Eric Chassefière, Présence du masque, Collection Arcane, Éditions Sémaphore, décembre 2019, 88p, 12€

Chronique de Lieven Callant

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Eric Chassefière, Présence du masque, Collection Arcane, Éditions Sémaphore, décembre 2019, 88p, 12€


Dans le geste poétique d’Eric Chassefière, il y a celui du chef d’orchestre qui pour extraire la musique d’une masse statique et encore assoupie doit s’ancrer solidement avant d’élancer ses bras dans le vide. Se produit alors une sorte de miracle: la musique naît, son essence se révèle, sa nature se décline en une infinité de variations sensibles.
Il y a une volonté d’orchestrer le monde sensible, les sensations et les émotions, d’harmoniser comme le ferait un peintre ou le sculpteur cherchant à joindre entre elles les parcelles d’ombres et de lumières, les espaces silencieux, les creux et les pleins aux proportions infinies.

Souvent le passage des jours, leurs errances mêlées à celle de l’homme rythment l’écriture comme pour le journal intime. On lit aussi un questionnement personnel et fondamental d’appartenance au monde grâce à l’observation de la nature pour ce qu’elle nous révèle de nous-mêmes et de l’autre. La vie sensible et rêveuse du poète, rend possible son adhésion malgré la solitude aux fourmillements de la foule, à ces exclamations. 

Eric Chassefière ne se contente pas de rester en retrait, de contempler et de merveilleusement décrire. Le poète explore, erre comme dans un labyrinthe qui ne cesse de lui renvoyer des reflets, miroirs où l’on se regarde, fenêtres d’où l’on contemple les autres. Le monde est un spectacle, un théâtre un tableau, un livre, un recueillement de mots. 

Le masque, les masques sont les visages que la vie nous fait porter comme si nous avions plusieurs rôles à jouer. Le masque est le visage que nous renvoie la mort lorsqu’elle se rapproche, le masque est une frontière, une lisière, une ombre, la possibilité peut-être de se mettre dans la peau de quelqu’un d’autre. Difficile de dire ce qu’il y a derrière le masque mais sa présence atteste aussi d’une vie nourrie de souvenirs, parée de reflets multiples, d’ombres et de lumières, de creux et de vides. Errer dans les rues d’une ville, voyager au creux des jours, rêver et écrire de la poésie nous permet sans doute l’introspection indispensable. Le poète est un visiteur de l’ultime et habite l’impossible.

Ce recueil comporte quatre grandes parties dont je reprends ici quelques mots et images significatives en lesquels se reflètent toutes les qualités de ce recueil.  

  1. Lisboa song

« Ici on entend la lumière
tisser la pierre
le ciel bleu chanter
l’ombre murmurer la source »

« assis là sur le rebord de la jetée
dans l’irisation de l’espace
à s’écouter murmurer la vie
vagues caressant des pierres »

« En lui    tout tremblant d’aube et de sel
l’océan levé de la parole »

« Il marche à l’intérieur de lui-même »

« Intrication des temps et des lieux
dispersion des mots
comme un bouquet de mouettes »

et p30 un poème résumant le propos

 
« miroitement noir des images
au fond des mots
des lèvres traversées
de leur tissage
dans le miracle de nommer
enlacer le silence au murmure
de loin en loin se retrouver
oubli après oubli
s’endormir ensemble
partager le chant d’un arbre
le bouquet d’un oiseau
dans l’obscurité confondue de nos retours »

  1. Les mots errants

« respirer mot après mot le vent du soir »

« leurs vies tout au fond des mots dansaient 
secrètement liées dans la marche des souvenirs»

« habiter tous les chemins possibles de l’instant »

« c’est au crayon du silence qu’il griffonne les mots
paupières baissées sur le dessin intérieur

ce courant de vie qui le traverse
cette rumeur joyeuse qui s’installe en lui
ces courses de l’enfant qu’il fut
ces mots éternels de l’amour ancien et futur » Voilà qui fait une tentative heureuse de dire ce qu’est le poème. 

