ainsi, au charme envoûtant du paysage tropical s’oppose brutalement un espace repoussant, ses maux et ses vices. Les plaies du monde contemporain sont peintes sans fard dans des poèmes comme Migrations ou La fureur est tombée sur la ville écarlate. Là éclate la révolte du poète contre la condition humaine et les injustices ; sa plume se fait aigre et la poésie tourne à la satire sociale. 

Conclure le recueil par la figure du poète est éminemment symbolique. Le poète est plus que quiconque sensible à toutes les beautés, toutes les laideurs du monde. C’est donc à lui qu’il revient de les raconter.

                                                                © Sonia Elvireanu

Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse, Mathias Malzieu & Daria Nelson, L’iconopop (12€ – 88 pages)

Chronique de Nadine Doyen

Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse, Mathias Malzieu & Daria Nelson, L’iconopop (12€ – 88 pages)

Qu’évoque pour vous « Les deux Magots » ?

Pour certains le célèbre café parisien.

D’aucuns l’associent aux Prix des Deux Magots qui récompensent des écrivains reconnus. Citons Serge Joncour en Janvier 2015 pour L’écrivain national. 

Et enfin, pour Mathias Malzieu & Daria Nelson, c’est le lieu de leur extraordinaire rencontre concrétisée par leur coup de foudre, le jour où l’on rendait hommage à Boris Vian  pour son centenaire, l’écrivain chanteur étant le parrain.

Ils ont choisi d’immortaliser leur passion dans cette nouvelle collection de L’iconopop en réunissant leurs talents. Mathias Malzieu par ses poèmes d’amour, Daria Nelson par ses créations artistiques.

En exergue, un texte de Vian qui traduit l’insatiable passion/désir. Puis son fantôme qui le visite lui annonçant un événement qui va bousculer sa vie, tel un séisme, lui donnant moult conseils pour ne pas brusquer cette inconnue.

Quand Daria, la fée, lui est apparue telle une panthère des neiges, on pense à Sylvain Tesson(1), également à Serge Joncour dont le héros, Alexandre voit Constanze « avancer vers lui, comme une vision, une chimère himalayenne »(2).

Un foudroiement par le regard comme un éclair. Un vrai « tourbillon ». 

Cet éblouissement, l’auteur le vit comme un vertige qui « transforme son coeur en derviche tourneur » et le fait pasticher Shakespeare : « toupie or not toupie » !

Coeur qu’il désire confiner dans « le cocon aux merveilles » que lui offre celle qui va devenir sa muse.

Comment célébrer cette joie indicible, sinon au champagne ? 

Dans le poème intitulé : La ruée vers l’or, il faut comprendre l’or liquide, le divin nectar dont Amélie Nothomb raffole. D’ailleurs pour elle « Boire seule, c’est une aberration, c’est comme l’amour, forcément ça se partage » ! Quant à Mathias Malzieu, « Trinquer au champagne les yeux dans les yeux d’étincelles de sa dulcinée, c’était comme boire de l’or ».

Le rire irrésistible, contagieux de Daria résonne au fil des pages. Le mot rire convoque une réflexion de Jean-Philippe Blondel : « Les hommes croient toujours que lorsqu’ils font rire une femme, la moitié du chemin est parcourue et ils ne se rendent pas compte à quel point l’inverse est vrai aussi » ! (3)

Leur passion exponentielle passe par les mots mais aussi par le corps « un parc d’attractions », les étreintes, ce qui donne un texte d’actualité : « L’amour au temps du coronavirus » et quelques passages, charnels, de pure extase, plus érotiques comme « l’orgasmophone » sur fond de Tchaïkowski. Toutes les parties de son corps inspirent le poète qui s’émerveille devant le minois de sa « fée russe » endormie.

Le charme de Daria ne réside-t-il pas dans ses maladresses à manier la langue française, dans « ses erreurs de conjugaison au passé compliqué » ? Cet accent qui fait la singularité de Jane Birkin, et par hasard, un nouveau fantôme s’impose, celui de Serge Gainsbourg dans des volutes de fumée. Si certains ont appris l’anglais grâce aux Beatles, c’est avec les paroles de chansons de « l’homme à la tête de chou » que  Daria s’est familiarisée avec le français pour se perfectionner. Autres fantômes à le hanter, ceux des ex « confinés dans des boîtes » mais qui s’en échappent…, ou encore celui d’Alain  Bashung, en conversation avec l’auteur et deux autres !

Ce n’est pas une sirène qui a chamboulé, hypnotisé Mathias Malzieu, mais « un oiseau sans ailes » à protéger…, à qui il a offert l’hospitalité.

