Archives des étiquettes : Editions France Libris-ISBN 9 782382 682302-Réédition 2022

Jeanne Champel Grenier, UN TRAIN POUR ODESSA, Editions France Libris-ISBN 9 782382 682302-Réédition 2022  

Une chronique de Nicole Hardouin

Jeanne Champel Grenier, UN TRAIN POUR ODESSA, Editions France Libris-ISBN 9 782382 682302-Réédition 2022  

                au profit de « La Voix de L’Enfant »Urgence Ukraine

                       Je laisserai les volets clos et je n’ouvrirai pas la porte, de peur que le souvenir resté ne s’en aille avec le vent.  Pierre Louÿs ( Les chansons de Bilitis)

                 Ce petit recueil, grand de par sa profondeur, ses descriptions si poétiques qui restituent à merveille l’âme slave dans sa nostalgie, ses exubérances, avait été rédigé une première fois en 2014, édité en 2015, il vient d’être réédité à cause de l’affreuse guerre qui sévit en Ukraine.

                 Anne, personnage imaginaire, avait toujours été attirée par l’Ukraine, ce vieux territoire fier de ses traditions, perpétuellement partagé entre autonomie et dépendance vis-à-vis de la Russie. Elle décide donc de partir dans un train un peu comme moi, hésitant, c’était une énorme fermeture éclair noire métallique qui ouvrait le manteau blanc.

Elle écrit à son amie marseillaise pour lui raconter son voyage vers Odessa et l’aventure exaltante qu’elle y vivra. Et déjà, dans sa première lettre, la voyageuse relate: l’armée dans tout le pays est sur les dents, des bruits de bottes et de kalachnikov; l’Ukraine s’échauffe, on attend toujours l’aide de l’Ouest.

                Avec elle nous cheminons sur la route d’Odessa: un périple qui épouse les paysages, les odeurs, les sons : dans la taïga et sur la neige / mon esprit glisse comme un traineau / la terre figée dans ses sabots / a d’étranges sanglots, les habitudes : ici le gel se porte en bandoulière les traditions, par exemple, au moment de passer le seuil d’une maison ce lieu est considéré comme maléfique, on ne s’y attarde pas, mais sitôt entré, on partage un morceau de pain trempé dans du sel, une coutume de bienvenue. 

                La plume de J. Champel Grenier est un délice, que de belles images au travers desquelles

les poètes / se demandent comment /attacher leurs chimères/ aux crinières du vent. !

Anne, le personnage principal, est aussi poète ; elle rencontre dans son périple un groupe de chanteurs et danseurs; elle va y être admise et partir en tournée avec eux.

               Au sein de cette formation, un certain Nikholaï va très vite retenir son attention, ce dernier adorait les oiseaux et il lui arrivait de se lever tôt le matin pour les écouter et même les enregistrer, il écrivait certains textes du groupe. Entre ce poète très sensible et Anne un grand amour naît: c’était les caresses brûlantes, les baisers inouïs, c’était les frissons sur la peau et les étincelles sur la chair, c’était le chant neuf de l’amour qui transforme les hommes en dieux.

                Nous ne dirons rien sur le déroulement de cette puissante passion ni sur la disparition de Nikholaï, laissons le lecteur découvrir l’étonnante et inattendue fin de cette longue nouvelle. Toutefois, cette passion va conduire Anne dans un camp soviétique de Sibérie orientale: mes premiers pas en enfer débutèrent la nuit de l’arrivée…

               Elle va connaître horreurs et persécutions: un moscovite lui murmura aussitôt: silence ou c’est la piqûre dans le dos, ces affreuses si douloureuses ponctions lombaires faites pour justifier l’état de  »folie » du sujet, donc son internement. Dorénavant Anne ne va avoir qu’un seul but : survivre, s’obligeant jour et nuit à réciter mentalement tous les textes et poèmes qu’elle connaissait pour nourrir sa mémoire, seule condition de salut : mon cerveau devint une véritable machine de guerre : au secours Apollinaire, Rimbaud, Hugo, Baudelaire !

              Un matin, un officier vint lui dire qu’elle était libérée : je savais que j’allais passer le reste de mes jours à m’interroger sur Nikholaï. Elle se souvient des poèmes chantés avec lui, Les poètes du Levant / laissent des traces de pas  le long des routes de sang. Il est en elle: Je conservais son visage comme une icône, à l’abri dans un coin de mon cœur. Il avait disparu emportant sa part d’ombrePourquoi ? Laissons le lecteur découvrir ce mystère.

              Comme l’écrit l’excellent poète Claude Luezior qui a rédigé la quatrième de couverture: Anne a survécu dans des conditions innommables. Nous apprenons sous sa plume qu’une partie de la famille catalane maternelle de l’auteure, est partie en Russie au moment de la révolution espagnole contre Franco en 39  et que l’autre partie s’est réfugiée en France.

                     Ce livre est illustré d’aquarelles et de nombreux superbes poèmes inédits de Jeanne Champel Grenier. D’où peut-être ce mélange de nostalgie, de langueur et de fougue solaire qui animent ce précieux recueil vendu par l’auteure dans un élan du cœur, au profit de « La Voix de l’Enfant- URGENCE UKRAINE » 

                    Souhaitons que tous ces enfants puissent vite retrouver l’Ukraine, leur pays pacifié, paix et calme salutaires selon la phrase de Pablo Neruda qui termine ce beau recueil :

Et quand le monde enfin viendra d’être lavé / alors de nouveaux yeux naîtrons dans la fontaine / et le blé poussera sans que coulent les larmes.

©Nicole Hardouin

Un train pour Odessa – prix 9 euros

vendu au profit de « La Voix de l’Enfant »

Urgence Ukraine

Adresse :

Jeanne Champel Grenier

99 impasse de Larzalier

07800 Saint Laurent du Pape

France