« La ville devient labyrinthe de sa mémoire
il s’y déplace comme en lui-même »

« il aime cette solitude divine
que le rêve prenne couleur de fruit »

« Il va son chemin d’errance parmi les voix
profonde respiration de ces journées à déambuler
porté par la vague du pur désir d’être
le chemin naît de l’écriture simple du masque »

  1. Évocation de l’absent, avec reflets

dédié au père de l’auteur

« nul bruit de pas sur le chemin
plus personne aujourd’hui
on ne le rencontre plus
lui qui ne sut habiter que l’horizon »

  1. Présence du masque

qui donne son titre au recueil 

« ce visage en lui est aussi ce miroir
cette duplication sans fin de sa présence
cet effacement permanent du corps par le corps
qui est condition de l’étreinte véritable »

« tous ces visages aimés en lui
alors n’en forment qu’un seul
le libérant de l’angoisse qui l’étreint »


« cette aube en lui au fond des mots »

« Tenir haut en lui le rêve
porter haut la joie d’aimer
célébrer le mystère de l’autre
l’énigme sans fin du sentiment »

« lui cherche les mots de son amour
dans la langue chatoyante du silence
vent et lumière rentrés en lui »

© Lieven Callant

La présence simple des choses, Éric Chassefière, L’Harmattan, Poètes des cinq continents, espace expérimental, juin 2017, 142 pages, 16€

Chronique de Lieven Callant

9782343123363r

La présence simple des choses, Éric Chassefière, L’Harmattan, Poètes des cinq continents, espace expérimental, juin 2017, 142 pages, 16€


Cinq déplacements donnent naissance à plusieurs poèmes scandés par des titres qui sont une succession de trois mots qui d’une manière simple con-dense le poème, le présente selon ses atouts les plus significatifs.

À titre d’exemple pour exprimer ma première impression à la lecture de ce recueil, je dévoile  la table des matières. C’est comme si elle dressait une carte de navigation à laquelle on peut se référer et qui donne un aperçu global des zones explorées.

Déplacement 1

« L’arbre, l’immobilité, la lumière »

« Le feu, l’âme, les mots

« Le jardin, le temps, le rivage »

Déplacement 2

« La ville, le fleuve, la solitude »

« Le silence, la lampe, le poème »

« Le poème, les mots, le jardin »

Déplacement 3

« La maison, l’âtre, la fenêtre »

« L’écriture, l’infini, la fleur »

Déplacement 4

« Le chemin, le vent, la vie »

« L’enfance, le miroir, la renaissance »

« La lumière, la chaleur, le rêve »

Déplacement 5

« Promenades, visions, éblouissements »

« La parole, la musique, le silence »

« Mer, îles, péninsules »

Au dos de la couverture du livre, nous pouvons lire qu’Éric Chassefière est aussi Directeur de recherche en physique au CNRS et qu’il étudie l’évolution du système solaire et des planètes. Le poète est donc habitué aux voyages immobiles, ceux que l’on fait en contemplant le ciel, en l’interrogeant indéfiniment. Les cinq déplacements sont presque du même ordre c-à-d qu’ils sont plus le fruit de l’évolution du rêve, du souvenir, de la pensée. Tous ont pour point de départ l’ ici et le maintenant. Des cinq sens du corps humain, celui que semble privilégier ce recueil est la vue. Tous les poèmes partent d’une observation minutieuse des choses simples. Le véritable voyage n’est pas celui qui nous emmène au bout de l’univers, le nôtre ou celui d’un autre, mais au contraire celui qui nous rapproche de ce que nous sommes. Le travail du poète commence par le regard souvent contemplatif qu’il pose sur lui-même et sur ce qui l’entoure, autant de paysages dans les cadres des fenêtres, autant de tableaux que l’esprit apprend à peindre et à dépeindre. Le véritable voyage est surtout celui qui confère à l’imagination les moyens d’observer le monde qui nous entoure, sa mystérieuse beauté, son évidence immaculée. Nul besoin de partir loin, d’un bout à l’autre du monde pour apprendre à le connaître intimement. L’arbre du jardin qui reçoit la lumière, le jardin qui entoure la maison que l’on habite, la maison, ses chambres et ses meubles sont autant de galaxies à explorer. Le regard du poète est celui d’un peintre, le poème est un tableau, une mature morte qui respire la vie, l’œuvre discrète d’un fin observateur.

Je pense que le titre « La présence simple des choses » résume parfaitement l’objectif que désire atteindre le poète. Éric Chassefière réussit à toucher de sa plume fidèle le cœur des choses simples, le cœur simple des mots justes. Regarder, voir, c’est déjà composer avec le tangible, reconnaitre le plus simplement possible la présence des choses.

©Lieven Callant