Cet opus nous plonge dans l’intimité d’une romance entre le « surprisier » et la merveilleuse fée, une « fée électricité » qui l’illumine nuit et jour !

En point d’orgue la touchante déclaration d’amour de celui qui est devenu « un apprenti spéléologue », «  un volcan hyperactif » en compagnie de son égérie.

Leur « coeurambolage » nimbé de magie et de fantaisie provoque chez le lecteur une admiration sans bornes devant tant d’inventivité dans ces brassées verbales d’amour.

 «  L’amour avec une fée est une indiscipline olympique » !

Enivrez-vous de ce florilège poétique tissé de rêves, traversés de sons d’ukulélé,  admirez les collages de Daria Nelson, lisez les textes à voix haute ou écoutez-les. (4)

Une lecture idéale à savourer tel un bonbon pour un moment cocooning !

Par ailleurs, Mathias Malzieu est féru de littérature et de poésie, ne manquez pas le recueil de Richard Brautigan dont il a signé la préface. (Au Castor Astral). 

©Nadine Doyen


« C’est tout ce que j’ai à déclarer », édition bilingue.

(1) La panthère des neiges de Sylvain Tesson ( Gallimard).

(2) Nature Humaine de Serge Joncour, Prix FEMINA 2020 ( Flammarion).

(3) 06H41 de Jean-Philippe Blondel ( Buchet-Chastel).

(4) le Vinyle collector comporte le texte intégral, 4 poèmes inédits, une chanson.

Eggman records – Boutique officielle. Vinyles  et Merchanding -difymusic.com 

Lectures novembre 2020 de Patrick Jocquel

Lectures de Novembre 2020
http://www.patrick-joquel.com

Poésie


Titre : Allons enterrer l’oisillon
Auteur : Christophe Jubien
Œuvres de Pierre Richir
Éditeur : Donner à voir
Année de parution : 2 020

Christophe Jubien, le poète du quotidien. De l’infime. De l’aperçu. Il ne conduit pas, il marche. Parfois il roule en vélo. Il va tranquillement, comme un flâneur. Un flâneur attentif cependant. L’oeil vif et pas autant dans la lune qu’on pourrait le croire. Il capte le fugitif. Le drôle. Le petit truc qui sourit aux lèvres et permet de passer cette impalpable frontière qui tient en respect l’autre monde. Celui que faute d’autre mot, on appelle imaginaire. Pas autant imaginaire qu’on pourrait le croire. Non. Bien réel, mais avec cette ombre, ce décalé. Cette intuition très vivante du provisoire. On vit ici entre permanence et impermanence, poème court et haïku, dans l’esprit d’un monde flottant. D’un monde à l’affût du réel.
Lire Christophe Jubien, c’est lire en tranquillité, porter sur le monde proche un regard aussi bienveillant qu’amusé. C’est lire un peu la poussière dans les contre jours d’un espace-temps qui nous traverse et qu’on traverse en quelques pas.

Vers la fin

Nul besoin de vous décrire
le paysage à ma fenêtre
je l’aime bien, il m’aime bienveillant et c’est tout.
Ce soir, en égouttant les pâtes
je lui jette un coup d’oeil
il est bien là, sous la lune, au complet
à part cette feuille
qui se détache d’jn érable
et flotte un peu avant d’atterrir
sur le sol gelé.
Il y a un début à tout,
même à la fin.
*
Du provisoire

Sept heures du matin
une table en formica
trois bols de café
et un paquet de biscuites
font de ce petit poème un riche propriétaire terrien.

Dire que dans dix minutes
je vais devoir débarrasser.

*
Comme tout le monde

Une cabane en bois
quelques poules, un chien
un corbeau perché sur le chien
parler un peu sa langue
c’était là tout mon rêve d’enfant
au lieu de quoi j’ai eu
comme tout un chacun
le bac et une vie.
*
Synchronicité

Le vent n’a rien eu à dire
il s’est contenté de souffler
etl les fleurs ont dansé
ces pissenlits sur le gazon
qu’un air de jazz à la radio
approuve mollement
11h11-la perfection.
*
Collection anniversaire des 40 ans de Cheyne, 2020


Titre : Pop-corn
Auteur : Tania Tchénio


le livre commence ainsi :
On m’a proposé d’écrire un texte sur grandir… Quand on me passe commande d’un texte…
et cette commande anniversaire a précédé de peu une bonne nouvelle : Quelques heures avant de remettre ce texte, j’ai appris ton existence. Ta minuscule existence. Tu étais là depuis quelques jours, petit paquet d’atomes. Tu commençais à grandir silencieusement. évidemment, ça a tout changé.
L’écho, La perspective.
Ce texte, tu viens l’habiter.

