3 Commentaires

  • Merci à Paul Mathieu pour cette lecture de l’oeuvre de Werner Lambersy. C’est tellement vrai que le silence est à l’oeuvre dans le poème. C’est encore mieux quand le poème s’en souvient, en rend compte et y renvoie, respiration, souffle. « … Rien n’est jamais perdu tant qu’on désire cette chose qu’on ne peut posséder, … »(W. L.)

    J’aime

  • Merci de tout coeur de faire écho du livre paru chez François VanDorpe aux Déjeuners sur l’herbe.
    Le livre comporte, contrairement à ce qui est indiqué (26p.), 60 pages et 55 poèmes.
    Bonnes fêtes

    J’aime

    • Merci Philippe pour ce message.
      Nous allons rectifier sous peu.
      N’hésitez pas à nous envoyer quelques textes, comme vous l’avez d’ailleurs fait à plusieurs reprises par le passé.
      Excellente année 2011,

      Patrice

      J’aime