Chroniques, Chroniques de Colette Mesguisch

Valérie Trierweiler, Le secret  d’Adèle, Éditions des Arènes ; (320 pages – 20€), Mai 2017.

Chronique de Colette Mesguich

le-secret-dadele.jpg

Valérie Trierweiler, Le secret  d’Adèle, Éditions des Arènes ; (320 pages – 20€), Mai 2017; ISBN 978 2 35204 615 8


« Durant les séances de pose, Adèle se sent légère, comme si l’art de Klimt avait répandu en elle une force régénératrice. »

A dix-huit ans, Adèle, issue d’une famille bourgeoise viennoise, épouse un riche industriel. Ferdinand est un homme généreux et bienveillant.

Au début du XXème siècle, la vie intellectuelle est florissante et Gustav Klimt, peintre avant-gardiste, refuse le conformisme et crée «La Sécession viennoise », nouveau courant artistique.

Novateur doublé d’un séducteur impénitent, il est inspiré par les estampes chinoises et japonaises. La perte de deux enfants plonge Adèle dans une profonde mélancolie. Un portrait ne serait-il pas un parfait antidote ?

Durant les séances de pose, Adèle est fascinée par le dynamisme du peintre, par sa culture, par son assurance et par son rejet de toute contrainte ! La puissance de cet amour a occulté son mal-être et cette renaissance se traduit par une adhésion  à l’émancipation des femmes.

Mais le doute ternit cette passion dévorante quand Gustav souligne :

«  Rien ne dure jamais. Seul l’art transcende tout. »

Et l’or n’illumine plus les œuvres de ce peintre génial. L’écrivaine ne nous livre-t-elle qu’un portrait de femme finement ciselé ? N’est-ce pas un plaidoyer contre la domination mâle ? N’est-ce-pas une diatribe contre le rôle réducteur dévolu aux femmes à cette époque là ? Valérie Trierweiler signe un roman subtil et captivant, riche en rebondissements.

©Colette Mesguich