Et voilà le lecteur embarqué dans cette aventure chuchotée. La fabrication d’un être humain. L’émergence d’un Tu inconnu et si présent déjà.

Je te parle.
Tu es dans le cosmos.

Je suis ta chambre noire.
Tu fais ce qui échappe
et je te laisse faire.

Cosmonaute nu
tu joues avec le temps
comme on joue à l’élastique.

Un texte ici nous est donné : une perle rare sur ce thème. À mettre aux yeux et au coeur de tous les jeunes parents en gestation.

Puis on arrive à Pop-corn, le texte initial et on se retrouve à la naissance d’une étoile, en plein cosmos. Magique !
Grandir…
projeter son corps
dans toutes les directions

s’enraciner, grandir à l’intérieur de la terre, en soi. Grandir vers le ciel. Toucher à l’horizon. Grandir, devenir adulte. Tenter de garder l’enfance en soi. Évoluer, comme les strates du temps. Toute une méditation autour de ce mot. Une méditation qui devient expérimentation personnelle et en double.
Un livre rare. Une pépite

http://www.cheyne-editeur.com/index.php/collection-40-ans/359-pop-corn


*
Titre : Allant pour aller
Auteur : Jean-Marie Barnaud

Une autre pépite. Le chaud murmure de Jean-Marie Barnaud. Ça commence avec un poème sur l’origine du poème
les premiers mots
viennent d’un cœur absent
peut-être d’une grande infortune
ou d’une clarté insoupçonnée
et l’on se tient fébrile
au bord de soi

Forêts Mers Ciels de nuit
Foules :
On saisit au vol
ces espaces rêvés
croyant saluer l’étrangeté
qu’on sent guetter
aux marges

Mais très vite on est pauvre
devant
ce qui vient
qui appelle
et se dérobe

Ce matin
j’entends à deux cents mètres de ma feuille
la basse rumeur d’un engin de chantier….

Ici à la table
le travail ne fait aucun bruit
Seul le soleil
qui tend la main par la fen$etre
collabore

quelques mots
qui ne mentiraient pas
quels mots sans trafic
ouverts à tous
offriraient au poème
un abri
où déposer un temps
son cœur fugace
ses mains déliés

toujours cette écoute chez Barnaud, cette recherche : où se cache le poème ? Comment le dire ? Avec quels mots, pauvres outils ? Toujours cet affût à la table de travail….

Ça continue avec le tout proche et cette interrogation lancinante autour de la vieillesse
Dire maintenant lassitude
pour fatigue
la vieillesse, non celle du monde, mais celle du poète, de l’homme et sa perception qui s’effrange comme si le monde s’éloignait de ses yeux…
C’est le temps d’une vie qui se cherche encore
une vie, un espace et un temps

Une brise monte maintenant d’en bas
Elle apporte une voix de femme qui appelle
et dit mon nom
Cette voix traverse l’espace clair
elle est elle-même un paysage
où se rassemblent tant d’années
dont elle
qui demeure
dénoue les fils

Barnaud et son sens de la formule :
De l’instant qui vient
Capter la jeunesse
s’en faire une lumière
et la porter plus loin

Deuxième partie du livre : jours de vertige
On embarque à bord de son voilier. Jean-Marie Barnaud, capitaine au gré des vents
allont pour aller
sans autre fin que la mer elle-même
toute mouvante
et traversée d’écume
Jouant à suivre ses formes
à consentir à sa puissance
si fort entrés en elle-même
et soulevés
que nous étions sa passion
et sa joie

puis le vent du désert vient couvrir de sable ocre la table du jardin, les neiges du haut pays. L’homme n’est que passage et poussière. Ce sont les jours de vertige, ceux de la perte, ceux dont s’absente les partis sans retour. La vie et sa fugacité. Encore un thème qui traverse tous les livres de Jean-Marie Barnaud. Ce murmure tenace.

Troisième partie : Passages
Joyeux et docile, et courant à sa perte, le sable coule par toutes les jointures entre les doigts d’un poing fermé. Puis la main s’ouvre. La paume lisse le sol, en efface les rides et palpe la chaleur.

