Tous les articles taggés : Alain Dantinne

Frédéric Chef, Le Colporteur magnifique, éd. Weyrich, coll. “Plumes du Coq”, 204 p.,15 €

Chronique d’Alain Dantinne Frédéric Chef, Le Colporteur magnifique, éd. Weyrich, coll. “Plumes du Coq”, 204 p.,15 € Quelle mouche a bien pu piquer Frédéric Chef ? J’opterais plutôt pour un moustique virevoltant au-dessus des eaux saumâtres du Schelde (l’Escaut dans la langue d’Hugo Claus et Tom Lannoye). Le valeureux Rémois nous raconte une folle équipée sur les pas de Robert Louis Stevenson et de son ami Walter Wilson. Au travers des Cévennes avec un âne ? Pas du tout. En 1876, l’écrivain écossais projette de descendre en canoë les canaux d’Anvers à Gretz-sur-Loing, petite bourgade entre Fontainebleau et Nemours où Fanny Osbourne, qui vint troubler son cœur de jeune dandy, s’adonne à la peinture. Il raconte son périple aquatique dans un petit livre En canoë sur les rivières du Nord (réédité par Actes sud, coll. « Babel » en 1994) qui servira de guide à Frédéric Chef qui marchera (et ramera) sur le même parcours près d’un siècle et demi plus tard. C’est dire si nous assisterons à l’enterrement d’une Révolution, industrielle, sans pour autant …

La Promesse d’Almache – Alain Dantinne – Plumes de coq ; Weyrich

Une chronique Nadine Doyen La Promesse d’Almache – Alain Dantinne – Plumes de coq ; Weyrich (200 pages -15€). Tout d’abord, il me semble utile pour le lecteur de situer Almache. Un hameau dans un coin perdu de l’Ardenne profonde, « un croupion de terre wallonne », proche de Bouillon. Ce qui explique la « pauvreté culturelle » déplorée par les protagonistes. Quelle est donc cette promesse? A qui est-elle destinée? De qui émane-t-elle? Le narrateur remonte à l’historique de cette bâtisse, « ancien relais de chasseurs », « gentilhommière campagnarde », à son acquisition par Pierre et Dydie. Couple sans enfant, ce qui peut expliquer que Dydie reporte toute son affection sur son neveu, Arthur. La vie de ces bourlingueurs est évoquée depuis leur rencontre jusqu’au décès du mari. Tout bascule pour la veuve, plongée « dans une solitude forestière ». Le narrateur explore la relation complexe entre un neveu et sa tante, liens d’autant plus intimes qu’elle manifeste le souhait de l’adopter, d’en faire son héritier putatif. Qu’éprouvait-il pour elle? De l’amitié»? De la commisération? Le narrateur décortique le parcours d’Arthur, l’obtention de ses …