Tous les articles taggés : Eloi Derôme

TOUJOURS ELOI DERÔME !

Chronique de Marc Wetzel TOUJOURS ELOI DERÔME !       Il ne fait pas beau, c’est vrai, dans l’œuvre  d’Eloi Derôme : pas de ciels dégagés, d’horizons nets et confortables, de travées claires et sagement mises. C’est que l’eau de la vie ne descendra pas à nous dans de fines pipettes d’or, et que le seul temps possible pour une morphogenèse réelle est celui qu’on voit ici : pluvieux, agité et brumeux. Le laboratoire de la présence est dense, humide, bruissant – et à stratification malcommode ! – ou rien.      Et l’artiste est pourtant bon bougre : ne faisant qu’écorcher, inciser, dépolir (avec l’insolence d’un gratteur d’armoiries, et l’espèce d’obsession furieuse de quelqu’un qui à la fois mâche le réel –  gratte la substance pour la manger – et se gratte d’en être démangé), Eloi Derôme pourrait aisément faire le bourreau virtuose, le cruel, le voyeur complaisant des haillons du Démiurge. Mais non ; il est au pire le médecin-légiste des quatre éléments, vif et impartial : si son méthodique décapage rencontre des couches de kamikazes inexplosés, il les dégage et fait voir. Mais …

Une nouvelle aventure d’Eloi Derôme : l’Archéospace.

Chronique de Marc Wetzel                   Une nouvelle aventure d’Eloi Derôme : l’Archéospace.     ∼ « Je fais, je défais, puis c’est fait » , et on ne voit pas comment résumer son geste mieux que ne le fait l’artiste lui-même.    Car comment procède-t-il ? Il recouvre des aplats de couleurs les uns par les autres, puis il « coupe » dans la matière obtenue. Il creuse à même l’amas des teintes. Il redescend dans sa propre substance ensevelie. Il redonne éclat, ici ou là, aux marches d’un escalier de couleurs en retraversant leur chevauchement endormi. Sa matière picturale est donc inédite comme une pâte à démodeler !    Sa nouvelle série se nomme : pigment sculpté sur toile. Et, certes, tout semble là abracadabrantesque et vain. Toile et sculpture : pourquoi prétendre sculpter en deux dimensions ? Sculpture et pigment : pourquoi feindre de carotter une poudre comme on échantillonne une lave précieuse ? Pigment et toile : pourquoi offrir un support au geste d’en retirer et démettre des couches ? Mais tout aussi fortement c’est un véritable enquêteur métaphysique qui se trahit : ses somptueuses images ont l’évidence d’une mer …

Ode à un jeune peintre: Éloi Derôme.

Chronique de Marc Wetzel Ode à un jeune peintre: Éloi Derôme. À propos de la série oblongues et des toiles nommées « Traversée » et « Passage ». (exposition collective : « Unframed Edition 1 », – Le Ballon Rouge, Paris – du 1er au 10 septembre 2016) Une feuille ne grimpe pas à son arbre, La brindille ne vole pas jusqu’à son nid, L’oisillon n’est pas entré dans son œuf Ils vont ou viennent, autrement et différemment, en empruntant leur voie de monde. Eux aussi. ** La feuille ne choisit pas d’être plate, La brindille ne se rêvait pas portative, L’oisillon n’a pas choisi son bec sur catalogue Ils sont venus à eux-mêmes comme on fait dans la sorte ou l’espèce, revêtus de leur seule forme possible. Eux aussi. **     La main du peintre lui est une feuille articulée, Le nid de sa toile ne craint pas d’être vertical, Sa « brosse » sort d’un œuf Sous ses airs nonchalants et limpides, ce peintre est la terrible chiourme du travail de la matière sur elle-même. ** …