On l’a compris, j’ai aimé ce livre et si je ne suis pas totalement objectif (j’aime tous les livres de Barnaud) je vous invite à le découvrir.

http://www.cheyne-editeur.com/index.php/collection-40-ans/354-allant-pour-aller


*
Titre : La leçon de sourire Ûdissa
Auteur : Loïc Demey

Une embuscade. Une fuite. On hésite entre fiction ou imaginaire ; dans les deux cas on est en prise avec l’actualité, avec la vie de centaines d’êtres humains, avec ce combat, ce désir d’enjamber les frontières. De vivre, tout simplement.
Ziad Ferzat, fis de Sadik Ferzat et de Nadjah Shahrour… Ils savent que je dois partir si je veux grandir, partout où je passe on ne fait que vieillir au roulement des bombes…Je suis venu ici pour m’en aller…
on suit ainsi le récit du voyage de Ziad. De page en page, de lieu en lieu, de rencontre en rencontre. Jusqu’à l’incroyable… En dire plus serait gâcher la lecture. 

http://www.cheyne-editeur.com/index.php/collection-40-ans/355-la-lecon-de-sourire


*

Titre : Grandirs
Auteur : Clara Molloy


L’image la plus surprenante qui me vient à l’esprit lorsque je repense à mon frète Georges, c’est celle de cet après-midi dans l’appartement demes parents à Paris.

première phrase de ce livre. On a en main un récit qui va devenir poignant sur ce frère Georges. La narratrice a neuf ans, Georges en a 32 ; il est hospitalisé à l’hôpital St Anne. Il est malade. Le récit accompagne le temps ; la narratrice grandit, le frère vieillit. On les suit jusqu’à la fin.
Un récit grave sur un thème difficile. 

http://www.cheyne-editeur.com/index.php/collection-40-ans/357-grandirs


*
Titre : L’au-delà de nos âges
Auteur : Albane Gellé

Venus de loin
nous choisissons de faire halte,
navigation interrompue,
bon gré, mal gré,
pour une vie où le soleil
se lève à l’Est.

Nous séjournons,
droit d’asile,
dans la nuit d’une femme,
l’eau gargouille, un cœur trotte
sans relâche nous percevons
le début d’un vacarme
il s’en passe dans le monde.

Une succession de courts poèmes qui évoquent l’un après l’autre les moments d’une vie. De la conception à la mort. De l’embryon à la petite enfance. De l’enfance à l’adolescence. Puis les moments d’une vie adulte… jusqu’à la vieillesse.
Des étapes dit-on parfois ; une succession de jours et les temps du corps, les temps de l’âme. Les sentiments, les émotions…
une vie humaine, simplement. En quelques pages.

Une réussite.

Matière quittée
nous reprenons le cours de la navigation
délestés de nos âges
et du poids de nos corps
nous sommes ici, et au-delà,
nous nous souvenons :
de tout.

http://www.cheyne-editeur.com/index.php/collection-40-ans/356-l-au-dela-de-nos-ages


*

Titre : Quelques un(e)s
Auteur : Alain Boudet
Editeur : éditions Henry
Année de parution : 2 020

un petit livre en deux parties.
Si loin, si près d’abord. Des poèmes courts. Une galerie de portraits anonymes : l’enfant, la vieille paysanne, des gens d’Oradour sur Glane le 10 juin 44, des migrants et des touristes, des gens porteurs d’étoiles…
des portraits que le poète moissonne en marchant, au fil des pas, des jours, des pages.

Celui qui ose la rencontre
du quotidien dans la lumière de ses secrets de ses échos
peut grappiller les mots des jours
les mots des gens les mots des joies
pour faire moisson du poème
et s’agrandir…

vingt et mille enfants, titre de la seconde partie.
Cette fois-ci, les poèmes ont des prénoms pour titre. Des prénoms de différents continents. Un panorama d’enfants. Des enfants au destin singulier. On rencontre au fil des pages Baqui, l’enfant mexicain faiseur de briques; Pablo l’enfant mineur,Ghalib, l’enfant candidat à la grande traversée,John et Sia, les enfants esclaves et tant d’autres. Un panorama de vies loin de l’idée de l’enfance. Un livre à mettre dans toutes les classes du Cm au collège, histoire de garder les yeux ouverts sur les conditions d’enfance. Comme un écho de la déclaration des droits de l’enfant.

https://www.editionshenry.com/



*
Titre : Poésie assistance 24h/24
Auteur : Perrin Langda
Éditeur : la Boucherie Littéraire
Année de parution : 2 020
14€ 

tiens, voilà du neuf ! Du drôle et l’air de rien comme bien souvent l’humour, du questionnement genre j’dis ça j’dis rin. Prenons par exemple le poème qui donne son titre au livre

