Archives des étiquettes : Jean Le Boël

Jean Le Boël : « et leurs bras frêles tordant le destin »

Une chronique de Georges Cathalobrassite

Jean Le Boël, et leurs bras frêles tordant le destin, (Henry éd., 2017), 84 pages, 10 euros –

Parc d’activités de Campigneulles – 62170 Montreuil-su-Mer ou www.editionshenry.com

Dans le « Bréviaire de poète » qui ouvre son nouveau livre, Jean Le Boël prend humblement sa place dans le « boitillant cortège » des poètes contemporains. Il faut pourtant se méfier des poètes modestes qui affirment que leur « poésie n’est pas grand-chose » et qu’elle sera vite rendue à un oubli fatal.

Le lecteur sera prévenu, certes, mais nous l’inviterons à aller voir de plus près ces poèmes reflets d’un tonique humanisme et d’un rare altruisme. La crainte est bien celle de l’absence de lecteurs puisque le rouleau compresseur de l’actualité écrase tout sur son passage. Le poète regrette aussi que « chacun étouffe dans sa peau / obscur à soi-même » alors qu’il serait si simple d’éliminer ces angoisses dans une fraternité radieuse car « tout meurt qui ne se donne ». Chacun doit s’imposer cette rigueur puisque « l’insurrection du poète c’est de se tenir droit ». Pas de compromis possible car « il faut parler il faut sourire / nous aurons bien assez de la mort / pour nous taire / pour montrer les dents ».

Tous ces poèmes sont constellés d’images, celle de la jeunesse des amoureux, celle de la vieillesse et du temps qui est passé ou celle des artistes et des poètes disparus. Après avoir refermé ce livre, on invitera les lecteurs à revenir à l’avant-dire et surtout à son paragraphe final : « Je souhaite, écrit Jean Le Boël, que ma poésie soit au service : des petits, de ceux que l’on oublie, de ceux que j’admire et dont je me nourris ». Rassurons-le : il a réussi ce fragile et respectable pari.

©Georges Cathalo