« Poésie assistance 24h/24
(veuillez renouveler votre lecture ultérieurement)

ce poème vous sera facturé
16 secondes de tmps libre
pour toute question
sur le sens de votre vie
tapez 1
pour un bref aperçu
de l’avenir de notre monde
tapez 2
si vous souhaitez seulement
parler à un être humain
tapez… bip
nous sommes désolés
en raison du trop grand nombre d’usagers de la Terre
nous ne pouvons donner suite à votre demande »

Au fil des pages, on rencontre ainsi des poèmes connectés, des poèmes branchés, des poèmes à liker, à jeter, à mémoriser sur son disque dur. Des textes qui explorent ce temps à écran, ces vies sur claviers, ces désirs insuflés par la pub. Des vies de super héros fantasmés. Des instants de solitude électronique.
Ça fourmille d’inventions. D’humour. Ça surprend. On en rit de toutes les couleurs, y compris la jaune.
Un ensemble qui mérite à être mis en voix, sur scène par des lycéens ou une troupe pro. Avec visio intégrée, son intégral et tout et tout.

*
Titre : Datés du jour de ponte
Auteur : Bernard Bretonnière
Éditeur : Éditions Les Carnets du Dessert de Lune
Année de parution : 2 020
12€

« Jeudi 26 novembre

Mon œuvre complète compte 5 898 ç
cécédilles
ce soir du jeudi 26 novembre :
c’est mon Macintosh qui me l’a calculé.
Je suis très fier
de ce que je ne soupçonnais pas
5898. »

j’aime ces poèmes moqueurs. Ce regard amusé sur les travaux d’écriture ou sur le monde alentour. Est-ce qu’un poète doit être un homme sérieux ou bien peut-il rester fidèle à ses 17 ans ? Ce livre penche sur cette fidélité, cette vitalité, cette énergie.
Ces poèmes datés du jour de ponte, un peu comme un journal, abordent les sujets du quotidien, la famille, la maison, les rencontres, les souvenirs etc. On y croise d’autres poètes comme Pierre Tilman
« … que je continue de lire
qui m’accompagne
qui me touche et qui me fait marrer. »

ou Jean-Damien Chéné ou encore celui-ci
« Mercredi 9 janvier

Je ne l’ai pas reconnu au bar du Pannonica avant
je je l’avais jamais vu qu’en photo
mais j’ai noté ceci après sa lecture :
« Il y a deux catégories de poésies
celle qui me gonfle
et celle qui me regonfle. »
merci à C.K. Williams
d’honorer la seconde. »

des questions aussi, au fil des jours, genre est-ce que la poésie interesse d’autres gens que l’auteur, ses amis, son éditeur ? Ou bien est-ce que c’est bien moi, ici, dans ce tram à cette heure ?

La poésie, c’est tous les jours. À chaque instant. Poésie, la vie entière, n’est-ce pas ?
« jeudi 26 septembre
Décidément impossible
impossible d’écrire un poème
chaque jour
même quotidien
un poème quotidien du quotidien.
J’en ai rêvé je ne l’ai pas fait
je n’y arrive définitivement pas
même un poème de rien du tout
sans compter les jours où j’oublie d’y penser
à l’écrire mon poème quotidien.
… »

dans ce quotidien le poète et son éditeur ont choisi. S’ils ont gardé le jour ils ont oublié l’année. Le temps est-il nécessaire vraiment quand le
« Mercredi 12 mars

Ce soir nous sommes réunis
Giuseppe Jean-Baptise Jean-Claude Jean-Damien Daniellepeu importent les identités particulières mais je comprends
brutalement ce soir
que nous allons devenir
bientôt
de vieux messieurs j’en suis abasourdi. »

écrire un poème par jour, et pourquoi pas ? Peu importe que la poésie sauve ou pas ? Qu’elle ait un sens ou non ? Écrire chaque jour pour la trace, pour la mémoire, pour l’autre, pour soi.

https://www.dessertdelune.be/apps/search?q=bretonni%C3%A8re


*
Titre : Ce que vient de lumière
Auteur : Jacqueline Persini
peintures de Matt Mahlen
Editeur : rougier V
Année de parution : 2 020

Chaque poème, deux strophes de quatre vers, commence par
Ce qui vient
On se promène ainsi de l’espace à la mort en passant par divers mots. Se déroule ainsi une méditation tranquille qui tourne autour du sens de la vie, de la présence au monde et de ce qui traverse l’humanité.
Les images de Matt Mahlen, calmes et sereines, ouvrent leurs horizons au regard du lecteur.
Un petit objet de la collection ficelles de cet éditeur tout en silence et simplicité.
À offrir.
*

http://www.rougier-atelier.com/?s=ce+qui+vient+de+lumi%C3%A8re

Titre : Un platane
Auteur : Jacqueline Persini
Editeur :éditions Henry
Année de parution : 2 020

Si l’air manque
Accroche sur un arbre
Un oiseau qui tient loin
Le désastre

Cet arbre serait un platane. Un passeport pour le plus haut des nuages. Un platane joueur avec les couleurs de son écorce, comme moqueur de cette écriture poétique qui s’avance vers le vide.
Un platane à grimper, à en souffler les akènes avec le vent. Légères sur les désordres du monde…
un ensemble conçu ainsi un poème platane et un poème sur le monde, ceux là commence toujours par vague après vague roule… comme le rythme de la planète, jour après jour, celui de la mer ou celui de la vie : souffle après souffle.
Un platane pour mieux s’enraciner à son présent, mieux vivre le cadeau de sa présence et de la sienne propre.
Un ensemble à lire à au moins deux voix, voire plus pour jouer avec le texte et lui donner tous ses échos. 

*
Titre : a(s)ile
Auteur : Christine de Camy
Éditeur : la Boucherie Littéraire
Année de parution : 2 020
12€

un livre qui alterne poèmes et carnet. Carnet de bord. Nous sommes en psychiatrie ado. Des poèmes qui évoquent différents patients, les difficultés, les réussites. L’émotion d’un côté, l’empathie de l’autre. Dans tous les cas, le désir d’être humain. D’accueillir l’autre dans son humanité, avec sa souffrance, dans le respect et le soin. Dans l’espoir.
Un livre qui interpellera tous ceux qui s’interressent à ces unités, à ses patients et soignants. Ou pour les curieux, ceux qui cherchent.
Le poème aborde tous les sujets. La poésie est sans limite. L’art non plus d’ailleurs.
*


Titre : Étreintes mystérieuses
Auteur : Philippe Mathy
œuvres de l’artiste Sabine Lavaux-Michaëlis
Éditeur : L’ail des ours
Année de parution : 2 020

Nous avons ici des poèmes en prose. En deux parties : Étreintes mystérieuses puis Au bord de l’encre.
La première partie, la plus longue, est une invitation à parcourir une année, d’un été à l’autre, au jardin. Le beau jardin du monde ou plutôt vivre au jardin comme dans un monde. Le jardin, l’environnement le plus proche de soi ; une extension de soi, un lieu où on se cherche, se trouve et se retrouve. À l’écoute du monde. Le jardin, un fragment de la planète qui la contient toute entière ; un fragment à l’écho de l’univers.
Une invitation, une méditation aussi. Dans les pas lents du jardin, son écoute, son observation. Habiter le monde commence au jardin. Dans le tout proche. Et si parfois on en sort, pour explorer les alentours, élargir son regard, on y revient.
On cherche un chemin qui mène vers un ailleurs, sans savoir que c’est celui qui conduit à se retrouver.

Jardin aux ailes apaisées. Le vent se désarme. La lumière, douce rumeur, écarte les nuages, descend s’étendre sur la terre.>
jardin aux ailes apaisées. Il sourit d’être indéchiffrable. Il nous permet de voler au gré des souvenirs où s’enracinent les pasages d’instants heureux, d’étreintes mystérieuses.

Avec Au bord de l’encre, on change de décor mais pas de style. On s’interroge sur l’écriture, l’acte d’écrire, les mots.
Être un guetteur sans but. En attente de rien, sans volonté de découvrir ou déchiffrer ce q’ui m’est donné d’observer. C’est un peu comme si c’était la surprise elle-même qui m’attendait, non moi qui la cherchais.

Philippe Mathy nous donne à voir un peu de son art poétique. 

Avec les mots, je tente d’ouvrir un chemin, de rassembler ce que je vois, ce que je sens, aujourd’hui, dans l’instant, avec ce que hier j’ai senti ou rêvé qui nage encore ou s’enfonce dans l’eau rapide du temps. Parfois les mots courent trop vite, loin devant, je ne perçois que leur sillage.

Guetteur, rassembleur, passeur… on les connaît ces mots qui tentent de donner à peser le poète… Et toujours ce sentiment d’impuissance à rendre vraiment compte du monde. Toujours cet affût. De toutes façons, le poète ne sait pas toujours se tenir autrement.

*
Titre : Partir
Auteur : Flora Delalande
illustrations de Sarah Voisin
Editeur : Donner à Voir
Année de parution : 2 020

un tango bleu. Les tango chez Donner à Voir ce sont de petits objets livres en accordéon. Celui-ci est horizontal et tout bleu. Un bel équilibre visuel entre le texte et l’image.
Un long poème limpide entre deux verbes : partir, arriver. Ce désir d’ailleurs, cette envie de changer d’air, d’ouvrir la porte. Et de lancer les pas du voyage sur le chemin…

Partir

Mot qui revient,
Disparaît et revient

Mot incapable de s’en aller

lui-même

en cours de route, cette réflexion entre le partant et le restant. Partir, c’est quitter mais aussi parfois être quitté ; et ça c’est pas facile. Les souvenirs qu’on emporte sont plus légers que les souvenirs que porte celui qui reste…

On s’en va
On ne sait pas pourquoi
Et pourtant on s’en va
Avec au fond des poches
L’envie de revenir

Ou d’arriver enfin.

http://www.donner-a-voir.net/

*
Titre : Nature et poésie
Auteur : 54 poètes
Éditeur :Bacchanales 63/maison de l apoésie Rhône Alpes
Année de parution : 2 020


Une superbe anthologie tant sur le fond que dans la forme. 54 voix, 54 regards qui se croisent, se répondent. Cela forme un choeur célébrant chacun dans sa tonalité un fragment de cette nature, de notre planète et du rapport Terre/Humain.
Une richesse à méditer. À lire et goûter lentement. À offrir à tous ceux qui s’engagent pour la planète en particulier. Chacun œuvre à sa manière, avec son mode de vie personnel, avec ses talents. Celui des poètes, c’est de mettre des mots sur le monde. D’accompagner de mots les jours, la vie.
Loin d’une contemplation béate de la nature avec les stéréotypes poétiques des petites fleurs et des gazouillis d’oiseaux, les poèmes ici sont à hauteur des enjeux actuels. Ils ouvrent des perspectives, des réflexions. Nourrissent le débat. S’interrogent et interrogent le lecteur.
Dans cette ouverture on notera outre la diversité des âges des poètes, la présence d’auteurs étrangers avec leurs poèmes dans leur langue et traduits.
Un beau cadeau de Noël à offrir.

https://www.maisondelapoesierhonealpes.com/

© Patrick Jocquel

LA COUVERTURE, Marine Baron, Roman d’espionnage, Editions Balland (130 pages – 13€)

Chronique de Nadine Doyen

LA COUVERTURE, Marine Baron, Roman d’espionnage, Editions Balland (130 pages – 13€)

Marine Baron met en scène Hippolyte Ploemeur, 31 ans, membre du Conseil d’État, enseignant aussi à Sciences Po. Elle brosse de lui un portrait physique très détaillé. Elle dévoile ses goûts, ses habitudes : aller lire le journal le matin au Nemours, sa propension à se lever tard, à « chérir les soirées » , son besoin d’être accompagné. Avec son talent imparable pour  aborder et séduire une femme, il devait jongler avec ses maîtresses ! Pour lui, « les femmes étaient des distractions… ». Son coeur penche pour Bérénice, cette jeune étudiante en droit qu’il a séduite par sa maladresse ! Laissons découvrir laquelle.

Tout aussi gauche envers lui-même, quand il renverse du café sur les documents à étudier ! Occasion pour dénoncer le jargon administratif ponctué de « la formule récurrente considérant que », tous ces termes abscons de la langue du droit.

Il est certes bardé de diplômes, passé par l’ENA, féru de lectures mais l’autoportrait qu’il se plaît à dresser auprès des femmes est peu complaisant.

Mérite-t-il Bérénice qui, lui offre « son temps, sa confiance et son attention » ? 

Hippolyte fréquente les bars à la mode, de grands restaurants, accepte les invitations à des cocktails, lieu idéal pour son marivaudage. Au club l’Aventure il fait la connaissance de Christiano Tamyres, homme d’affaires aux activités fumeuses, qui lui présente son ex, Wendy Malone. Celle-ci lui ayant remis sa carte de visite, il prend contact et la retrouve au Grand Véfour, lieu mythique où, jadis, des sommités (Victor Hugo…) venaient aussi déjeuner. Un endroit somptueux, intimidant, aux « innombrables peintures, au plafond chargé de dorures… ».

Sa relation avec cette Américaine, « femme finissante » est des plus complexes et ambiguës. Serait-elle une cougar ? Que penser des cadeaux de luxe qu’elle lui remet ?

Le mystère plane sur le travail qu’elle lui a confié. Leur ultime rencontre, cette fois chez elle, « une demeure capharnaüm » est chargée d’émotion.

On s’interroge aussi sur les rencontres d’Hippolyte avec un inconnu qui laisse des messages sur son répondeur,  lui fixe des rendez-vous. Au coeur de sa  mission : les futures négociations des accords commerciaux du GATT afin de ne pas se laisser « avaler par l’empire hollywoodien et de conserver son exception culturelle ». Action située en 1992-1993, inspirée de faits réels.

S’il est paresseux, il est néanmoins ambitieux. Ne rêve-t-il pas d’un poste de prestige, tant il est fasciné par le pouvoir ? Quand il est nommé conseiller du Premier Ministre à Matignon, il est ébloui par le décor « irréel, lieu étrange, exigu et luxueux ».

Tout bascule quand il se trouve convoqué à la DST, le suspense naît. Serait-il un espion, un traître ? Une enquête est diligentée, il insiste pour être entendu. Que lui reproche-t-on donc ? Ce qu’il ignore c’est qu’il a été pris en filature… Comment s’en sortira-t-il ? C’est dans l’épilogue que tout s’éclaire, que l’on comprend pourquoi il fut la personne idéale pour devenir « an American breakfast », « un gros poisson » ! «  Sa vie a connu son lot de frissons » !

Gros plan sur la presse pas en reste pour relayer les scandales dont l’affaire des agents de la CIA (du Figaro au Canard enchaîné), pointant « les formules vagues des journalistes pour désigner leurs sources ». Rebondissements qui tiennent en haleine !

Ce qui frappe dans ce roman, ce sont les comparaisons percutantes, certaines gourmandes :« la façade qui en plein soleil a une douceur de mie de brioche, de gâteau de semoule, de cannelé bordelais », d’autres poétiques : « tenant la tasse qui  tremblait comme un pétale de primevère au vent du matin »,fleuries : « les fauteuils rouge vif ressemblaient à des coquelicots criards », ou encore suggestives : « Il fixait le téléphone noir comme s’il ce fût agi d’un serpent sur le point d’attaquer. » Et même empreinte de grâce avec ce couple « glissant sur les pavés comme des cygnes sur un lac » !

En filigrane, on devine l’écrivaine qui a des attaches en Bretagne et choisit comme patronyme pour son personnage principal le nom d’une ville bretonne : Ploemeur.

On peut subodorer que la  pléthore de livres cités font partie de sa bibliothèque, et qu’elle fréquente la librairie Delamain, lieu de référence pour beaucoup d’auteurs.

On devine son parcours par sa connaissance des grandes écoles et concours : « ceux qui réussissaient étaient ceux qui travaillaient sans en faire étalage. »

Autre intérêt commun avec son protagoniste : l’art. Cette statue en bronze de Rodin, « Fugit Amor », décrite avec précision  prend un sens métaphorique. Ne symbolise- t-elle pas une chute ? L’auteure évoque aussi les tableaux de Boucher, Matisse, Ingres : « Les rideaux d’un bleu cyan qui  ressemblait à celui de l’étoffe tombant aux côtés de La Grande Odalisque d’Ingres. »

La romancière pratique le zeugma : « Il engloutit les assiettes et la conversation », figure de style dont Jérôme Garcin est friand. Elle s’avère être un nez, distillant des odeurs variées, enivrantes, celles des parfums de femmes qui obsèdent ce séducteur invétéré : « de pain d’épices, de sous-bois, d’oeillets fraîchement cueillis, oriental », « de bergamote poivrée », « odeur de guimauve » d’une eau de toilette, mais aussi parfum d’homme, auxquels se mêle « l’odeur agréable de cire d’abeille du parquet ».

Bien différent du «  parfum de soufre des espions » perçu par Hippolyte !

On retrouve dans ce roman le talent de portraitiste que Marine Baron avait déjà dévoilé dans ses livres précédents, à savoir sa biographie d’Ingrid Bergman Le feu sous la glace et son autobiographie Lieutenante, être femme dans l’armée française.

Les tenues vestimentaires, les bijoux portés sont détaillés avec minutie et c’est aussi avec une extrême précision qu’elle décrit les lieux où évoluent, vivent, se rencontrent ses personnages.

« La demeure de Wendy était un capharnaüm, une caverne d’Ali Baba. Tout était dépareillé ».

Connue pour ses chroniques, articles, reportages pour divers journaux, ses essais, Marine Baron signe un premier roman prometteur qui nous immerge dans les coulisses, les secrets et les arcanes de la politique et de l’espionnage, par le prisme d’un trentenaire ambitieux, agent double romanesque, à la vie amoureuse chaotique, aspirant aux sphères du pouvoir.

Anagramme de Perry-Salkow sur le titre La Couverture : Voleur, acteur, dans LIRE Le Magazine littéraire. Octobre 2020.

©Nadine Doyen